Orientationécoles

Bachelors. Les écoles d'ingénieurs s'ouvrent elles aussi aux diplômes en 3 ans

Nouveauté. Elles ont tardé à franchir le pas mais le mouvement est bien lancé. Les filières techniques s’ouvrent largement aux diplômes en trois ans

orientation ecoles Bachelors. Les écoles d'ingénieurs s'ouvrent elles aussi aux diplômes en 3 ans Nouveauté. Elles ont tardé à franchir le pas mais le mouvement est bien lancé. Les filières techniques s’ouvrent largement aux diplômes en trois ans

Le ton a été donné par l'école Arts et Métiers en 2014 puis l’École Polytechnique elle-même qui, non sans créer une certaine surprise, a lancé il y a quelques années son propre bachelor. Un programme un peu spécial, il est vrai, car l’X le destine en grande majorité aux étudiants internationaux. Mais il a fait des émules : « Il fallait proposer une offre nouvelle mieux adaptée à l’évolution des parcours d’études, capable de créer des passerelles entre les formations mais aussi avec les établissements étrangers », juge Antoine Bonte, adjoint au directeur des études d’ESTP Paris (École spéciale des travaux publics). Pour l’heure, l’école ne compte aucun bachelor. En septembre prochain, elle en proposera deux : l’un en Management de la construction, l’autre en Architecture et ingénierie.

Vrai besoin économique


L’essor des bachelors répond à un besoin latent de l’économie : celle de techniciens supérieurs, équivalents du fameux Mittelstand allemand (que l’on peut traduire par cadre intermédiaire), dont les entreprises françaises manquent. Cesi École supérieure de l’alternance a ainsi choisi de déployer huit bachelors, chacun axé sur un type de métiers : responsable Qualité sécurité environnement, responsable en Ingénierie des logiciels… « Les entreprises accueillent très positivement ce nouveau format en trois ans », note Frédéric Meunier, directeur général d’Efrei Paris, école d’ingénieurs informatique, qui propose aujourd’hui un bachelor et en ajoutera trois nouveaux à son catalogue dès la rentrée.

Le chiffre: 474 000 recrutements pour des fonctions numériques ont été réalisés l'année dernière
Source: Syntec, 2019

Ouvrir les portes


Le niveau bac +3 répond enfin aux nouvelles exigences des étudiants, désireux de pouvoir construire leur parcours comme ils l’entendent, sans forcément passer par la case prépa, ni s’engager sur cinq ans dans un cursus unique.
« Proposer un premier niveau de sortie en trois ans est devenu indispensable », estime Antoine Bonte. Et Frédéric Meunier insiste sur la belle occasion de s’adresser à des profils qui ne se dirigeaient pas spontanément vers la filière ingénieur jusqu’alors : « Écoles comme entreprises cherchent des parcours différenciés, des jeunes qui ont découvert plusieurs domaines, pas uniquement scientifiques et techniques. » Un besoin de talents transversaux particulièrement présent dans les métiers du digital.

Nouvelles synergies


Pour le satisfaire, Efrei Paris et Isit, l'institut de management et de communication interculturels, nouent à la rentrée un nouveau partenariat. Ensemble, ils proposent le bachelor International Communication Management & Creative Technology. « Une offre originale, explique Frédéric Meunier, qui allie notre enseignement technologique à celui de la communication et de la linguistique dispensé par l’Isit à Paris. »
L’idée de cette formation, qui réunira deux publics fort différents, part d’un constat : « Aujourd’hui, le même projet peut réunir un développeur à Dublin, un graphiste à Moscou et un rédacteur à Paris. D’où l’importance de savoir dia loguer, tant entre différentes langues que différentes expertises », analyse encore le directeur général de l’Efrei.
Il s’agit aussi d’apprendre à cumuler deux casquettes – technologie et marketing. Autrefois bien séparées en entreprise, ces domaines ne vont désormais plus l’un sans l’autre.

Par Nicolas Chalon.


« L’enseignement est tourné vers la réalité des entreprises  »



Baudoin Kana étudiant en bachelor web et mobile à ECE Paris, école d’ingénieurs

Pourquoi avez-vous choisi un bachelor ?
J’ai commencé mes études par un BTS SIO (Services informatiques aux organisations), avec l’idée de poursuivre en école d’ingénieurs. Cependant, les établissements qui m’intéressaient vraiment ne recrutaient pas de BTS, ou très peu. La possibilité d’y entrer en bachelor était une excellente opportunité pour moi. J’ai donc passé des entretiens, puis intégré le bachelor Web et Mobile de l’ECE Paris, directement en troisième année.

L’enseignement est-il différent que pour les autres ingénieurs ?
Il y a quelques nuances importantes. La première année d’un Programme grande école d’ingénieurs est très axée sur les mathématiques et la physique. En bachelor, nous nous concentrons davantage sur l’aspect technologique pur, la programmation et la gestion de projet. L’enseignement est un peu plus concret, tourné vers la réalité des entreprises.

Que pensez-vous de votre formation ?
J’apprends énormément de langages de programmation et j’ai le sentiment de devenir chaque jour plus professionnel. J’étudie en alternance, ce qui rend le cursus encore plus opérationnel et enrichissant. Cela me plaît tant que, malgré un planning chargé, je n’ai pas du tout l’impression d’aller au travail chaque matin !

Vous êtes déjà professionnel, en somme…
Pas tout à fait encore, je progresse. Mais tout me laisse penser que j’ai fait les bons choix d’orientation, car mon profil intéresse déjà les entreprises, j’ai reçu quelques propositions d’embauche !

Allez-vous les accepter ?
Non, car mon parcours d’études n’est pas terminé. L’an prochain, mon objectif est de rejoindre le cursus ingénieurs classique pour les deux dernières années. Je devrai donc passer des concours pour le faire, celui de l’ECE Paris en tête.


Palmarès des Bachelors 2020 - Le Parisien Etudiant


Le Palmarès des meilleures écoles et formations Bachelor : le classement
Diplôme Bachelor : vers le grade de licence, quels changements pour les étudiants ?
Bachelors spécialisés : une formation précise pour les besoins des entreprises
→ Etranger. S'expatrier devient LA norme
Bachelor en alternance, le cercle vertueux
→ Trois questions à Erwan Poiraud, directeur de l'école 100% alternance PPA Business School
→ Etudes ou emploi ? Quels débouchés / suites après mon bachelor...
→ Emploi & Bachelors. Des bac +3 très opérationnels
Bachelors en 3 ou 4 ans : quelle différence ?
→ En Avril : Le temps des concours d'entrée aux écoles
Futurae : nouvelle école du digital et bachelor d'un nouveau genre
→ Les écoles d'ingénieurs s'ouvrent elles aussi aux diplômes en 3 ans
→ Associations étudiantes. Des premiers pas de manager



Retour au dossier écoles
écoles : Bachelors. Les écoles d'ingénieurs s'ouvrent elles aussi aux diplômes en 3 ans
Imprimer

Commentaires / Réactions

écoles : consultez aussi...

Admissions parallèles : préparer dès cet été la rentrée et les concours 2021

Admissions parallèles : préparer dès cet été la rentrée et les concours 2021

Après une année mouvementée, comment mettre à profit les vacances d’été pour optimiser votre préparation aux concours 2021 ?

Quelle économie, entreprises, métiers… demain ?

Quelle économie, entreprises, métiers… demain ?

Vidéos en partenariat avec l'école de management EBS PARIS. Les étudiants s’interrogent sur leur avenir, leur impact sur le monde de demain.

Coronavirus et grandes écoles. « Notre rôle est de former des diplômés capables de faire face aux crises »

Coronavirus et grandes écoles. « Notre rôle est de former des diplômés capables de faire face aux crises »

Comment va se dérouler la rentrée dans les grandes écoles ? Quelles seront les grandes transformations ? Comment les entreprises vont réagir ?

Stages et Coronavirus. Comment les écoles et étudiants s'adaptent

Stages et Coronavirus. Comment les écoles et étudiants s'adaptent

A cause de l’épidémie de Covid-19, beaucoup d’étudiants se sont trouvés confrontés à des annulations de stages, ou à l’impossibilité d’en trouver un, notamment pour cet été.

Quand les étudiants de l'Essec innovent chez Engie

Quand les étudiants de l'Essec innovent chez Engie

Les étudiants de l'Essec ont fait fort. En imaginant une méthode d’analyse des données internes, ils ont éclairé la DRH sur l’engagement des 170 000 salariés. Retour sur cette initiative assez unique avec Gerard Guinamand, Chief Data Officer d’Engie.

Coronavirus. « Rassurer les candidats sur leur employabilité »

Coronavirus. « Rassurer les candidats sur leur employabilité »

En cette période de crise sanitaire, de nombreux étudiants en poursuite d’études pour la rentrée 2020-21 se questionnent sur leur recrutement, leur intégration, leur sécurité au sein de leur future école et l’assurance d’une bonne continuité pédagogique.

Ecoles à la Une

L'Ecole Multimedia
Les métiers du multimédia / digital sont au cœur des formations de L'École...
Le Village De l'Emploi
Avec une méthode éprouvée depuis 1998 et déjà plus de 5400 carrières...
Montpellier Business School
Fondée en 1897, membre de la Conférence des Grandes Écoles, Montpellier...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


Newsletter

L'actu du Parisien Etudiant, examens, bons plans, soirées, orientation... *

Inscription réussie - Merci.


* En complétant votre adresse électronique, vous validez les Conditions Générales d’Utilisation et acceptez que Le Parisien, responsable de traitement, traite vos données pour vous permettre de recevoir les actualités Le Parisien Etudiant. Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de protection de vos données personnelles : Politique de confidentialité.