OrientationUniversités

Admission Post-Bac : les nouvelles règles présentées par la Ministre

La ministre Frédérique Vidal nous dévoile les grandes lignes de la réforme de la procédure APB.

Admission Post-Bac : les nouvelles règles présentées par la Ministre - APB, Réforme, Orientation, Nouveau Système, Bac

Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. Dans son bureau, rue Descartes à Paris Ve LP/Aurélie Ladet

Consultez aussi :

L'organisation : En finir avec les dates fatidiques



Comment va fonctionner la nouvelle plate-forme ?


Frédérique Vidal. Les choses se passeront de façon plus souple et transparente. Il n’y aura plus de tirage au sort. Les élèves n’auront plus à classer leurs vœux par ordre de préférence et il n’y aura plus de « tours » pour les réponses à leurs candidatures, avec ce stress qui monte avant le jour des résultats, puis le désespoir si on n’a rien, et à nouveau l’attente du tour d’après… C’était une demande des parents et des lycéens d’en finir avec ces dates fatidiques. La plate-forme, qui ouvrira le 15 janvier, permettra aux bacheliers de formuler dix vœux maximum jusqu’à la fin du mois de mars. Ils seront ensuite traités par les établissements et les réponses commenceront à arriver en mai, les unes après les autres.

Si un élève reçoit des oui à des demandes mais est sur liste d’attente pour une autre, pourra-t-il attendre de savoir s’il est pris ?


Les élèves auront toujours la possibilité d’attendre d’avoir une meilleure proposition. Mais, pour ne pas engorger le système, à chaque fois qu’un élève recevra deux oui à des formations différentes, il devra choisir entre l’un des deux, sans pour autant renoncer aux vœux en attente.

Ils vont passer du temps à guetter leurs réponses…


Nous travaillons sur un système d’information individualisée, qui enverra une alerte quand une réponse arrivera.


Le choix des lycéens : « Tout est ouvert »



Quand les lycéens seront-ils informés de leur orientation ?


L’objectif, c’est qu’un maximum d’entre eux soient fixés avant le bac. Dans tous les cas, les réponses n’interviendront pas pendant le bac pour ne pas perturber les candidats qui doivent pouvoir passer leurs épreuves l’esprit serein et concentré. Le processus reprendra après les résultats pour ceux qui n’auraient pas encore trouvé leur formation.

Les élèves auront-ils la liberté de postuler dans n’importe quel type de filières ?


Absolument ! Tout est ouvert. Je veux dire aux jeunes de ne postuler que sur des vœux qu’ils désirent réellement. La motivation est essentielle pour réussir. S’ils ne postulent que sur des filières sélectives, ils le peuvent. On pourra aussi demander des licences pluridisciplinaires, une année préparatoire, une année de césure… Parfois, on a besoin de temps pour se décider.

Est-ce que les élèves pourront demander une autre académie que la leur ?


Oui, dans une certaine mesure. On maintient une priorité au local dans la grande majorité des cas, mais on autorise aussi un pourcentage de mobilité. Ce quota permettra de donner plus de choix aux élèves et d’éviter que des lycéens soient exclus d’une filière où il y a de la place, simplement parce qu’elle n’est pas dans leur académie.

Ne craignez-vous pas d’amplifier les inégalités entre les facs très prisées et d’autres moins cotées ?


Non. Une licence a la même qualité qu’elle soit obtenue à Bordeaux, à Lille ou à Paris.

Que se passe-t-il pour ceux qui ne sont pris à aucun vœu ?


Une commission pilotée par le recteur va regarder le profil du bachelier et lui proposer d’autres formations similaires à ses choix initiaux et qu’il n’avait peut-être pas identifiées, y compris un peu plus loin de chez lui.

Encore faut-il pouvoir se déplacer…


Nous les y aiderons. Les recteurs auront des places réservées dans les cités universitaires, ou dans les internats des lycées, ainsi que des aides sociales pour accompagner la mobilité des étudiants dans des cas critiques.


Les moyens : « Certaines filières ont besoin de places supplémentaires »



Comment allez vous gérer la demande dans les filières surchargées, comme celles de sport ?


Déjà, on va ouvrir un maximum de places pour qu’il y ait le moins de tensions possible. On compte aussi sur une meilleure orientation. Nous allons autoriser les étudiants à faire davantage de vœux groupés. Il pourra par exemple postuler dans une formation métiers du sport. Son dossier sera alors envoyé à tous les établissements du secteur qui en proposent. En dernier recours, s’il n’y a pas de place, au lieu de tirer au sort, on prendra en compte la cohérence entre la formation demandée par l’élève et son profil.

Quelle garantie pour que le traitement soit équitable entre les lycéens, et qu’il n’y ait pas de passe-droits ?


Les garde-fous existent. On met en place un comité d’éthique qui sera le gardien du fonctionnement de cette nouvelle plate-forme. De plus, je rappelle que les licences ont l’obligation d’accepter tous les candidats jusqu’à ce que leur capacité d’accueil soit remplie.

Combien allez-vous créer de places supplémentaires à l’université ?


Fondamentalement, il n’y a pas de problème de places, mais un problème de cohérence entre l’offre et la demande. Jusqu’ici, comme aucun mécanisme humain ne regardait les demandes des élèves, personne n’était capable de leur dire qu’il y avait une place, à 30 km de chez eux, dans le BTS qu’ils souhaitaient. Conséquence : il reste actuellement 137 000 places disponibles dans l’enseignement supérieur, et parmi elles, près de 10 000 en BTS. Il n’en demeure pas moins que certaines filières ont besoin de places supplémentaires : les filières sous tension mais aussi certains BTS. Nous faisons actuellement le bilan pour identifier les lieux prioritaires où nous ouvrirons des places l’an prochain. On va aussi se réserver la capacité d’ouvrir des places en dernière minute.


L’orientation : « Ce n’est pas le conseil de classe qui décide »



Le conseil de classe donnera son avis sur le projet d’études des élèves. Est-ce que ceux qui sont en froid avec leur prof de maths pourront quand même faire des études de sciences ?


L’avis du conseil de classe est purement consultatif. Il va indiquer aux élèves au moment où ils font leurs vœux, si tous sont possibles, ou si certains sont plus difficiles que d’autres. Mais en aucun cas, ce n’est le conseil de classe qui décide à la place du lycéen !

Les jeunes restés l’an dernier sur le carreau pourront-ils bénéficier du nouveau système ?


Absolument. Ils auront exactement le même accompagnement que les néobacheliers. On considère que le droit à la réorientation existe. Il est important de le préserver.

Retour au dossier Universités
Universités : Admission Post-Bac : les nouvelles règles présentées par la Ministre

Universités : consultez aussi...

Couvre-feu, présentiel, examens... ce qui change le 19 mai pour les étudiants

Couvre-feu, présentiel, examens... ce qui change le 19 mai pour les étudiants

L’enseignement supérieur est censé reprendre en présentiel à mi-temps, mais les cours sont terminés dans une grande partie des établissements.

Covid-19. Inquiets pour leur santé, des étudiants bloquent les partiels

Covid-19. Inquiets pour leur santé, des étudiants bloquent les partiels

Ils étaient des centaines lundi à l’université Paris-Est Créteil pour leurs épreuves de droit, finalement reportées. Dans le Val-d’Oise et dans l’Essonne, ils sont également nombreux à vouloir privilégier le distanciel

Covid-19 : vers un retour des étudiants en présentiel à 50% «à partir de la mi-mai», annonce Vidal

Covid-19 : vers un retour des étudiants en présentiel à 50% «à partir de la mi-mai», annonce Vidal

Dans une interview à 20 Minutes, la ministre de l’Enseignement supérieur a dévoilé les modalités d’organisation de la scolarité des étudiants en fin d’année, et notamment le déroulement des examens.

Covid-19. BTS, bac, brevet : les épreuves sont maintenues... les annonces à retenir du Ministre Blanquer

Covid-19. BTS, bac, brevet : les épreuves sont maintenues... les annonces à retenir du Ministre Blanquer

Tous les examens et concours prévus en mai et en juin sont maintenus en présentiel. Des autotests vont être proposés aux lycéens.

Examens maintenus ou controle continu : incompréhension et inquiétude chez les étudiants

Examens maintenus ou controle continu : incompréhension et inquiétude chez les étudiants

Si le gouvernement a annulé la tenue de partiels en présentiel pour le mois d’avril, il a autorisé plusieurs exceptions, notamment pour les étudiants en santé ou pour les épreuves de contrôle continu.

Covid-19. Les partiels à l'université auront lieu à distance du 5 avril au 2 mai

Covid-19. Les partiels à l'université auront lieu à distance du 5 avril au 2 mai

Durant le confinement les examens à l’université ne pourront se tenir en présentiel du 5 avril au 2 mai, sauf exceptions.


Ecoles à la Une

Edhec Business School
Cinq campus basés à Lille, Nice, Londres, Paris et Singapour - Rejoignez...
GLION - Institut de Hautes Etudes
Des formations qui font la différence Étudier à Glion vous préparera à...
EDC Paris Business School
EDC Paris Business School est une grande école de commerce et management...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation



Dernières Offres publiées

Les dernières offres de stages et alternance

offre Alternance Alternant BTS Gemeau H/F

Alternant BTS Gemeau H/F

Alternance
Entreprise : SUEZ France (Loriol-sur-Drôme - 26)
offre Alternance Commercial Sedentaire Ac H/F

Commercial Sedentaire Ac H/F

Alternance
Entreprise : Loxam (Perpignan - 66)

Toutes les offres : stages, alternance, cdd, cdi...

ZAPPING FLYERS

+ d'événements