OrientationMieux-travaillerArgent / Prêt

De l'aide alimentaire pour les étudiants sur les campus

Les associations caritatives, comme le Secours catholique, investissent les campus. Un coup de pouce indispensable pour certains jeunes.

Ils débarquent le matin dans l’amphi le ventre vide, éteignent le chauffage pour faire des économies, n’ont pas les moyens d’aller chez le dentiste… A un âge où ils devraient vivre dans l’insouciance, des milliers d’étudiants doivent faire face à la précarité.

Au Secours catholique, qui rend public ce matin son rapport annuel consacré au thème « Jeunes, une génération précaire », on en aide de plus en plus, pas moins de 600 en 2010 alors qu’un tiers des étudiants bénéficient aujourd’hui de bourses. « Aujourd’hui, il y a davantage d’étudiants issus des milieux populaires et qui n’ont pas un réseau d’amis, de relations sociales, une famille pour les épauler financièrement. Beaucoup commencent un cursus et l’abandonnent au bout de quelques mois car ils ne peuvent pas tout faire : étudier et enchaîner les petits boulots », analyse François Soulage, président de l’ONG.

Du dépannage vestimentaire aussi

Au sein d’autres associations caritatives, on rencontre aussi de plus en plus cette population qui demande un coup de pouce. Alors, pour être au plus près de ces galériens, elles ont décidé de s’installer sur les campus. A Paris, Lille et Albi, le Secours populaire a ainsi ouvert une antenne universitaire avec « dépannage alimentaire et vestimentaire ». « Nos horaires de permanence d’accueil traditionnelles ne correspondent pas forcément à la disponibilité des jeunes, alors on vient à eux », explique Pascal Rodier, son secrétaire national.

Sur le campus de Rouen, le Secours catholique distribue chaque semaine un colis alimentaire aux élèves sans le sou. « Notre période de pointe, c’est en février quand tout l’argent des jobs d’été a été dépensé », observe Pierre Babault, retraité bénévole qui orchestre cette bonne action. Des associations d’étudiants, elles, se lancent dans la création d’épiceries sociales. La première a été inaugurée à l’université de Lyon-I il y a deux semaines (lire ci-dessous). Une deuxième vient de voir le jour à l’université de Corte (Haute-Corse). Signes d’immenses besoins, d’autres doivent suivre à Nice, Brest, Strasbourg ou Lille.

Aurélie,
19 ans, bénéficiaire de l'épicerie solidaire ouverte à Lyon-I


"Ça permet d'avoir l'esprit plus libre "

Même les « promos » les plus folles des hypermarchés ne peuvent rivaliser. Ici, les quatre yaourts nature coûtent 4 centimes, le camembert vaut 34 centimes, la barquette de tomates cerises 50 centimes ou le tube de dentifrice 40 centimes.
Bienvenue dans la première épicerie solidaire réservée aux étudiants fauchés. Elle vient d’ouvrir ses rayons sur le campus de l’université Lyon-Ià Villeurbanne, au sein de la Maison des étudiants.

Ce projet baptisé Agoraé a été orchestré par Gaelis, fédération d’associations étudiantes lyonnaises. Soutenu, notamment, par les collectivités locales mais aussi l’Andes (Association nationale de développement des épiceries sociales), il dispose d’un budget de 50 000 € pour donner un coup de pouce à 10 étudiants aujourd’hui, 40 dans quelques jours et quelque 150 à terme.
De qualité, les produits proviennent de la Banque alimentaire ou sont achetés auprès de grandes surfaces, à tarifs réduits. Pour qu’un étudiant puisse faire ses courses ici, il faut que son budget alimentation quotidien soit en dessous de 7€, soit le prix de deux repas au resto U et d’un petit déjeuner évalué à 1€. Il est nécessaire aussi que son dossier soit retenu lors d’une commission regroupant, entre autres, des assistantes sociales du Crous. Le montant des achats par bénéficiaire est limité et représente, chaque mois, un panier qui vaudrait 100€ dans un magasin «ordinaire».

A l’origine de cette idée, les réponses à un questionnaire remis l’année dernière à 500 étudiants pour mesurer leur précarité.

«On a découvert qu’il y en avait pas mal qui sautaient des repas », souligne Jillian Chazalette, 21 ans, président de Gaelis. Parmi les premiers clients sélectionnés, il y a Aurélie, 19 ans, en deuxième année d’études de sport (Staps). « Quand j’ai vu les prix, j’ai demandé si c’était les vrais tellement c’était bon marché, c’était surréaliste ! Cette initiative, ça permet de moins calculer, d’avoir l’esprit plus libre », confie la demoiselle, qui a déjà rempli son sac à dos de yaourts, de tranches de jambon, de viande ou de courgettes.

« Ça me change du riz et des pâtes », sourit-elle. Cette fille d’un fonctionnaire et d’une employée n’est pas boursière. « Je suis juste au-dessus des critères », regrette-t-elle. Pourtant, ses parents n’ont pas les moyens de financer son cursus.Alors, pour payer son loyer mensuel de 400 €, celle qui « vit en coloc» collectionne les petits jobs. Jusque-là, elle gagnait, à raison d’une trentaine d’heures par semaine, environ 600 € par mois. « Mais grâce à l’épicerie solidaire, je peux me permettre de bosser vingt-deux heures. Je gagne donc huit heures pour étudier », se félicite- t-elle.


Crédit photo : Villeurbanne (rhône), le 4 novembre. Une épicerie solidaire exclusivement réservée aux étudiants vient d’ouvrir ses portes sur le campus de l’université Lyon-I. (lp/nicolas foray.)

Article issu du Parisien / Aujourd'hui en France du mardi 8 novembre 2011

Retour au dossier Argent / Prêt
Argent / Prêt : De l'aide alimentaire pour les étudiants sur les campus
Imprimer

Commentaires / Réactions

Argent / Prêt : consultez aussi...

Rentrée 2020 : après 6 mois loin des amphis, Pierre a hâte de retrouver la vie étudiante

Rentrée 2020 : après 6 mois loin des amphis, Pierre a hâte de retrouver la vie étudiante

Pierre, 21 ans, entre en deuxième année de licence maths-informatique à l’université de Strasbourg. S’il est heureux de retourner à la fac, son budget serré ne lui permettra pas d’acheter des masques chirurgicaux.

Une rentrée étudiante plus chère de 76 euros et des jeunes plus pauvres, selon la Fage

Une rentrée étudiante plus chère de 76 euros et des jeunes plus pauvres, selon la Fage

Le 18e baromètre de la première fédération étudiante, que nous dévoilons, évalue le coût moyen de la rentrée 2020 à 2361 euros pour les jeunes inscrits dans l’enseignement supérieur.

Prêt étudiant : l'essentiel à savoir avant de souscrire

Prêt étudiant : l'essentiel à savoir avant de souscrire

Pour financer vos études, il est souvent nécessaire de souscrire un crédit étudiant. Mais attention ! Il s’agit d’un prêt bien particulier qui peut finir par coûter cher. Suivez le guide.

Lettre pour une demande de suspension de prélèvement automatique

Lettre pour une demande de suspension de prélèvement automatique

Vous souhaitez suspendre le prélèvement automatique d'un créancier ? Avisez votre banque en lui envoyant ce modèle de lettre adapté.

Resto U : des repas à un euro pour les étudiants boursiers

Resto U : des repas à un euro pour les étudiants boursiers

Castex annonce des repas à un euro, contre 3,30 euros actuellement, pour les étudiants boursiers dans les restaurants universitaires

Lettre pour une demande d'aide sociale

Lettre pour une demande d'aide sociale

Pour prétendre aux différentes prestations sociales, il faut remplir plusieurs conditions. Toute personne à faible ressource accède à l'aide sociale à partir de 60 ans. Pour en bénéficier, il faut adresser une demande à l'image du modèle suivant.

Ecoles à la Une

Audencia Business School
Audencia Business School : Innovative leaders for a responsible...
Les Roches Management Hôtelier
DES OPPORTUNITÉS DE CARRIÈRE À L’INTERNATIONAL Nos liens privilégiés...
GLION - Institut de Hautes Etudes
Des formations qui font la différence Étudier à Glion vous préparera à...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter

L'actu du Parisien Etudiant, examens, bons plans, soirées, orientation... *

Inscription réussie - Merci.


* En complétant votre adresse électronique, vous validez les Conditions Générales d’Utilisation et acceptez que Le Parisien, responsable de traitement, traite vos données pour vous permettre de recevoir les actualités Le Parisien Etudiant. Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de protection de vos données personnelles : Politique de confidentialité.