Accueil > Orientation > écoles

A l'Insep, on ne choisit pas entre le sport et les études

Tony ESTANGUET, Florian ROUSSEAU, Jo-Wilfried TSONGA, Teddy RINER... tous sont passés par le pensionnat du sport français : l'INSEP

L’Institut National du Sport, de l’Expertise et de la Performance - Les bâtiments sont nichés au coeur du bois de Vincennes à Paris. A peine la grille franchie, les visages des prestigieux anciens pensionnaires s'affichent. De Teddy Riner à Gilles Simon en passant par Tony Parker, Emilie Le Pennec, Tony Estanguet ou Steeve Guénot, les plus grands sportifs français ont été formés à l'Insep, l'Institut national du sport, de l'expertise et de la performance.

La sonnerie a retenti depuis quelques minutes. A la hâte, deux élèves s’engouffrent dans le couloir du bâtiment D, où se trouvent les salles de cours réservées aux lycéens. Pierre Thomas, responsable de la scolarité, jette un œil sur sa montre. Devant son bureau, un jeune attend dans l’espoir de récupérer son téléphone portable, confisqué la veille parce qu’il avait sonné en plein devoir surveillé. L’ambiance ressemble à un lycée ordinaire. A la vue des photos de classes affichées sur les murs, on comprend pourtant que l’endroit est atypique. Lors de la prise, chaque élève avait enfilé sa tenue de sportif. « Là vous avez le gardien de l’équipe de hockey sur gazon, là une petite gymnaste », énumère Pierre Thomas. L’homme connaît par cœur ses 150 protégés, répartis dans 15 classes (de la seconde à la terminale) et encadrés par 50 professeurs. Il connaît tout de leur emploi du temps, scolaire mais aussi sportif. « Ma mission est d’organiser, de mettre en musique les partitions en harmonie avec les centres d’entraînement », souligne-t-il.

100% de réussite au bac et 56% de mentions



Les cours sont dispensés de 7h45 à 10h35 et de 14h15 à 16h15, avant les deux séances d’entraînement. A l’Insep du lundi au jeudi, dans les lycées des alentours auxquels les élèves sont rattachés le vendredi. « Afin de baigner dans la vie lycéenne », signale Véronique Leseur, responsable du service formation.

A cela s’ajoutent les devoirs surveillés du mercredi après-midi et les études surveillées (de 20h30 à 22 heures), deux fois par semaine… et parfois les heures de colle. « On fait un maximum avec le peu de temps dont on dispose », poursuit Pierre Thomas. Priorité étant donnée au sport et aux compétitions, les élèves s’absentent souvent. A leur retour, des cours ont donc lieu le week-end et pendant les vacances, forcément largement raccourcies.
« La reprise de l’année scolaire a lieu le 7 août », précise Véronique Leseur. Certains élèves passeront leur bac en quatre ans mais le résultat est là : 100% de réussite (et 56% de mentions) l’an passé. « On ne brade pas les études, on fait tout simplement autrement », souligne la responsable de la formation. Longtemps délaissées ou suivies par correspondance, les études font désormais partie intégrante du fameux « double projet » si cher à l’Insep. « Parce qu’une carrière sportive peut s’arrêter brutalement et qu’il faut préparer l’après, estime Véronique Leseur. Il n’est plus question que le sportif ait à faire le choix crutial entre le sport et les études. »


Paris, le 21 décembre. A l’Insep, 150 jeunes athlètes sont répartis dans 15 classes (de la seconde à la terminale) et encadrés par 50 professeurs.





Le bac en poche, plusieurs pensionnaires choisissent de poursuivre des études, d’autres les reprendront plus tard. « Avec eux, on met en place un projet de carrière. On fait du sur-mesure, de la haute couture… » poursuit la responsable. Licence de mathématiques, master sport, expertise et performance, DUT techniques commerciales, préparation au concours de professeur de sports ou diplôme de journalisme… l’éventail des cours proposés à l’Insep est large. « On a aussi mis en place un système de webcam qui permet aux étudiants de prendre des cours à distance avec des profs basés à l’université de Grenoble », souligne Véronique Leseur. On essaie de faire en sorte qu’ils suivent les études qu’ils souhaitent. Lorsque ce n’est pas possible, on les aiguille vers autre chose. Et la durée pour obtenir le diplôme n’a pas d’importance ; ce qu’il faut, c’est fournir aux jeunes les outils pour réussir l’après-carrière sportive. »

« A nous de nous adapter à eux »


Frédéric Sadys, professeur en Staps

Dix ans qu’il enseigne à l’Insep, et Frédéric Sadys l’avoue : « Je n’ai pas vu le temps passer! » A 44 ans, il prépare certains pensionnaires au diplôme d’Etat supérieur et forme donc les futurs entraîneurs. « J’interviens également en licence Staps, précise-t-il. Car lorsqu’on est professeur à l’Insep, on se doit de porter plusieurs casquettes. L’objectif premier des jeunes est de réussir leur carrière sportive, à nous donc de nous adapter à eux et à leur projet. On les prépare à la reconversion, on devient des tuteurs, des profs particuliers capables de donner des cours par visioconférence et de sacrifier un dimanche ou des vacances (NDLR : sans pour autant avoir un salaire plus élevé) parce que nos étudiants, qui viennent de finir un stage, ont un moment de libre. » En permanence, Frédéric Sadys reste disponible : « Les élèves ont mon numéro de portable, mon adresse mail, ils me contactent quand ils le souhaitent. Même tard le soir, je peux leur consacrer du temps. Il faut donc avoir une femme compréhensive… »

Plus délicat encore, l’enseignant doit gérer le fait que chaque étudiant avance à son propre rythme, en fonction de ses entraînements et de ses compétitions. Du coup, certains élèves mettront plus de temps pour obtenir leur diplôme. « On les place dans les meilleures conditions pour réussir. Ils regardent les cours, notent ce qu’ils ne comprennent pas. Ensemble, on fait le point et lorsqu’ils sont prêts, on les présente à l’examen. » Et là, pas de traitement de faveur. « Les examens sont les mêmes que pour les autres étudiants français », précise Frédéric Sadys. Généralement, la réussite est au rendez-vous. « Parce que lorsque les sportifs choisissent de poursuivre des études, ils s’investissent énormément. Ils ont des caractéristiques spécifiques, un vécu, une expérience qu’ils nous font partager. On les forme mais eux nous apprennent également beaucoup de choses. Enseigner à l’Insep était un choix, je ne le regrette pas. »


Sandrine Lefèvre

Article issu du Parisien / Aujourd'hui en France du 27 décembre 2012

Réagir sur le Forum écoles

Contact
28.12.2012

Retour au dossier écoles
écoles : A l'Insep, on ne choisit pas entre le sport et les études : Imprimer
Derniers articles "écoles"

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

écoles : consultez aussi...

orientation
François Fillon invité de la conférence étudiante "YOUR" à l'ISC Paris

François Fillon invité de la conférence étudiante "YOUR" à l'ISC Paris

Jeudi 20 novembre 2014 à 16h30 au sein de l’ISC PARIS Business School- Conférence étudiante nationale organisée par YOUR... la Junior-Entreprise de l'ISC Paris.

Naissance du Campus Cluster Paris Innovation : un mix de 4 grandes écoles et d'entreprises

Naissance du Campus Cluster Paris Innovation : un mix de 4 grandes écoles et d'entreprises

4 grandes écoles (ESG, Web School Factory, IICP, PSB) se réunissent sur un même campus en coopération avec des grandes écoles pour favoriser l'innovation. Rencontre avec Anne Lalou, directrice de l'une des écoles : la Web School Factory.

Classement écoles de commerce

Classement écoles de commerce

L'Etudiant, Le Point, Le Figaro, le Financial Times... mais aussi Le Parisien bien sûr, de nombreux classements d'écoles de commerce cohabitent... quels sont les résultats, les critères utilisés et comment utiliser ces classements d'écoles de commerce...

Orientation : Les questions très concrètes des étudiants

Orientation : Les questions très concrètes des étudiants

Noélie et Tiphaine naviguent à vue samedi au salon Studyrama à Paris et, comme les centaines de lycéens et étudiants se pressant aux multiples salons de l’automne, elles tentent d’y voir plus clair.

Orthographe : faut-il évaluer l'orthographe dans l'enseignement supérieur ?

Orthographe : faut-il évaluer l'orthographe dans l'enseignement supérieur ?

Pour lutter contre le zéro pointé en orthographe, grandes écoles de commerce ou d’ingénieurs, universités, BTS, IUT… ont multiplié les initiatives.

Orthographe : trop de fautes... pas de diplôme !

Orthographe : trop de fautes... pas de diplôme !

Orthographe. Une grande école d’ingénieurs va imposer un niveau minimal dans son cursus. Car les subtilités de la grammaire sont loin d’être acquises et cela peut coûter cher au moment de l’embauche.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
ITIC
Depuis 1986, l'ITIC a formé un grand nombre d'élèves aux...
IJEM - Institut de Journalisme de L’École Multimédia
Parce qu’il a ce souci constant de proposer un enseignement en adéquation...
ITESCIA - Ecole supérieure en informatique, gestion, management
ITESCIA est une école consulaire (établissement public) néée de la fusion...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

Les soirées, bons plans, actu, orientation, ... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.

Sites du Groupe Amaury

Paris Job France Football L'equipe ASO Velo magazine Journal du Golf