Le Parisien Etudiant   Imprimer cette page
Alternance. "Nous accueillons 32% de boursiers"
L'alternance vecteur d'intégration. Rencontre avec Bruno DUCASSE, Directeur de Montpellier BS.
Parmi les grandes écoles de commerce qui proposent des parcours en alternance, Montpellier BS a porté ses efforts sur ce dispositif qui favorise l'ouverture sociale et l'expérience. Rencontre avec Bruno DUCASSE, Directeur de Montpellier BS.

Est-ce que l’alternance continue de progresser dans les grandes écoles ?


La réforme de l’apprentissage avait jeté un certain trouble sur l’avenir de cette filière dans l’enseignement supérieur et en particulier dans les Grandes Ecoles. Aujourd’hui tous les doutes ne sont pas levés mais le modèle se développe, même si parmi les écoles les mieux classées très peu ouvrent encore ce modèle à un nombre significatif d’étudiants.

Dans quelle mesure est-ce un outil de diversité ?


Alors que l’on parle beaucoup de comment faire progresser l'ouverture sociale, le frein que le coût de ces études peut représenter pour de nombreuses familles est étrangement peu abordé. L’apprentissage réduit drastiquement ce frein en permettant le financement de l’intégralité des droits de scolarité par l’entreprise d’accueil. La rémunération versée par l’entreprise à l’étudiant est également un complément non négligeable. Correctement appuyée par une politique de bourses volontariste cela permet à tous les talents méritants de financer des études d’excellence. En ce qui nous concerne, Montpellier Business School accueille plus de 1500 alternants cette année. Nous investissons également chaque année plus de 1.5M€ en bourses sur critères sociaux et académiques. Nous sommes devenus, bien avant que le sujet ne soit médiatisé ou règlementé, la Grande Ecole de Management la plus ouverte à la Diversité, avec 32% de boursiers CROUS contre 14% en moyenne dans les Grande Ecoles de Management. 33 % de nos étudiants sont issus de CSP modestes. C’est du concret, de l’action, avec un impact considérable en volume.

Les diplômes obtenus via l’apprentissage sont-ils équivalents à ceux obtenus par une voie classique ?


Au-delà de son aspect financier, de la professionnalisation, l’alternance est une voie d’excellence. A MBS les diplômés par l’apprentissage cumulent une expérience professionnelle solide, avec 3 semaines sur 4 en entreprise, pour certains dès la première année du PGE, avec le même programme académique que les étudiants en filière classique. Ne nous y trompons pas, cela suppose une organisation, une rigueur et un effort de travail très importants pour les étudiants. Mais ils s’y retrouvent, avec un avantage certain lors d’un recrutement. Les étudiants l’ont bien compris, c’est pourquoi ils sont 90% en dernière année à la choisir et 70% à être embauchés avant même leur diplomation.

Le Parisien Etudiant spécial Alternance


→ Cursus, entreprises... où en est l'apprentissage en 2020 ?
→ Parole aux entreprises. Pourquoi les recruteurs s'y mettent
Immersion au coeur d'un CFA (Centre de Formation des Apprentis)
PPA Business School : « L’alternance, par ses vertus pédagogiques, est une voie d’excellence »
→ Alternance. Apprenti-ingénieur, un profil qui séduit
→ Cursus. Quel avenir pour les bac +2 ?
Les 5 forces de l'étudiant alternant
→ Recherche d'un contrat en Alternance : les 8 clés d’une candidature réussie
→ Alternance et mixité : apprenties au féminin
→ Tribune d'Olivier Faron. Réforme : un nouvel âge pour l'apprentissage ?
→ Rencontre avec Bruno DUCASSE, Directeur de Montpellier BS : "Nous accueillons 32% de boursiers".

Retour au dossier écoles

Par Gilbert - Le 17.01.2020