En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Orientation > Universités

APB & filières sélectives : Son bac ne suffit pas pour la fac

Camille n’a pas été acceptée dans la filière de son choix. Un phénomène qui s’amplifie

orientation universites APB & filières sélectives : Son bac ne suffit pas pour la fac Camille n’a pas été acceptée dans la filière de son choix. Un phénomène qui s’amplifie bac, fac, enseignement supérieur, affectation, choix, APB

A l’instar de Camille, qui n’a pas été acceptéeen psycho comme elle le voulait, ils seraient 5 000 bacheliers toujours en attente d’affectation ou assignés à un choix par défaut selon l’Unef

Consultez aussi :

La vocation de Camille, c’est de devenir psychologue. Mais ce n’est pas en fac de psycho que la bachelière a été affectée mais selon ses derniers vœux : sociologie, sciences du langage et sciences sociales. « J’ai tout eu sauf psycho, que je demandais dans mes sept premiers choix », se désole-t-elle. Selon une enquête publiée mi juillet par le premier syndicat étudiant, l’Unef, au moins 5 000 bacheliers seraient toujours en attente d’affectation ou assignés à un choix par défaut, en bas dans leur liste de vœux formulés lors des admissions post-bac (APB). « La moitié d’entre eux n’a aucune affectation », rapporte William Martinet, président du syndicat, qui pointe une année particulièrement tendue.

« C’est dû à deux phénomènes : »

« des capacités d’accueil réduites à cause des difficultés budgétaires des universités et un nombre d’inscriptions en augmentation », estime-t-il. Face à ces tensions, encore plus criantes en Ile-de-France et dans les filières Staps (sport), droit, économie et biologie, certaines universités ont mis en place des procédures de sélection : entretiens, étude du dossier, alors que ce sont en théorie des filières non sélectives, accessibles à tous. « C’est illégal, le premier cycle en université doit être libre d’accès », dénonce l’Unef, alors que le secrétaire d’Etat à l’Enseignement supérieur, Thierry Mandon, a admis que, « dans moins de 10 % des cas », des difficultés existaient.

« C’est injuste, c’est un ordinateur qui a décidé pour moi ! » s’indigne Camille, qui ne s’imagine pas sur les bancs de la fac de socio. « Au moment de rentrer mes vœux dans le système APB, j’ai été alertée par un message que je voulais des filières à capacité limitée », se souvient la jeune fille de Villebon-sur-Yvette (Essonne), qui avait décidé de mettre le maximum de chances de son côté : « J’ai aussi demandé psycho à Lyon où j’ai de la famille qui peut m’héberger. » Avec des bulletins solides récompensés par une mention assez bien au bac L, elle ne pensait pas faire partie des recalés. Impliquée, l’élève a travaillé dur, pour présenter le meilleur dossier et a d’ailleurs décroché un 18 au bac en littérature anglaise. « J’aurais adoré avoir mon premier choix, à l’université Paris-Descartes, où il y a des cours de psycho en anglais », regrette-t-elle.

Camille avait écumé les portes ouvertes et même assisté à la journée d’immersion de l’université Descartes. Et maintenant ? « J’ai pensé au privé, mais c’est beaucoup trop cher. » Accrocheuse, la bachelière envisage de suivre un cursus auprès d’une université publique… par correspondance. « Je prendrai un petit boulot en parallèle », se figure-t-elle, envisageant même d’aller au culot décrocher un entretien avec le président de la fac de son premier choix.

Le ministère de l’Education a indiqué qu’il étudierait les dossiers en souffrance et ferait « du cas par cas pour que les bacheliers aient l’affectation qui correspond à leur choix ». Avec 50 000 étudiants supplémentaires par an, Thierry Mandon met les pieds dans le plat : « Je lance une alerte, le choc démographique de l’université aujourd’hui […] mérite qu’on soutienne financièrement de manière pérenne et sécure les établissements. »

Flora Genoux

APB : consultez aussi :


Dossier spécial APB : tout savoir sur la procédure !
> APB - les établissements qui abusent des candidats
> APB - Comment sont sélectionnés les futurs étudiants ?
> APB : quelle stratégie mettre en place pour vos voeux de formation ?
> S'inscrire à la Fac sur APB
> Procédure complémentaire d'APB
> Exemple de lettre de motivation pour les formations sélectives


Réagir sur le Forum Universités

LE PARISIEN
23.07.2015

Retour au dossier Universités
Universités : APB & filières sélectives : Son bac ne suffit pas pour la fac
Imprimer

Universités : consultez aussi...

orientation
Sélection à l'université. Des prérequis qui fâchent...

Sélection à l'université. Des prérequis qui fâchent...

Pour mettre fin au tirage au sort à l'entrée de l’université... les prérequis sont ils la bonne solution ?

Débat. Faut-il instaurer une sélection à la fac ?

Débat. Faut-il instaurer une sélection à la fac ?

Voix Express du Parisien : à votre avis, faut-il instaurer une sélection à l'entrée à l'université ? 5 avis / témoignage... propos recueillis par Margaux Dussaud.

Examen du concours de médecine : incidents à répétition sur les sujets

Examen du concours de médecine : incidents à répétition sur les sujets

Les couacs à répétition ne concernent pas que le bac. Près de 9 000 étudiants en 6 e année de médecine ont été contraints de repasser, hier, deux épreuves d’internat initialement programmées lundi et mercredi.

APB - La ministre Frédérique Vidal veut mettre fin au tirage au sort à la fac

APB - La ministre Frédérique Vidal veut mettre fin au tirage au sort à la fac

Frédérique Vidal, la ministre de l'Enseignement supérieur, a accordé sa première interview au Parisien. L’ancienne présidente de l’université de Nice compte mettre fin dès 2018 à la procédure très décriée de tirage au sort.

Facs saturées : «Il y avait des étudiants jusque sur l'estrade»

Facs saturées : «Il y avait des étudiants jusque sur l'estrade»

Les jeunes bacheliers qui arrivent à trouver une place à l'université sont confrontés aux aléas de la fac : amphithéâtres bondés, matériel vétuste, manque d'encadrement. Une expérience qui peut vite décourager.

Pourquoi les facs françaises sont saturées

Pourquoi les facs françaises sont saturées

C'est la hantise de ceux qui passent l'épreuve de philosophie du baccalauréat ce jeudi : tous n'auront pas de place dans la fac de leur choix.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
CLCF - Conservatoire Libre du Cinéma Français
La longue histoire du CLCF depuis 1963 n’en fait pas une vieille dame indigne...
ISTH
Depuis 1954, l'ISTH confirme sa place de leader parmi les grandes classes...
ESSYM - Ecole Supérieure des Systèmes de Management
L’ESSYM, École Supérieure des SYstèmes de Management, est une école de la...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

L'actu du site, bons plans, soirées, orientation... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.