OrientationUniversités

Sélection, orientation forcée, cours à distance... ce qui attend les futurs étudiants

Sélection, surcharge, réussite... Les différentes propositions reçues par Frédérique Vidal pour améliorer les conditions des futurs bacheliers.

Après pas moins de 55 réunions en un mois, la ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, va recevoir aujourd’hui la synthèse des propositions de onze groupes de travail réunissant experts, professeurs, parents et étudiants.

Leur mission un peu impossible : trouver comment réformer l’accès aux études supérieures, désengorger les filières surchargées et améliorer la réussite des étudiants à la fac car, actuellement, ils ne sont que 40 % à décrocher leur licence, en trois ou quatre ans.

A lire les rapports, dont nous avons pu consulter plusieurs chapitres avant leur présentation, le miracle n’a pas eu lieu : la question centrale de la sélection, ou pas, des élèves à l’entrée de l’université n’est toujours pas tranchée. Sur ce point, « les vraies négociations commencent maintenant, avec le ministère », souffle un expert.

Abandon de l’orientation forcée



Une piste, figurant au menu du groupe de travail 4, a été tout bonnement retoquée par les participants tant elle était explosive. Il s’agissait de permettre aux universités et aux conseils de classe d’orienter eux-mêmes les lycéens, en ne leur laissant le choix qu’entre « trois propositions » établies en fonction de leur dossier scolaire et des places disponibles dans leur région. Avant d’être mis de côté, le sujet a occasionné des débats « plutôt rock’n’roll », confie un membre du groupe de travail 4. « Les clivages sur le choix final laissé ou non à l’étudiant restent forts », constate de son côté le groupe 2 dans son rapport.

Cours magistraux à distance



D’autres propositions semblent en revanche faire consensus : travailler « dès la 2 de » sur l’orientation pour que les jeunes connaissent mieux les filières où ils s’engagent, développer les cours magistraux « en ligne » à distance pour régler le problème des amphis trop petits, ou bien imposer à toutes les écoles délivrant un diplôme reconnu par l’Etat de recruter leurs élèves sur la même plate-forme. Jusqu’à cette année, 15 % des écoles ne figuraient pas sur le logiciel Admission post-bac. C’est en partie ce qui a contribué à engorger le système, avec des listes d’attente interminables d’élèves gardant sous le coude une proposition d’admission sur APB en attendant des réponses en dehors.

Davantage de places en BTS et en IUT



Fort logiquement, les groupes de travail suggèrent aussi, pour régler le problème du nombre de candidats, d’augmenter en conséquence le nombre de places disponibles. En particulier dans les BTS et les IUT, ces formations sélectives de deux ans, normalement conçues pour les élèves de bacs professionnels et technologiques, mais de plus en plus prises d’assaut par les jeunes de bacs généraux. Pour réformer ces classes, il est aussi question « d’avoir des quotas minimum et maximum selon les différentes filières ».

Rallonge budgétaire obligatoire



Mais augmenter le nombre de places, en fac ou en BTS, implique de mettre la main au portefeuille. Actuellement, malgré deux rallonges budgétaires, de 850 M€ en 2017 et de 700 M€ pour 2018, une quinzaine d’universités affichent, selon la Cour des comptes, une situation financière « dégradée » ou « très dégradée ».

Le nouveau nom d'APB ? "Réussis ton avenir"



Réussis ton avenir sera-t-il le nouveau nom de feu Admission post-bac ? C’est en tout cas ainsi qu’est baptisée, dans un document de travail, la future plate-forme qu’utiliseront dès cette année les élèves de terminale pour s’inscrire à l’université, en BTS, en classe prépa ou encore dans des écoles postbac. Considérant qu’APB charrie trop de mauvais souvenirs, la ministre avait annoncé à la rentrée que la réforme de l’accès au supérieur allait s’accompagner d’un changement de nom. Réussis ton avenir, proposé par un participant selon le ministère, est apparu dans au moins un document confidentiel remis aux différents groupes de travail. « Franchement, ce n’est pas très heureux, réagit Jimmy Losfeld, porte-parole de la principale organisation étudiante, la Fage. Cela donne l’impression que ceux qui ne font pas d’études ratent leur avenir… » Le nom définitif, à ce jour, n’a pas encore été arrêté.


Christelle Brigaudeau

Consultez aussi :

Collège : pourquoi le brevet est encore remanié
Le souhaits d'études supérieures des Bacheliers
Rentrée à la fac : après les naufragés d'APB, les naufragés du master

Retour au dossier Universités
Universités : Sélection, orientation forcée, cours à distance... ce qui attend les futurs étudiants
Imprimer

Commentaires / Réactions

Universités : consultez aussi...

Rentrée 2020 et Covid-19 : amphis bondés, étudiants révoltés

Rentrée 2020 et Covid-19 : amphis bondés, étudiants révoltés

Les amphis sont souvent très (trop) remplis en début d'année, ce que dénonce de nombreux étudiants chaque année, mais avec la crise sanitaire, cette rentrée est d'autant plus explosive...

Journées du Patrimoine 2020 : les universités et grandes écoles ouvrent leurs portes

Journées du Patrimoine 2020 : les universités et grandes écoles ouvrent leurs portes

Découvrez les campus qui se bougent pour la 37e édition des Journées Européennes du Patrimoine qui permettent de pousser les portes de lieux insolites, souvent inaccessibles ou avec des visites guidées spéciales.

VIDÉO. Amphis bondés et coronavirus : à la Sorbonne, des étudiants déjà inquiets

VIDÉO. Amphis bondés et coronavirus : à la Sorbonne, des étudiants déjà inquiets

Crise du coronavirus et rentrée 2020 : les étudiants du supérieur sont priés de respecter les gestes barrières... mais les conditions de travail le permettent-ils en présentiel ?

Ici, les étudiants sont priés de ne pas venir en cours !

Ici, les étudiants sont priés de ne pas venir en cours !

L’Université de technologie de Compiègne (UTC) a décidé de garder à distance la majorité de ses 4 000 élèves, qui pourront suivre les leçons depuis chez eux.

Universités, Grandes écoles... à quoi va ressembler cette rentrée 2020 ?

Universités, Grandes écoles... à quoi va ressembler cette rentrée 2020 ?

C’est la rentrée dans beaucoup d’universités et d’écoles qui ouvrent à nouveau leurs portes ce lundi, et vont commencer à accueillir leurs premiers étudiants dans les tout prochains jours.

Coronavirus : «Cette rentrée universitaire va être très stressante pour les étudiants»

Coronavirus : «Cette rentrée universitaire va être très stressante pour les étudiants»

A chaque université ses règles. Malgré le Covid, les universités parisiennes sont invitées à privilégier l’enseignement «en présentiel».

Ecoles à la Une

Montpellier Business School
Fondée en 1897, membre de la Conférence des Grandes Écoles, Montpellier...
ITESCIA - L'école du i-Management
ITESCIA, école publique la CCI Paris Île-de-France, forme plus de 1400...
L'Ecole Multimedia
Les métiers du multimédia / digital sont au cœur des formations de L'École...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter

L'actu du Parisien Etudiant, examens, bons plans, soirées, orientation... *

Inscription réussie - Merci.


* En complétant votre adresse électronique, vous validez les Conditions Générales d’Utilisation et acceptez que Le Parisien, responsable de traitement, traite vos données pour vous permettre de recevoir les actualités Le Parisien Etudiant. Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de protection de vos données personnelles : Politique de confidentialité.