En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Orientation > Formations

Combien gagne... un coach sportif

Chaque semaine découvrez un métier et un salaire...

ISABELLEAdjani, Edouard Baer, Zazie... Les plus grandes vedettes lui prêtent une oreille attentive : Jean-Pierre Clémenceau est leur coach sportif.
Son rôle ?
« Leur délivrer du bien-être », explique ce quadragénaire. Son métier est « un mélange de préparateur physique, de psychologue et de conseiller ». Envie de gommer des poignées d'amour avant de jouer une scène un peu dénudée ? De se refaire une santé à l'entame d'une tournée ? Stars ou anonymes, Jean-Pierre Clémenceau évalue les besoins de ses clients et leur concocte un programme de travail sur mesure.

Salaire : 1 300 euros net par mois en début de carrière. Jusqu'à 10 000 euros net pour ceux qui disposent d'une clientèle très fortunée

« Ce qui me plaît, c'est le challenge »
Le rituel est immuable : tout débute par une séance de tests physiques, puis, généralement, s'ensuivent quelques semaines de travail, à raison d'une ou deux séances par huitaine. « Par exemple, Zazie venait d'accoucher et elle devait monter sur scène environ un mois plus tard. Nous avons établi ensemble un programme pour lui renforcer le dos et travailler son endurance. Elle a pu chanter dans de bonnes conditions», raconte le coach.
Tous ses clients n'ont pas la même pêche. « Pour les anti-sports, ceux qui sont très réticents à l'idée de faire des efforts, il faut ruser. On les amène petit à petit à se bouger, par des moyens détournés, comme des jeux », souligne-t-il. Ses conseils font certainement mouche. Car, au cours de ses treize années de pratique, Jean-Pierre Clémenceau s'est taillé une réputation de fer.

Au fil des défis et grâce au bouche à oreille : « Ce qui me plaît dans ce métier, c'est le challenge », confie-t-il. Ainsi, ce coach sportif a réussi à faire perdre 10 kilos en moins de trois mois à Sophie Favier. Pour autant, Jean- Pierre Clémenceau n'est pas « un fan de stars ». Il ne court « pas après les people ». Ses services sont facturés entre 80 et 150 euros le cours.

Au final, il gagne en moyenne 2 800 euros net par mois. Mais être coach ne se décrète pas. Pour exercer ce métier, mieux vaut disposer d'un diplôme d'Etat de préparateur physique. Et d'une solide santé. Ainsi Jean-Pierre Clémenceau se lève tous les jours à 4 h 30. Un peu de stretching pour mettre la machine en route et, dès 6 heures, les premiers cours débutent. Ses clients matinaux ? Principalement des hommes politiques et des grands noms de la médecine...

BORIS CASSEL
Article paru dans le Parisien Eco du Lundi 27 Avril 2009

Métiers liés : Entraîneur sportif, Éducateur sportif,


Réagir sur le Forum Orientation

Contact
11.06.2010

Retour au dossier Formations
Formations : Combien gagne... un coach sportif : Imprimer
Derniers articles "Formations"

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

Formations : consultez aussi...

orientation
Alternance. Comment trouver un emploi/contrat grâce aux réseaux sociaux

Alternance. Comment trouver un emploi/contrat grâce aux réseaux sociaux

LinkedIn, Twitter, Facebook sont aujourd’hui des alliés précieux pour obtenir un contrat d’alternance. Encore faut-il savoir en tirer le meilleur parti.

Les talents de demain passent par l'alternance

Les talents de demain passent par l'alternance

Grand Angle - En tête à tête avec Nicolas Stalin, directeur de PPA (Pôle Paris Alternance)

Alternance : à la conquête de l'entreprise - Cahier spécial Le Parisien Etudiant

Alternance : à la conquête de l'entreprise - Cahier spécial Le Parisien Etudiant

Obtenir un contrat d’apprentissage ou de professionnalisation relève parfois du parcours du combattant. Toutes les pistes pour vous aider dans notre cahier spécial Le Parisien Etudiant, à retrouver ce mardi 10 janvier en kiosque et sur notre site internet

Montpellier Business School  - Alternance : la diversité au cœur

Montpellier Business School - Alternance : la diversité au cœur

Grand Angle - En tête à tête avec Didier Jourdan, directeur général de Montpellier Business School

Alternance & tuteur : un rôle à haute valeur ajoutée

Alternance & tuteur : un rôle à haute valeur ajoutée

Pendant les périodes en entreprise, l'alternant peut compter sur le soutien indéfectible de son tuteur. De lui dépend le développement de ses compétences. 66% des jeunes estiment que la réussite de l’alternance dépend de la relation avec le tuteur.

Alternance : Témoignages d'étudiants en cours de formation

Alternance : Témoignages d'étudiants en cours de formation

Un pied à l’école, l’autre dans l’entreprise. Vanessa, Fatoumata et Dave ont fait le choix de l’alternance pour la même raison : la volonté de mettre immédiatement en pratique leurs acquis théoriques, au plus près du terrain.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
ISCOM
Créé en 1986 à Paris, l’ISCOM, institut supérieur de communication et...
CIFACOM - L'école du graphisme, du multimédia et de l'audiovisuel
Passionné par le graphisme, le multimédia ou l'audiovisuel ? Une de nos...
EMC - Ecole supérieure des métiers de l'image, du son et du multimédia
Visez l’expérience, Vivez l’alternance. Créée en 1989 par Jean-Paul...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

Les soirées, bons plans, actu, orientation, ... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.