En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Orientation > Formation > Alternance

Alternance : 4 secteurs où les jeunes apprentis sont très demandés

Restauration, BTP, Banque, Assurance : tour d’horizon des filières où les jeunes apprentis sont très demandés…

Si des secteurs pratiquent l’alternance de longue date, d’autres ont récemment découvert ses vertus et s’engagent avec vigueur sur ce chemin. Petit tour d’horizon des filières où les jeunes apprentis sont très demandés…

L’alternance est la formule gagnante pour améliorer l’employabilité des nouvelles générations. Encore faut-il les aider à définir correctement leur projet professionnel et à choisir le bon secteur ! L’apprentissage permet aux entreprises, d’une part, de remplir un rôle social en formant les jeunes aux profils différents, et, d’autre part, de façonner des talents pour les adapter à la spécificité de leurs métiers. Dans ce cadre, certaines filières fonctionnent idéalement avec la combinaison enseignements/immersion professionnelle.
« Prenons le tourisme. On peut faire de la théorie tant qu’on veut mais, pour se former sur ces postes, rien ne remplace l’expérience terrain, le contact client. À ce titre, les employeurs sont friands de profils en alternance » remarque Daniel Peyron, directeur général du Groupe Sup de Co La Rochelle.

BTP, dans la continuité du compagnonnage

D’après l’Observatoire des métiers du BTP, près de 11 250 jeunes ont effectué une mission en alternance dans ce secteur, tout particulièrement dans les domaines du gros œuvre, de l’électricité et de la menuiserie bois plastique. Des chiffres confirmés par Jean-Louis Allard, directeur de l’EI.Cesi, école d’ingénieurs du Cesi : « Le bâtiment nous prend environ 400 diplômés par an ». Si l’alternance est une formule qui plaît, c’est avant tout un dispositif qui fonctionne. Le taux moyen vers l’emploi tourne généralement autour de 50% et il passe à plus de 90% dans les filières BTP du Cesi. « La culture de l’apprentissage est un héritage du compagnonnage.
La raison est simple : en passant la moitié du temps en entreprise, les étudiants développent de réelles compétences opérationnelles, ils savent ce que signifie défendre un projet, négocier avec plusieurs acteurs », ajoute Jean-Louis Allard.

Une histoire de tradition dans la restauration

Le secteur de la restauration et de l’hôtellerie est un des plus gros recruteurs de France. L’alternance est considérée comme un des moyens privilégiés pour renforcer les effectifs. En 2012, on relevait la présence de 36 900 apprentis et 13 800 jeunes en contrat de professionnalisation. Les recrutements s’opèrent du CAP au master : CAP cuisine, bac pro et BTS en hôtellerie-restauration, licences professionnelles ou encore MBA. Si les petites structures sont nombreuses, le secteur est aussi porté par deux géant : les groupes Accor et Flo. Pour ce dernier, l’alternance fait clairement office de voie privilégiée vers un contrat durable. « Notre taux de transformation en CDI avoisine les 40% mais nous essayons d’augmenter cette proportion. Nous sommes en quelque sorte victime d’une pratique courante dans notre secteur qui est de souvent changer de poste en début de carrière. »

Un engouement dans la banque

La banque s’est emparée récemment du dispositif et s’en sert aussi bien pour détecter des talents que pour faire du sourcing sur des profils rares. Le Crédit Agricole recrute chaque année 3 500 jeunes en alternance, de bac à bac +5 sur l’ensemble de leurs métiers : banque de proximité ou de financement, gestion d’actifs, assurance, crédit consommation. Pourquoi cet engouement ? « Nous voulons accéder à des profils plus diversifiés mais aussi participer à la formation des jeunes », explique Sophie Serratrice, directrice marque employeur et recrutement du groupe Crédit Agricole SA.
Actuellement, le secteur est à l’affût de profils commerciaux, et les étudiants en BTS Management des Unités Commerciales (MUC) ou Négociation Relation Client (NRC) peuvent profiter de réelles opportunités de contrats en alternance. Dans cet univers, la gestion de patrimoine est particulièrement favorable. « Il existe de forts besoins sur ces métiers. Nous avons créé avec LCL une classe en apprentissage sur ce thème pour leur fournir régulièrement des profils », révèle Alain Kruger, directeur des MBA ESG.

L’assurance s’y met aussi

. Sa part dans les recrutements a été multipliée par 4 en 10 ans, selon une récente étude de la Fédération française des sociétés d’assurances (FFSA). Aujourd’hui, environ 3 400 jeunes sont en alternance dans la filière : 42 % en contrat d’appren- tissage et 58 % en contrat de professionnalisation. Ces chiffres, pas forcément très élevés, pourraient s’expliquer, selon Fabrice Heyries, DRH du Groupe Groupama, par le fait suivant : « Nous ne recrutons pas beaucoup de commerciaux via l’alternance, postes sur lesquels nous avons pourtant des besoins importants. Étant donné que ces profils doivent suivre une formation préalable interne longue, le dispositif n’est pas très adapté. »
En revanche, les métiers supports, gestion ou finance, sont ouverts aux jeunes qui cherchent à allier théorie et pratique. « Les alternants représentent une force de travail conséquente et un appoint essentiel pour nos équipes », précise-t-il.

L’apprentissage en innovant


Olivier Aptel, directeur général ESC Rennes

L’ESC Rennes vient de lancer un parcours d’apprentissage en deux ans faisant la part belle à l’esprit d’innovation des étudiants. Son objectif ? « Transférer aux étudiants les compétences nécessaires pour identifier et mettre en œuvre des innovations produits, services et organisationnelles, pour le compte de leurs entreprises d’accueil », explique Olivier Aptel, directeur général de l’ESC Rennes. Si des enseignements vont stimuler cette ouverture d’esprit, les jeunes seront également attendus au tournant lors de leur voyage d’études en fin de deuxième année.
À cette occasion, ils vont se muer en « capteurs d’innovation ». « En clair, ils devront se concentrer sur trois éléments : une zone géographique (exemple : Brésil), un secteur d’activité (exemple : agro-alimentaire) et un usage particulier (exemple : alimentation animale). Leur objectif est de détecter des pratiques innovantes et de les rapatrier chez leur employeur », poursuit Olivier Aptel. Un nouveau rôle pour l’apprenti qui devient un ambassadeur R&D. « Nous souhaitons les inciter à être toujours à l’écoute et à l’affût, une aptitude qui sera forcément exigée tout au long de leur carrière. »


Article issu de notre supplément Le Parisien Etudiant spécial alternance du 7 avril 2014
Romain Giry


Réagir sur le Forum Alternance

LE PARISIEN
07.04.2014

Retour au dossier Alternance
Alternance : Alternance : 4 secteurs où les jeunes apprentis sont très demandés
Imprimer

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

Alternance : consultez aussi...

orientation
Erasmus. Etudier en alternance à l'étranger... c'est possible !

Erasmus. Etudier en alternance à l'étranger... c'est possible !

Erasmus est encore trop réservé aux étudiants et pas assez aux apprentis. La ministre du Travail Muriel Pénicaud souhaite que davantage d’apprentis fassent des séjours à l'étranger.

Alternance : comment trouver un contrat pour la rentrée ?

Alternance : comment trouver un contrat pour la rentrée ?

Pour suivre une formation en alternance, il faut une école et une entreprise qui vous accueille en contrat d’apprentissage ou de professionnalisation. Sinon vous risquez de devoir abandonner votre projet.

Écoles. Les business schools misent sur l'alternance

Écoles. Les business schools misent sur l'alternance

La formule a trouvé sa place dans les écoles de commerce. Pour les étudiants, c’est avoir un pied dans l’entreprise et pouvoir mettre en application les apprentissages théoriques.

Alternance. Une mauvaise image auprès des familles

Alternance. Une mauvaise image auprès des familles

François Hollande avait fixé l’objectif de 500 000 apprentis. Mais en 2016, seuls 405 000 élèves ont signé un contrat leur permettant de suivre une formation tout en travaillant dans leur domaine.

Alternance. La recherche d'un contrat : ce n'est pas si simple

Alternance. La recherche d'un contrat : ce n'est pas si simple

Nous avons suivi hier Arnaud et Antoine, des jumeaux en recherche d’un contrat de professionnalisation, au forum de l'alternance.

Alternance. Témoignages d'apprentis : ils l'ont fait et ne regrettent rien

Alternance. Témoignages d'apprentis : ils l'ont fait et ne regrettent rien

Anthony, Yasmine et Emma ont fait le choix de l'alternance pour donner un sens à leur apprentissage théorique en gérant des projets concrets

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
CFA d'Alembert
Le CFA d'Alembert est l'une des 24 écoles de la CCI Paris Île-de-France qui...
IPAG Business School
Située dans l'un des plus beaux quartiers de l'une des plus belles villes du...
ESMAE - Ecole des professionnels du recrutement et de l’intérim
Devenez acteurs des métiers du recrutement et de l’intérim. Les fonctions...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

L'actu du site, bons plans, soirées, orientation... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.