Le Parisien Etudiant   Imprimer cette page
Bac français 2020. L'épreuve orale aura-t-elle bien lieu ?
Cet examen est la seule des épreuves écrites et orales du baccalauréat 2020 qui a été maintenue en dépit de la fermeture des lycées depuis la mi-mars.
Quand le ministre de l’éducation nationale a annoncé la suppression des examens écrits et oraux du bac et du brevet le 3 avril, il a été très clair sur le sort réservé aux deux épreuves écrite et oral du bac de français :

L’épreuve écrite, normalement passée en juin, devait être supprimée, et remplacée par la moyenne des notes de français de l’année de première.

L’oral de français, qui se tient chaque année entre la fin juin et le début juillet, était maintenu. Mais avec un nombre de textes à préparer revu à la baisse : 15 textes différents pour la voie générale, et 12 textes différents pour la voie technologique.

La décision a pu surprendre puisque les lycées, quelque soit la région, ne sont pas censés rouvrir leurs portes avant, au mieux, le début du mois de juin. Sur les réseaux sociaux ou le forum du Parisien étudiant, beaucoup de lycéens s'interrogent sur la pertinence de garder cet oral alors que tous les autres examens écrits et oraux du bac et du brevet sont supprimés, tout comme les oraux d’admission dans les grandes écoles.

Mais cette semaine le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer a fait évoluer son discours, en précisant dans une interview donnée à "France 5" le 12 mai que l’oral de français “pourrait” être annulé en fonction de “l’évolution des conditions sanitaires”. Une concertation devrait donc avoir lieu fin mai pour savoir si cet oral serait maintenu ou pas. Si l’oral de français était supprimé il serait remplacé par des notes du contrôle continu - alors même que le ministre expliquait début avril que cette substitution des notes était impossible, faute de notes à l’oral en cours de français.

En attendant la fin mai, dans deux semaines, le ministre a conseillé aux élèves de première de ne pas se démobiliser, et de continuer à lire et travailler leurs textes du bac. “Plutôt Phèdre que Netflix” a résumé le ministre, ajoutant : “parfois je me dis que dans 10 ans les élèves me remercieront si on maintient l’oral parce qu’ils se souviendront de ses beaux textes qu’ils ont lu pendant le confinement”. Pas certain que cette touche d’humour soit appréciée par les premiers concernés.

Sandrine Chesnel


Retour au dossier Bac 2020

Par LE PARISIEN - Le 15.05.2020