En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Orientation > Formations

L'alternance - Voie d'excellence pour les ingénieurs de demain

L’Institut des Techniques d’Ingénieurs de l’Industrie (ITII) a pour objectif de former les ingénieurs par l’alternance.

Entretien avec Joël Marçais, président de l’UIMM (Union des Industries et Métiers de la Métallurgie) Alsace et Bas-Rhin, et élu lors de la conférence nationale des ITII en 2009.

À partir de quel constat l’ITII a-t-il été créé ?

« La branche de l’industrie métallurgique a initié ce projet il y a vingt ans maintenant en misant sur une volonté claire : former des ingénieurs de métier, directement opérationnels, en réponse directe aux besoins exprimés par les entreprises, et spécifiquement les entreprises industrielles. Nous nous sommes donc engagés sur la voie d’une formation par et pour les entreprises, en nous appuyant sur le réseau complet de l’UIMM et en nouant des partenariats pédagogiques forts avec des écoles d’ingénieurs ou universités. Nous comptons aujourd’hui 23 ITII répartis sur toute la France, qui ont établi des partenariats avec 56 établissements de formation. Depuis la création de l’ITII, ce ne sont pas moins de 20 500 ingénieurs qui ont bénéficié de cette filière, soit environ 2 000 diplômés chaque année. »

Pourquoi avoir privilégié la voie de l’alternance ?

« L’objectif est de former des ingénieurs performants qui répondent réellement aux besoins des entreprises, et qui bénéficient d’une belle employabilité. Nous sommes persuadés que l’alternance offre un moyen d’excellence pour former les ingénieurs de terrain. Les personnes qui ont suivi ce parcours ont, à la sortie, une très grande connaissance des réalités du secteur, de la vie des entreprises, et ils sont très à l’aise dans le monde du travail. Les étudiants qui optent pour ce dispositif en formation initiale ont déjà une grande maturité. Ils sont recrutés sur dossier, en candidatant à l’ITII de leur région. Par ailleurs, la plupart des cursus sont également ouverts à la formation continue. Les techniciens supérieurs sélectionnés par les entreprises ont la possibilité de devenir ingénieur après plusieurs années d’expérience sur le terrain. Ce panachage crée une belle dynamique dans les formations. »

Quelle plus-value l’UI MM apporte-t-elle à ce dispositif ?

« L’ensemble des entreprises industrielles fédérées au sein de l’Union structurent ce projet en offrant l’appui de l’éventail complet des entreprises de la branche. L’UIMM travaille donc en étroite collaboration avec les établissements de formation pour construire les diplômes les plus appropriés tant en ce qui concerne les attentes de la profession que les exigences liées à une formation d’excellence. Le secteur de la métallurgie recouvre une très large variété de métiers, intégrant la mécanique, l’électronique ou l’informatique. Mais il est en constante évolution, et il faut accompagner les innovations, à titre d’exemple dans le domaine des énergies renouvelables ou encore des techniques informatiques dédiées à la santé. En conciliant étroitement entreprises et formation, nous proposons un dispositif global, interactif et pertinent. »

A quelles évolutions faut-il s’attendre pour les ingénieurs de demain ?

« Au-delà des évolutions technologiques, qui sont très dynamiques, la réalité des métiers d’ingénierie est également en train de changer, et il faut anticiper ces évolutions par la formation. Tout d’abord, les entreprises demandent de plus en plus d’opérationnalité immédiate et concrète aux diplômés, pour qu’ils soient efficaces sur le terrain dès leur prise de fonction. Par ailleurs, nous allons vers une individualisation de plus en plus importante de la formation : les cursus seront élaborés pour mettre en valeur ce que l’ingénieur a à apporter à son métier. Enfin, les entreprises expriment un besoin croissant de recrutement d’ingénieurs, il faudra donc oeuvrer à une plus grande diversité dans la sélection des profils, ce à quoi s’attache activement l’ITII en promouvant notamment la présence féminine dans ses formations. »

Propos recueillis par Pierre-Antoine Marti
Entretien paru dans Le Parisien "Cahier Spécial Ingénieurs" paru le 04/10/2010

Site de l'ITII : ici


Réagir sur le Forum Orientation

Pierre Antoine
05.10.2010

Retour au dossier Formations
Formations : L'alternance - Voie d'excellence pour les ingénieurs de demain
Imprimer

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

Formations : consultez aussi...

orientation
APB 2017 : encore 17 000 candidats mécontents sans propositions

APB 2017 : encore 17 000 candidats mécontents sans propositions

Suite à la deuxième phase de réponses d'APB. De nombreux étudiants n’ont pas toujours trouvé de place dans différentes filières saturées.

APB : les 4 réponses possibles aux résultats d'admission

APB : les 4 réponses possibles aux résultats d'admission

26 juin 2017 : 2e phase d'admission. Les candidats inscrits sur APB peuvent obtenir la réponse à leurs voeux d'admission. Voici les conseils pour bien répondre à cette première phase de réponse. Comment y répondre et rester zen.

APB - La ministre Frédérique Vidal veut mettre fin au tirage au sort à la fac

APB - La ministre Frédérique Vidal veut mettre fin au tirage au sort à la fac

Frédérique Vidal, la ministre de l'Enseignement supérieur, a accordé sa première interview au Parisien. L’ancienne présidente de l’université de Nice compte mettre fin dès 2018 à la procédure très décriée de tirage au sort.

Facs saturées : «Il y avait des étudiants jusque sur l'estrade»

Facs saturées : «Il y avait des étudiants jusque sur l'estrade»

Les jeunes bacheliers qui arrivent à trouver une place à l'université sont confrontés aux aléas de la fac : amphithéâtres bondés, matériel vétuste, manque d'encadrement. Une expérience qui peut vite décourager.

Pourquoi les facs françaises sont saturées

Pourquoi les facs françaises sont saturées

C'est la hantise de ceux qui passent l'épreuve de philosophie du baccalauréat ce jeudi : tous n'auront pas de place dans la fac de leur choix.

Les meilleurs Masters en Finance selon le Financial Times : les écoles françaises au top !

Les meilleurs Masters en Finance selon le Financial Times : les écoles françaises au top !

Classement 2017 du Financial Times : love France. 10 écoles françaises se hissent dans le Top 50 du classement mondial des masters en finance réalisé par le Financial Times (Masters in Finance Pre-experience 2017).

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
ISCOM
Créé en 1986 à Paris, l’ISCOM, institut supérieur de communication et...
CFA d'Alembert
Le CFA d'Alembert est l'une des 24 écoles de la CCI Paris Île-de-France qui...
Atelier Prép'art
Le projet de Prép’Art est de délivrer un enseignement culturel et...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

L'actu du site, bons plans, soirées, orientation... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.