En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou traceurs pour améliorer et personnaliser votre expérience, réaliser des statistiques d’audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d’intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux. En savoir plus

Accueil > Orientation > Bac > Corrigés du Bac 2018

Bac 2018 : les corrigés des Sciences Economiques et Sociales (Bac ES)

L'épreuve a ne pas rater pour les candidats en série économique et sociale c'est ce jeudi 21 juin!

Les corrigés de l'épreuves des Sciences Economiques et Sociales pour les séries ES en intégral ici !

Consultez ici les sujets du Bac SES 2018 pour les séries ES

Sujet du Bac Sciences Economiques et Sociales 2018 - Obligatoire



Eléments de correction de la dissertation :


Le salaire résulte-t-il uniquement de la confrontation de l’offre et de la demande sur le marché du travail ?
Le sujet porte sur le thème regards croisés « travail, emploi, chômage ».

La question est la problématique centrale du chapitre : Comment s’articule marché du travail et gestion de l’emploi ? »
On peut reformuler ainsi la question posée en analysant le mot « uniquement » : Comment se forme le salaire ? Est-ce uniquement par la confrontation de l’offre et de la demande sur un marché? Ou bien est-il aussi déterminé par d’autres variables en dehors du marché du travail ? Le travail est-il une marchandise comme les autres ?
Le sujet est donc conforme au programme et classique dans son intitulé mais peut tout de même dérouter les élèves par son aspect théorique. En effet, il faut confronter le modèle de base du marché concurrentiel (la loi de l’offre et de la demande) à la réalité du marché du travail, en montrant que celui-ci ne fonctionne pas uniquement en concurrence pure et parfaite et donc que le salaire ne peut pas entièrement se fixer à la rencontre de l’offre et de la demande, comme nous l’enseigne la théorie néoclassique.
Par contre le plan est facile à construire puisque le sujet invite à la discussion (sujet débat).
Il faut donc faire deux parties : Le salaire peut en partie être fixé sur le marché du travail (I) mais il se détermine aussi en dehors du marché du travail (II)

I/ Le salaire peut en partie être fixé sur le marché du travail
A. Dans la théorie néoclassique, le salaire résulte de la confrontation de l’offre et de la demande de travail
• La demande de travail est une fonction décroissante du salaire : comparaison entre le coût du travail et la productivité du travail.
• L'offre de travail est une fonction croissante du salaire : arbitrage loisirs/travail fondé sur la rémunération de ce dernier.
• Le salaire d'équilibre est celui qui assure le plein emploi sauf pour les chômeurs volontaires et qui égalise coût du travail et productivité
B. Les conditions de fixation des salaires peuvent être bouleversées dans un marché du travail imparfait
• L’offre de travail n’est pas homogène (hétérogénéité du facteur travail) et implique plusieurs marchés et donc plusieurs salaires (doc 3 : salaire corrélé au niveau de qualification par exemple). Les plus calés peuvent approfondir avec la théorie de la segmentation du marché du travail. Le marché externe ou secondaire est plus proche des conditions de la concurrence et le salaire se fixe davantage selon la loi de l’offre et de la demande, ce qui n’est pas le cas dans les marchés internes ou primaires ou il y a davantage de régulation interne par les syndicats notamment.
• Il n’y pas toujours transparence de l’information sur le marché du travail ce qui crée des asymétries d’information. Le salaire va donc être éloigné du salaire d’équilibre car les employeurs vont chercher à se prémunir des risques : il peut proposer un salaire supérieur pour attirer les meilleurs candidats d’une part et pour augmenter la productivité des embauchés d’autre part. C’est la théorie du salaire d’efficience.
Si le marché (ou plutôt les marchés du travail) le niveau des salaires, il faut prendre en compte les acteurs comme les pouvoirs publics et les syndicats qui régulent la relation salariale, si particulière.

II/ Mais le salaire se détermine aussi en dehors du marché du travail
A/ Le salaire se détermine à travers l’intervention de l’État et l’existence d’un droit du travail
• Le rapport salarial est un rapport inégalitaire : il y a un déséquilibre entre la position de l'employeur et celle du salarié.
• L’État intervient afin d'assurer une rétribution minimale au salarié. Cette rétribution en France est horaire et est garantie par la loi (document 2).
• L’Etat intervient en encadrant par la loi la relation salariale : c’est le droit du travail
B/ Les partenaires sociaux peuvent aussi influencer la formation des salaires par la mise en place de conventions collectives.
• Le droit reconnaît les conventions collectives comme ayant force juridique : elles peuvent notamment préciser les niveaux de rémunérations.
• Elles sont le produit de négociations entre des partenaires sociaux (document 1).

Eléments de correction de l’épreuve composée


PREMIERE PARTIE : MOBILISATION DES CONNAISSANCES

1. La question porte sur le premier chapitre « Les sources de la croissance » mais le libellé n’est pas évident au premier abord ! Que signifie une croissance qui s’auto entretient ?
Il fallait alors penser à la théorie de la croissance endogène, qui stipule que la croissance (rappelez la définition) est générée de l’intérieur par le système économique et peut s’auto-entretenir si des investissements dans différents types de capitaux sont réalisés (en capital technologique, humain ou public). La question porte sur un exemple à choisir parmi ces capitaux. Prenons l’exemple du capital technologique, que l’on pourrait assimiler à l’accumulation de dépenses en recherche et développement. Ces investissements vont produire des externalités positives et des rendements croissants, car de nouvelles entreprises vont ensuite pouvoir s’approprier ce progrès technologique sans avoir à financer à nouveau la totalité des coûts de la recherche. Le savoir est donc un bien public cumulatif qui permet de repousser sans cesse la frontière technologique

2. Cette question porte sur le chapitre « Comment analyser la structure sociale ? »
Après avoir défini inégalités en rappelant que deux types d’inégalités sont possibles : économiques ou sociales, il faut montrer qu’elles peuvent être cumulatives, c’est-à-dire qu’elles s’auto-entretiennent (décidemment !) et font système avec un exemple.
Quand les parents ont de faibles revenus (inégalité économique) ils habitent des quartiers défavorisés (inégalité sociale), l’enfant fera ses études dans un établissement moins favorisé (une ZEP ou REP maintenant) et aura plus de difficultés à obtenir un bon diplôme (inégalité sociale), il a plus de risques de se retrouver au chômage... ou ses revenus seront faibles (inégalité économique) et il risque de reproduire le même enchainement d’inégalités

DEUXIEME PARTIE : ETUDE D’UN DOCUMENT

Il faut commencer par présenter rigoureusement le document puis répondre clairement à la question. Ici on nous demande de caractérisez les liens entre la croissance du commerce mondial de marchandises (en %) et celle du PIB mondial (en %). Il faut donc dégager une corrélation entre les deux données. Par exemple : entre 1990 et 2014, la commerce mondial a augmenté en moyenne de 5% par an alors que le PIB mondial sur la même période de 2.5% soit la moitié. Ensuite dans le détail, on peut observer deux tendances : la croissance du commerce est toujours supérieure ou égale à celle du PIB et la baisse de la croissance du commerce a tendance à faire baisser le PIB (en 2009, le commerce mondial a chuté de 12% et le PIB de 2% environ, entre 2007 et 2008 le commerce mondial a diminué de 3.5 points environ et le PIB de 2 points environ). On peut donc voir que le commerce mondial influence le PIB à la hausse ou la baisse.
Dans cet exercice il fallait lire correctement des pourcentages d’évolution et notamment lire les différences en points !

TROISIEME PARTIE : RAISONNEMENT S’APPUYANT SUR UN DOSSIER DOCUMENTAIRE
La question porte sur le chapitre de sociologie « Quels liens sociaux dans des sociétés ou s’affirme le primat de l’individu ? »
Les formes de solidarité font référence à Emile Durkheim qui a montré que les liens sociaux ont changé entre les sociétés dites traditionnelles et caractérisées par un solidarité mécanique, et les sociétés modernes caractérisées par la solidarité organique.
Le sujet n’est pas difficile mais il va être compliqué d’approfondir et d’éviter les discussions « style café du commerce ». Pour éviter cet écueil, appuyez-vous sur les concepts et sur Durkheim en mobilisant le vocabulaire sociologique en étant le plus rigoureux possible.
Il fallait ici montrer que la solidarité organique s’est imposée dans les sociétés modernes mais que la solidarité mécanique n’a pas pour autant disparu, les deux formes coexistant.

I/ La solidarité organique résulte d’une forte division du travail dans nos sociétés

Il faut mobiliser le cours et les notions! Même si le document 1 reprend la théorie de Durkheim, la solidarité organique y est développée dans le troisième paragraphe.

II/ La solidarité mécanique n’a pas disparu dans les sociétés modernes

Il faut développer sur les liens communautaires qui existent toujours. Les liens familiaux avec le document 2 même si on peut voir l’aide reçue et le soutien moral décline sauf pour les 75 ans ou plus.
Le document 3 traite des liens des groupes de supporters ultras qui s’apparentent à une forme de solidarité mécanique.
Le candidat peut (doit) bien sûr développer d’autres exemples !

Sujet du Bac Sciences Economiques et Sociales 2018 - Spécialité


SUJET A
Le sujet porte sur le chapitre « Quelle est la contribution des organisations politiques au fonctionnement de la démocratie ? »
La question est classique mais nécessite de bien connaître la notion de groupe d’intérêt et de ne pas la borner aux seuls lobbys (groupes de pression) dont parle le document. Les groupes d’intérêt renvoie à toutes les organisations qui cherchent à influencer les autorités publiques. On y trouve donc les associations, les syndicats et les lobbys. C’est donc ici du rôle de la société civile dont il était question.
Dans le cours, nous avons vu que les groupes d’intérêts, constitués dans le but d’influencer le pouvoir politique peuvent utiliser deux leviers d’action : la coopération ou la contestation.

I/ Dans le premier cas, il s’agit d’établir un lien de confiance avec les autorités publiques afin de devenir l’interlocuteur privilégié de ces dernières (lobbying interne).
Prenez appui sur le document 1 et le rôle des lobbies dans l’élaboration de la loi. On peut aussi prendre l’exemple de la FNSEA qui participe à la cogestion et la production d’expertise pour la politique agricole en France et dans l’UE.

II/ Dans le second cas (lobbying interne), la pression externe doit inciter les pouvoirs publics à soutenir les revendications portées par les groupes d’intérêt. Par exemple, le Réseau éducation sans frontières (RESF) cherche à promouvoir la protection des enfants et des jeunes scolarisés en France, notamment en prônant la désobéissance civile de ces derniers.

SUJET B
La question porte sur le chapitre « Comment expliquer le comportement électoral ? » et ne comporte pas de piège.
Commencez par définir le mot abstention et donnez quelques chiffres ou ordre de grandeur de l’abstention aux dernières élections présidentielles ou législatives pour montrer l’ampleur du phénomène ensuite mobilisez votre cours.
L’abstention électorale est la situation dans laquelle des individus pourtant inscrits sur les listes électorales ne se déplacent pas pour voter lors des scrutins.

I/ Il existe une abstention « hors du jeu politique » :
Elle est le fait d’individus présentant des caractéristiques sociologiques spécifiques : peu diplômés, appartenant aux couches populaires, mal intégrés socialement (document 2).
Les abstentionnistes « hors du jeu politique » ont un rapport distant et dégradé à la politique : ils sont méfiants envers le personnel politique et les institutions démocratiques, ils s’intéressent peu à la politique, ne s’auto-positionnent que peu sur l’échelle gauche-droite, ils nourrissent un sentiment d’incompétence politique

II/ Il existe aussi une abstention « dans le jeu politique » :
Elle est le fait d’individus présentant d’autres caractéristiques sociologiques que les abstentionnistes « hors-jeu » : ils sont diplômés, jeunes, bien intégrés socialement (document 2).
Les abstentionnistes « dans le jeu politique » s’intéressent à la politique, s’identifient autant que les votants sur l’échelle gauche-droite. Ils sont plus méfiants que les votants vis-à-vis des institutions démocratiques mais moins que les abstentionnistes « hors-jeu ». Leur abstention est volontaire et correspond à une insatisfaction vis-à-vis de l’offre politique (document 1).

ECONOMIE APPROFONDIE
Sujet A
Le sujet est classique et porte sur le chapitre « Quel est le rôle de la politique de la concurrence ? »
Il faut commencer par définir ce qu’est un cartel de producteur : situation de marché où les entreprises s’entendent en fixant notamment leurs prix et/ou leurs quantités de manière coordonnée afin de maximiser leurs profits communs. Puis décrire les objectifs et les modalités des actions des autorités de la concurrence pour sanctionner ces pratiques anti-concurrentielles

I/ La lutte engagée par la politique de la concurrence contre les cartels repose sur plusieurs objectifs :
Protéger les intérêts des consommateurs et des producteurs
Accroitre la transparence de l’information
Favoriser la baisse des prix
Encourager l’innovation

II/ Pour atteindre ces objectifs, la politique de la concurrence revêt différentes modalités :
La politique de la concurrence cherche à accroître la transparence de l’information et à identifier l’existence d’un cartel grâce aux programmes de clémence
Les programmes de clémence permettent aux entreprises participant à un cartel de dénoncer et d’échapper aux poursuites éventuelles (document)
Les autorités peuvent aussi avoir une action répressive en mettant en place des sanctions financières (document), voire pénales.

SUJET B
Le sujet porte sur le chapitre « Comment expliquer les crises financières et réguler le système financier ? »

L’instabilité financière renvoie aux crises financières dont il faut expliquer les causes :
Les crises financières peuvent s’expliquer par deux facteurs principaux :

I/ l’instabilité des marchés financiers liée aux comportements mimétiques des agents économiques sur le marché financier
En principe, sur un marché, lorsque le prix d’un bien augmente, la demande de ce bien diminue. Mais sur le marché financier, c’est l’inverse qui se produit. La valeur d’un actif financier est supposée, selon les libéraux, représenter la valeur fondamentale de cet actif. Si cet actif est une action, il représente la valeur réelle d’une entreprise. La demande de titres financiers suit la logique des comportements mimétiques : un agent économique achète des actifs financiers parce que d’autres agents les achètent pensant que la valeur du titre ne peut qu’augmenter. Ainsi, les comportements sur les marchés financiers répondent à une logique spéculative : on achète parce qu’on anticipe une hausse des prix sur le marché provoquant la formation d’une bulle spéculative. Or, il arrive un moment où ces anticipations s’inversent. Les détenteurs d’actifs financiers vont les vendre, provoquant ainsi la chute brutale des cours et la crise financière. Le document reprend ce mécanisme de mimétisme.

II/ l’insuffisance de la régulation de ce marché
La déréglementation des marchés financiers affaiblit la régulation de ces marchés et encourage la spéculation. Par exemple, l’insuffisance de contrôle des banques a permis la crise dite des subprimes. Les subprimes désignent les crédits accordés par les banques à des ménages ayant de très faibles revenus, pour leur permettre de devenir propriétaires de leur logement. L’expansion de ces crédits a été encouragée par la hausse des prix de l’immobilier et la faiblesse des taux d’intérêt. Mais lorsque les prix ont baissé sur le marché de l’immobilier et les taux d’intérêt ont augmenté, les ménages se sont retrouvés incapables de rembourser leurs prêts. En outre, la titrisation de ces crédits (les crédits ont été convertis en titres vendus sur le marché financier à d’autres banques) a entraîné la propagation des risques de non-remboursement à l’ensemble des banques. Ainsi, c’est le système bancaire mondial qui a été touché par la crise des subprimes, ce qui en a fait la crise économique la plus grave depuis les années 1930.

Consultez aussi :

Spécial BAC 2018 : les sujets et conseils de préparation...
Dates du Bac : épreuve par épreuve
Corrigés du bac : Les épreuves corrigées par nos profs sélectionnés
Les sujets probables du Bac : ciblez vos révisions...
Conseils de révisions : à quelques jours ou heures des examens
Quiz de révisions du Bac : testez votre niveau matière par matière...
Les alertes résultats du Bac : officiels et gratuits, en direct des académies...

Alerte Mail Résultats du Bac :



Réagir sur le Forum Bac
Le Parisien

Le Parisien
21.06.2018

Retour au dossier Corrigés du Bac 2018
Corrigés du Bac 2018 : Bac 2018 : les corrigés des Sciences Economiques et Sociales (Bac ES)
Imprimer

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

Corrigés du Bac 2018 : consultez aussi...

Bac 2018 : le corrigé du bac S de SVT (Sciences de la Vie et de la Terre)

Bac 2018 : le corrigé du bac S de SVT (Sciences de la Vie et de la Terre)

Dernier épreuve du Bac 2018 pour les séries scientifiques ce lundi 25 juin ! Voici les sujets de SVT et les corrigés.

Bac 2018 : les corrigés du bac S de SI (Sciences de l'ingénieur)

Bac 2018 : les corrigés du bac S de SI (Sciences de l'ingénieur)

Lundi 25 juin 2018 - dernière épreuve pour les candidats au Bac S - voici nos corrigés de l'épreuve SI (Coef. 4,5 ou 6)

Bac Techno 2018 : le corrigé de LV1 Anglais et Espagnol

Bac Techno 2018 : le corrigé de LV1 Anglais et Espagnol

Le corrigé de l'épreuve de LV1 Anglais et Espagnol pour les séries Techno du Bac 2018. Epreuve du mercredi 20 juin 2018 de 14h à 16h.

Bac 2018 : les corrigés des langues LV2 (Anglais, Allemand et Espagnol)

Bac 2018 : les corrigés des langues LV2 (Anglais, Allemand et Espagnol)

Ce vendredi 22 juin, les lycées des séries générales passent l'épreuve de LV2.

Bac Techno 2018 : les corrigés des langues LV2 (Espagnol)

Bac Techno 2018 : les corrigés des langues LV2 (Espagnol)

Dernier examen de la semaine pour les séries technologiques ce vendredi 22 juin, l'épreuve de LV2 !

Bac 2018 : les corrigés de mathématiques

Bac 2018 : les corrigés de mathématiques

Les corrigés de l'épreuve de mathématiques du Bac 2018 sont maintenant disponibles pour toutes les séries et spécialités.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
EMC - Ecole supérieure des Métiers de l'Image, du son et de la création 2D.3D
• L'EMC est spécialisée dans les formations artistiques en alternance et...
ITESCIA - L'école du i-Management
ITESCIA, l'école du i-management de la CCI Paris Ile-de-France, forme chaque...
ESAM - Paris - Ecole Supérieure d'Administration et de Management
L’ESAM, l’école de management du Groupe IGS basée à Paris et à Lyon est...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements