Accueil > Orientation > Formation > Alternance

ALTERNANCE : La voie royale pour la professionnalisation

La formation en alternance se décline dans beaucoup de secteurs et attire de plus en plus de jeunes...

Que ce soit l’apprentissage ou les contrats de professionnalisation, ces deux composantes de la formation en alternance offre aux jeunes une véritable opportunité de se professionnaliser tout en se formant. Mais choisir sa voie n’est pas toujours chose aisée, au regard de la diversité des parcours de formation proposée.

La formation en alternance se décline en deux parcours distincts. L’apprentissage est ainsi un pont entre le parcours scolaire et le monde du travail. Le contrat de qualification permet pour sa part d’obtenir une meilleure qualification et d’accéder à des emplois à haute technicité valorisés dans les entreprises. « À l’heure où les jeunes ont de plus en plus de mal à obtenir leur premier contrat, ces formations facilitent l’insertion professionnelle, souligne François Mabillot, délégué à l’apprentissage dans les métiers de l’ingénierie, Fédération Syntec. Ces formations sont particulièrement appréciées par les jeunes comme par les entreprises pour leur dimension "professionnalisante".


« Le recrutement des jeunes en apprentissage représente une réelle valeur ajoutée pour notre entreprise, souligne à ce sujet Cécile Guillois-Bouillet, directrice du développement RH et de la formation chez SFR. Cela permet de créer un nouveau vivier de compétences et de prendre le temps de professionnaliser ces jeunes. Ces formations nous permettent également de mieux connaître et comprendre les attentes des jeunes et de réaliser, via le système du tutorat, un véritable transfert de compétences. Enfin ces jeunes, qui ont la volonté de rentrer très rapidement dans la vie active font généralement preuve de volontarisme et de dynamisme. » Recruter des jeunes en alternance représente ainsi, pour les entreprises, un investissement conséquent. Le retour sur investissement pour l’entreprise comme pour le formé se mesure d’ailleurs souvent à l’insertion du jeune en contrat à durée indéterminée à l’issue de sa formation. La professionnalisation des jeunes dans le cadre de ces formations dépend alors fortement de l’approche pédagogique retenue et de l’adéquation entre le métier enseigné et les besoins des entreprises en matière d’emploi. D’où l’intérêt de bien choisir son école et sa filière.

Analyser ses besoins de formation

Les cursus proposés sont généralement définis en fonction des besoins métiers présents et à venir des entreprises. Aujourd’hui, l’offre de filières en alternance pour les métiers supports (RH, assistante de direction, comptabilité…) est bien répartie sur le territoire mais les choix de filières plus techniques restent parfois limités. Néanmoins, l’approche mondiale des marchés, les technologies numériques et l’intégration des nouvelles dimensions techniques, économiques et sociétales du développement durable transforment en profondeur les exigences des recruteurs.

« Les entreprises recherchent donc des jeunes capables de s’adapter à cet environnement complexe, précise Maxime Mazloum, Président du Comité Apprentissage – Fédération Syntec. D’ailleurs, les centres de formation l’ont bien compris en changeant leurs pratiques pédagogiques et en multipliant les partenariats avec les entreprises. Le réseau de l’école, le taux de placement ou de poursuite d’études, l’articulation entre les cours et la période en entreprise, les outils de suivi et d’évaluation sont ainsi des indicateurs riches d’enseignements qui peuvent guider le jeune dans le choix de sa formation ».
« La construction du contenu pédagogique de nos cours est réalisée avec les dirigeants d’entreprise et en fonction de leurs besoins métiers, témoigne à ce sujet Jean-Yves Lemercier, Directeur de l’IFRIA Languedoc Roussillon. Par ailleurs, nous réalisons chaque semestre des comités groupes avec les jeunes étudiants, pour voir quels sont les points d’amélioration que nous pourrions apporter sur nos cours. Enfin, plus de la moitié de nos intervenants sont des professionnels en activité, chargés d’enrichir les cours théoriques par leur connaissance terrain du métier enseigné. Cette approche pédagogique nous permet ainsi d’avoir un taux d’insertion de plus de 90% de nos jeunes à l’issue de leur formation (et un objectif de 100% en la matière). Par ailleurs, seuls 3% des jeunes de notre école s’arrêtent en cours de formation, ce qui est peu ».


Une offre de formation diversifiée

Le choix de la formation dépend également de la filière vers laquelle le jeune entend s’orienter. Il convient également de bien analyser ses besoins en amont. « Pour accompagner les jeunes dans cette démarche, la Fédération Syntec communique sur les métiers du numérique, du conseil et de l’ingénierie de la construction et de l’industrie au travers plusieurs sites d’information dédiés, précise François Mabillot. Leur consultation permet d’évaluer les connaissances et les compétences requises. Un moteur de recherche facilite la sélection des établissements qui préparent à nos métiers.

Par ailleurs, à l’échelle de notre branche, nous disposons d’un référentiel des métiers mis au service à la fois des responsables des ressources humaines des entreprises mais aussi des jeunes. » À l’instar du Syntec, de nombreuses entreprises mènent également des actions dans les écoles, lycées et universités afin de présenter aux jeunes les différents métiers accessibles en alternance et de les éclairer dans le choix d’un parcours de formation voire de spécialisation pour les écoles d’ingénieurs et les universités.« Nous participons à des forums dans les écoles et réalisons des interventions pendant les cours pour présenter aux jeunes les différents métiers de notre entreprise », poursuit à ce sujet Cécile Guillois-Bouillet. Choisir une filière de formation en alternance reste également souvent le résultat d’un compromis entre les critères matériels, financiers et pédagogiques. La distance entre l’établissement support de la formation et l’entreprise d’accueil peut ainsi engendrer des coûts et des complications logistiques. « Quoi qu’il en soit, il est important de choisir une formation qui prépare au monde professionnel en gardant à l’esprit la nécessaire adaptation de son métier au contexte de l’entreprise et de son marché, conclut Maxime Mazloum. À l’issue de la formation, le niveau de connaissance est primordial mais les aptitudes personnelles sont aujourd’hui de vrais critères de différenciation dans une carrière professionnelle. »

Anne del Pozo
Cet article est issu du Parisien Eco du 14 mars 2011

Consultez aussi :
ALTERNANCE : La voie royale pour la professionnalisation
ALTERNANCE : Les formations courtes sont très prisées des entreprises
ALTERNANCE : La recherche de contrat alternance
ALTERNANCE : Les points négatifs de l'alternance

Réagir sur le Forum Alternance

Contact
17.03.2011

Retour au dossier Alternance
Alternance : ALTERNANCE : La voie royale pour la professionnalisation : Imprimer
Derniers articles "Alternance"

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

Alternance : consultez aussi...

orientation
VIDEOS. Alternance : le retour d'expérience d'un recruteur et apprenti chez Décathlon

VIDEOS. Alternance : le retour d'expérience d'un recruteur et apprenti chez Décathlon

Le Parisien Etudiant vous présente dans une série de vidéos le retour d'expérience de Décathlon vis à vis de l'alternance : objectifs, recrutement, conseils pour postuler, rechercher un contrat...

Trouver son alternance ou son stage au CIDJ lors de la Semaine de l’insertion

Trouver son alternance ou son stage au CIDJ lors de la Semaine de l’insertion

Du 23 au 26 septembre 2014, le CIDJ organise la semaine de l’insertion professionnelle en partenariat avec la Région Ile-de-France.

Que faire après le Bac. Marre de l'école ? Pense alternance

Que faire après le Bac. Marre de l'école ? Pense alternance

Voie royale vers l’emploi, l’alternance séduit massivement les étudiants. La combinaison théorie/pratique fonctionne à plein régime pour immerger les jeunes dans l’entreprise et doper leur employabilité.

Comment trouver un stage en apprentissage à l'étranger ?

Comment trouver un stage en apprentissage à l'étranger ?

Ils sont peu nombreux, moins de 10 000, mais certains jeunes n’hésitent pas à franchir les frontières pour apprendre un métier.

Forgeron, fondeur : ces métiers de l’industrie ont de l’avenir

Forgeron, fondeur : ces métiers de l’industrie ont de l’avenir

Ils ont mauvaise presse et peinent à susciter l’enthousiasme des jeunes. Pourtant, les secteurs de la forge et la fonderie mènent directement vers la case CDI. Nogent-sur-Oise est un des creusets de ces formations.

Etudiants en alternance, ils gagnent déjà 120 % du smic

Etudiants en alternance, ils gagnent déjà 120 % du smic

Nicolas Ponthier, Arthur Jullian ou Denis Cibiel partagent la même ambition : devenir forgeron. Ils ont une mauvaise image alors que les secteurs de la forge et la fonderie mènent directement vers la case CDI.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
Cours Servais
Depuis sa création en...
75020 Paris
ISM-UVSQ - Institut Supérieur de Management - Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
L'ISM-UVSQ est une...
78047 Guyancourt
EMWeb
Saisissez dès...
75020 Paris

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

Les soirées, bons plans, actu, orientation, ... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.

Sites du Groupe Amaury

Paris Job France Football L'equipe ASO Velo magazine Journal du Golf