OrientationEcolesBachelor

Bachelors : des spécialisations de plus en plus pointues

À chaque branche d’activité, son bachelor. Ces programmes dédiés sont conçus pour former, en trois ans, des pros qui connaissent tout de leur secteur.

ecoles bachelor Bachelors : des spécialisations de plus en plus pointues À chaque branche d’activité, son bachelor. Ces programmes dédiés sont conçus pour former, en trois ans, des pros qui connaissent tout de leur secteur.

Le succès de ce cursus amène les écoles à décliner des spécialités. Ces dernières années ont ainsi vu fleurir des bachelors Immobilier, Sport, Culture, Tourisme… Les atouts de ces programmes ? D’un côté, ils donnent aux étudiants un panorama du secteur et une connaissance de ses métiers ; de l’autre, ils répondent à un grand manque des entreprises françaises : des middle-managers spécialisés dans leur domaine.

Du concret, tout de suite


Pourquoi attendre, quand on sait déjà dans quel secteur on veut travailler ? « Même si je ne savais pas quel métier exact je voulais exercer, le choix du tourisme était clair », explique Claire
Colling, en 3e année de bachelor à l’École supérieure de tourisme de Troyes, du groupe Y Schools. Elle trouve dans son cursus ce qu’elle était venue chercher, à savoir un socle généraliste pour acquérir les fondamentaux du management, et « d’autres matières qui enseignent le tourisme sous toutes ses formes. » Devenir manager dans un hôtel, spécialiste de l’événementiel ou travailler en agence de voyages, les métiers touristiques sont légion. Et déjà, le bachelor de Claire ne lui paraît plus si spécialisé : « Je pense que je poursuivrai en master pour approfondir. L’aspect événementiel m’attire particulièrement. »

La force de ces spécialisations est aussi d’apporter un premier réseau : les professeurs, généralement des professionnels en poste dans le secteur, et les personnes côtoyées pendant les stages : « J’ai toujours pu compter sur les contacts de l’école pour trouver des stages intéressants », se réjouit Claire. Il y a aussi ses camarades de promo qui occuperont tous des fonctions dans la même branche qu’elle et pourront lui offrir – qui sait ? – des opportunités.


Chinois + digital : des atouts luxe


Pour Laura Butler, l’évidence, c’était le luxe. Ainsi qu’une dimension internationale que lui offre son bachelor Sup de Luxe, à Paris : « En plus de l’anglais, tous les étudiants doivent apprendre le chinois », déclare-t-elle. Une obligation impensable dans un autre domaine, mais qui prend tout son sens dans un secteur qui exporte l’immense majorité de ses produits, en particulier en Asie.
Laura, qui a pourtant déjà vécu dix ans à Dubaï, peaufine encore son arabe à l’école, en attendant de partir plusieurs mois sous d’autres cieux : « Nous avons cette possibilité en deuxième et troisième année, c’est aussi cela qui m’a motivée », souligne-t-elle.
Pour l’instant, le programme lui enseigne toutes les ficelles du luxe à la française, ainsi que les matières indispensables comme le marketing, le digital, le retail (commerce de détail), etc. « Le point fort est aussi de rencontrer chaque semaine des professionnels qui connaissent le secteur sur le bout des doigts », apprécie Laura.

À l’aise dans mon écosystème


Quant à Clémence Cribeillet, c’est la proximité de l’école d’ingénieurs du même nom qui l’a attirée vers le bachelor Management et Nouvelles technologies de l’IMT BS (Institut Mines - Télécom Business School). « Après mon bac scientifique, cela m’intéressait de rester au contact des ingénieurs. Mon bachelor comprend beaucoup d’échanges avec eux, via plusieurs cours communs », explique-t-elle. Le programme demeure généraliste, avec quelques matières axées sur les nouvelles technologies. Pour Clémence, ce n’est pas une réelle spécialisation : « La transition numérique amène ces technologies dans toutes les branches. » Elle pourra donc travailler partout.

« Nos bachelors sectoriels répondent aux besoins des entreprises »


3 questions à
Pierre Beaulier Directeur du groupe ESG (Galileo Global Education)


Le groupe ESG propose plusieurs bachelors spécialisés. Pourquoi ?
Nous parlons plutôt de bachelors sectoriels qui répondent aux besoins des entreprises.
Ils ne se concentrent pas sur un métier mais sur des domaines d’activité. Nous en proposons une douzaine. Ce choix est clairement une réponse aux attentes exprimées par les entreprises. Elles ont un besoin important de professionnels commerciaux qui connaissent leur univers.

Ces formations sont-elles bien accueillies ?
Leurs retours valident notre stratégie. Dès que nous ouvrons une formation dans un domaine, elle est saluée et on nous propose des partenariats. C’est donc que le besoin était réel ! Chaque secteur a ses spécificités, sa culture, son langage. Nos étudiants les apprennent, font chaque année des stages et des rencontres dans les entreprises de la branche… En trois ans, ils acquièrent une connaissance fine de leur univers professionnel.

Quels sont les débouchés ?
Quand ils ont choisi un bachelor sectoriel, ils sont plutôt amenés à travailler au bout des trois ans, car leur projet est presque mûr. Cela dit, ce n’est pas le cas partout. Dans le domaine du tourisme, les étudiants ont plutôt tendance à continuer leurs études. Spécialisé ou non, ce cursus ne ferme aucune porte. Parmi ceux qui optent pour un master, une large majorité le fait par la voie de l’alternance. Une autre manière de démarrer la vie professionnelle.


LE CHIFFRE
47 écoles de management proposent un ou plusieurs programmes bachelor. (Source : Conférence des Grandes écoles, 2017)

Palmarès des Bachelors - Le Parisien Etudiant 2019


Le Palmarès des bachelors : notre classement 2019 - Bac +3, le niveau qui monte !
→ Sécurisant et professionnalisant... pourquoi le diplôme de bachelor cartonne
→ Bachelor : des spécialisations de plus en plus pointues
Concours Bachelor : 2 modèles possibles pour intégrer les écoles
Un BON bachelor, c’est quoi ? Quels sont les critères à vérifier avant de vous inscrire
International : une option très recherchée
→ Après Bachelor : continuer vers le Master ou trouver un job ?
BBA, l’autre bachelor... en quatre ans ! Présentation et différences
→ Encore étudiants, ils sont déjà patrons
Alternance & Bachelor : la formule gagnante
→ « Un parcours anglophone » - Réforme du programme Bachelor de Montpellier BS
« Devenir les experts du sport business » - Michael Tapiro directeur de l'école SMS
4L Trophy 2019 : retour sur un rallye de 6 000 km

Retour au dossier Bachelor
Bachelor : Bachelors : des spécialisations de plus en plus pointues
Imprimer

Commentaires / Réactions

Bachelor : consultez aussi...

Palmarès des Bachelors du Parisien Étudiant : le classement 2020

Palmarès des Bachelors du Parisien Étudiant : le classement 2020

Le classement 2020 des programmes Bachelors des écoles de commerce / management par Le Parisien Etudiant. Fondé sur des critères simples et clairs, il apporte un éclairage supplémentaire pour choisir sa future formation.

Bachelor : le nouveau standard bac +3. Notre dossier et palmarès des meilleures formations

Bachelor : le nouveau standard bac +3. Notre dossier et palmarès des meilleures formations

Dossier spécial "Bachelors" ce mardi 10 mars avec Le Parisien Etudiant : disponible en kiosque et sur notre site.

Bachelors. Les écoles d'ingénieurs s'ouvrent elles aussi aux diplômes en 3 ans

Bachelors. Les écoles d'ingénieurs s'ouvrent elles aussi aux diplômes en 3 ans

Elles ont tardé à franchir le pas mais le mouvement est bien lancé. Les filières techniques s’ouvrent largement aux diplômes en trois ans

Reconnaissance du Bachelor : vers le grade de licence

Reconnaissance du Bachelor : vers le grade de licence

C’est fait. Les bachelors pourront bientôt obtenir la même reconnaissance qu’un bac +3 à l’université. Quels changements pour les étudiants ?

Etudes ou emploi ? Quelle suite après mon bachelor...

Etudes ou emploi ? Quelle suite après mon bachelor...

Poursuivre ses études au-delà des 3 ans reste l’option la plus suivie par les diplômés. Mais ils ont toutes leurs chances s’ils veulent intégrer une entreprise.

Un bachelor du troisième type mélant techno, langues et management

Un bachelor du troisième type mélant techno, langues et management

À la rentrée 2020, un nouveau double diplôme sera proposé aux étudiants de l’ISIT (langues-management interculturel) et l’EFREI (ingénieurs) désireux de suivre une formation combinant techno et expertises dans les langues

Ecoles à la Une

CFA ACE
Le CFA ACE accueille chaque année 1000 jeunes pour les préparer efficacement...
Edhec Business School
Cinq campus basés à Lille, Nice, Londres, Paris et Singapour - Rejoignez...
Sup de Vente, l'école supérieure de vente de la CCI Paris Ile-de-France
Présentation de l'école "Sup de Vente, l'école supérieure de vente de la...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter

L'actu du Parisien Etudiant, examens, bons plans, soirées, orientation... *

Inscription réussie - Merci.


* En complétant votre adresse électronique, vous validez les Conditions Générales d’Utilisation et acceptez que Le Parisien, responsable de traitement, traite vos données pour vous permettre de recevoir les actualités Le Parisien Etudiant. Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de protection de vos données personnelles : Politique de confidentialité.