OrientationFormationétranger

Cet été, je booste mon anglais !

La 1ère rentrée étudiante signifie pour certains les 1er cours en anglais. Si vous n'êtes pas fluent, vous avez deux mois pour prendre des mesures !

Quel que soit le cursus que vous suivrez à la rentrée, il y a fort à parier que l’anglais y occupera une place. Petite pour certains, cruciale pour d’autres.

Ce ne seront plus là des cours d’anglais, mais des cours en anglais… Petite nuance qui fait une grande différence : avoir une moins bonne note en anglais, passe encore, mais ne pas comprendre des cours qui constituent le socle de votre formation (droit, commerce international, etc.) c’est plus pénalisant.

Bien sûr, il y a ceux qui pourront partir cet été, immergés dans un pays anglophone. Il y a aussi la possibilité de suivre des stages, généralement de deux semaines à deux mois, plus ou moins intensifs. Ce sont sans doute les solutions les plus efficaces pour des progrès rapides. Mais pour tous les autres, il existe aussi des applis (voir encadré) ou tout simplement de bons réflexes à prendre, tout seul, pour progresser vraiment.

Se spécialiser : la clé pour se débrouiller les premiers mois


« Ceux qui restent en France doivent d’abord se demander quelles matières seront enseignées en anglais dès la rentrée et se focaliser dessus », conseille George Wilson, Teacher Training Coordinator à British Council, qui propose des séjours anglophones partout dans le monde ainsi que des stages en Ile-de-France. Cela signifie lire des magazines spécialisés, constituer des listes de vocabulaire… Un étudiant qui démarre une formation en hôtellerie, par exemple, aura des centaines de mots spécifiques à apprendre. « Cette immersion dans une zone d’étude passe par la lecture de magazines et de sites du secteur, écouter des séminaires et conférences sur Internet, voire s’inscrire à des Moocs et échanger sur des forums », illustre George Wilson. Autant de manières d’apprendre les expressions et les termes les plus récurrents d’un métier.

Faites entrer l’anglais dans votre real life


Toujours cette nuance, qui veut dire beaucoup. « La clé est d’intégrer l’anglais dans sa vie quotidienne. Bouleverser ses habitudes ne fonctionne pas longtemps. Si vous lisez des journaux, lisez-les en anglais. Si vous aimez un film ou une série, regardez-les en anglais. » Le but : sortir de la vision de l’anglais comme une contrainte scolaire, ou une matière à apprendre. Quand on est étudiant, la langue n’est plus une matière, c’est un outil parmi d’autres. Du coup, ne faut-il faire aucun exercice, à proprement parler ? « Ca ne vous fera jamais de mal, explique George Wilson, mais c’est peut-être le moment de lâcher ! »

Ne pas paniquer !


Evidemment, l’échéance approche. Mais si vous n’êtes pas bilingue aujourd’hui, vous ne le serez pas à la rentrée. L’apprentissage d’une langue doit être vu de manière continue, et simple. « Quand vous lirez un texte, il y aura une multitude de mots que vous ne comprendrez pas. Mais sans vous en rendre compte, vous passerez d’une compréhension globale à une compréhension des détails. » L’œil et l’oreille s’habituent aux tournures de phrases, et surtout à repérer les mots clés, à comprendre la structure du discours. D’où l’impression, parfois, de ne pas progresser, qui crée un certain découragement. « Mais c’est une impression trompeuse : notre cerveau s’habitue très bien à ranger les informations, il les retient ! » Et si un mot a tendance à toujours sortir par l’autre oreille, laissez-le s’envoler : you’ll get it later.

Le chiffre : 32e, c’est le rang occupé par la France, sur 80 pays, pour le niveau d’anglais de ses habitants.

Source : étude EF-EPI, 2017


Interview : Sophie Vignoles, Responsable de l’équipe didactique de Babbel



Une appli, est-ce un bon moyen de progresser pendant l’été ?
La force de notre application est de s’adapter aux différents publics, à leur niveau, mais aussi à leurs contraintes personnelles. Babbel est donc évidemment un bon outil pour les bacheliers qui souhaitent progresser durant l’été. Nous proposons 14 langues, adaptées aux francophones, à leurs difficultés particulières et leur manière de réfléchir, car la langue maternelle joue un grand rôle. L’adaptation à l’utilisateur va beaucoup plus loin, puisque nous nous adaptons aux objectifs que vous vous fixez, ainsi qu’aux différents métiers, secteurs d’activité.

Combien de temps quotidien préconisez-vous ?
J’éviterais les comportements de type bachotage. Déjà parce que cela ne permet pas de fixer les informations dans la durée, et puis parce que c’est un très bon moyen de se démotiver en cours de route ! Je pense que se connecter 15 ou 20 minutes tous les jours est déjà bien. Ou un pe u plus bien sûr si l’on en a envie… Mais une fois sorti de l’application, il faut toujours se poser la question : où et comment puis-je mettre en pratique ce que je viens d’apprendre ? Ce n’est pas toujours simple de trouver un anglophone avec qui parler. Mais pendant les vacances, admettez que vous avez plus de chances !

Peut-on en profiter pour progresser en espagnol ou en allemand ?
Nous proposons l’apprentissage de ces langues, mais il est généralement déconseillé d’apprendre simultanément deux langues si on a un faible niveau dans les deux. Si vous en avez une forte et une faible, vous pouvez y aller. Avec un niveau débutant dans les deux, vous risquez de faire des confusions et de mal retenir les informations. Il faut aussi se rappeler qu’apprendre une langue, c’est avoir une curiosité pour des gens, pour une culture. Cette dimension de partage est essentielle : c’est elle qui nous tient motivé et nous pousse à aller vers les autres pour communiquer. C’est à dire pour progresser.

Retour au dossier étranger
étranger : Cet été, je booste mon anglais !
Imprimer

Commentaires / Réactions

étranger : consultez aussi...

Études à l'étranger, séjours linguistiques : où peut-on voyager ?

Études à l'étranger, séjours linguistiques : où peut-on voyager ?

Vous avez prévu de partir à l’étranger pour un semestre, une année d’études ou un séjour linguistique en 2020 ou 2021 ? Voici un état des lieux sur l’ouverture des frontières des destinations les plus prisées.

Coronavirus. En Suisse, comment l'école CREA (Inseec U) a passé la crise

Coronavirus. En Suisse, comment l'école CREA (Inseec U) a passé la crise

La Suisse a été très touchée par la crise du COVID-19, si le confinement a été moins strict qu’en France, il a tout de même impacté la vie des étudiants et professeurs. René Engelmann, directeur de CREA INSEEC U-Genève-Lausanne, témoigne.

Lettre pour une demande de stage à l'étranger

Lettre pour une demande de stage à l'étranger

Vous souhaitez mettre en pratique vos connaissances ou acquérir des compétences professionnelles dans un pays autre que le vôtre ? Rédigez soigneusement votre demande de stage à l'étranger à partir de ce modèle.

Coronavirus. Comment les écoles pensent relancer les échanges internationaux

Coronavirus. Comment les écoles pensent relancer les échanges internationaux

Quelle mobilité demain ? La crise a donné un coup d’arrêt brutal aux échanges d’étudiants. Quand et comment faire repartir les étudiants ?

Etudier à l'étranger. S'expatrier devient une norme

Etudier à l'étranger. S'expatrier devient une norme

Découvrir d’autres cultures, se couler dans une ambiance internationale, voyager… Une manière de vivre leurs études, appréciée des étudiants

TOEFL, TOEIC, IELTS, Cambridge : quel test d'anglais choisir ?

TOEFL, TOEIC, IELTS, Cambridge : quel test d'anglais choisir ?

Difficile de s'y retrouver dans la jungle des examens d'anglais. Tous ne se valent pas, n'évaluent pas les mêmes compétences et ne sont pas reconnus par les mêmes établissements

Ecoles à la Une

EDC Paris Business School
EDC Paris Business School est une grande école de commerce et management...
ITESCIA - L'école du i-Management
ITESCIA, école publique la CCI Paris Île-de-France, forme plus de 1400...
Le Village De l'Emploi
Avec une méthode éprouvée depuis 1998 et déjà plus de 5400 carrières...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter

L'actu du Parisien Etudiant, examens, bons plans, soirées, orientation... *

Inscription réussie - Merci.


* En complétant votre adresse électronique, vous validez les Conditions Générales d’Utilisation et acceptez que Le Parisien, responsable de traitement, traite vos données pour vous permettre de recevoir les actualités Le Parisien Etudiant. Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de protection de vos données personnelles : Politique de confidentialité.