OrientationFormations

Combien gagne... un ingénieur informatique

Chaque semaine découvrez un métier et un salaire...

PAS FACILE d'être ingénieur et mère de famille à la fois ! « C'est une question d'organisation », répond Sandrine Aymes, 29 ans, ingénieur en informatique. Cette jeune femme a évolué dans un milieu majoritairement masculin. A 18 ans, son bac en poche, elle enchaîne une prépa maths sup/maths spé à Annecy (Haute Savoie) puis réussit le concours de l'EISTI (Ecole internationale des sciences du traitement de l'information), à Cergy (Vald'Oise).
« A l'époque, il y avait 10 % de femmes dans l'école, actuellement c'est plutôt un quart des étudiants », constate Sandrine, qui a choisi durant son cursus une spécialisation en audit conseil. Autrement dit : elle apprend à faire des diagnostics pour améliorer la productivité des entreprises et optimiser leurs performances. Elle sort de l'école bien classée, notamment grâce à sa maîtrise de l'anglais : « Etre polyvalent, c'est un atout », affirme- t-elle. Lors de son stage de fin d'études, elle décroche un CDI dans une grande entreprise de services informatiques. Son poste ? « Consultante en assistance à maîtrise d'ouvrage. »

Salaire : Entre 2 300 et 3 000 euros net en début de carrière. Entre 4 500 et 6 500 euros net en fin de carrière.

Des horaires souvent lourds

En tant que chef de projet, Sandrine encadre deux personnes... deux hommes. Est-il difficile pour une femme d'imposer son autorité ? « Non, c'est une question de volonté. Peut-être qu'avec le temps, si je monte dans la hiérarchie, les relations avec mes collègues masculins deviendront-elles plus tendues.»
Sandrine Aymes gagne 2 900 euros net par mois, sans oublier une participation annuelle, indexée sur le salaire, de 1 200 euros ainsi qu'un intéressement collectif de 400 euros. Quant à son intéressement variable individuel, il s'est élevé à 350 euros l'an dernier. Reste à espérer que son entreprise, touchée par la crise économique, ne soit pas moins généreuse l'an prochain... Car même si Sandrine apprécie son métier, les horaires sont souvent lourds (entre 40 et 50 heures par semaine) et exigent une solide organisation familiale.

ELSA MARI

Article paru dans le Parisien Eco du Lundi 18 Mai 2009

Métiers liés : Ingénieur télécoms et réseaux, Ingénieur électronicien,

LE PARISIEN

LE PARISIEN
11.06.2010

Retour au dossier Formations
Formations : Combien gagne... un ingénieur informatique
Imprimer

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

Formations : consultez aussi...

Coronavirus. Comment les écoles pensent relancer les échanges internationaux

Coronavirus. Comment les écoles pensent relancer les échanges internationaux

Quelle mobilité demain ? La crise a donné un coup d’arrêt brutal aux échanges d’étudiants. Quand et comment faire repartir les étudiants ?

Témoignages d'apprentis pendant la crise sanitaire du Coronavirus

Témoignages d'apprentis pendant la crise sanitaire du Coronavirus

Leur contrat avait déjà démarré avant la crise. Entre confinement, école et télétravail, leur mission a pris un air bien singulier.

Ingénieurs : la pénurie de compétences dans le digital ne disparaitra pas

Ingénieurs : la pénurie de compétences dans le digital ne disparaitra pas

Rencontre avec Jean-Marc Loeser, directeur des relations entreprises et du développement de l’ESIEA, école d’ingénieurs spécialisée dans le numérique.

Trouver son alternance avant l'été : participez à des forums de recrutement 100% en ligne

Trouver son alternance avant l'été : participez à des forums de recrutement 100% en ligne

Chaque année, de nombreux étudiants doivent rechercher une alternance pour valider leur cursus scolaire. La mise en place du confinement a largement complexifié la situation des étudiants pour trouver une alternance pour la rentrée 2020.

Coronavirus : un BTS sur contrôle continu

Coronavirus : un BTS sur contrôle continu

De nouvelles modalités ont été décidées le 7 avril pour adapter l’examen du BTS aux contraintes du confinement. Tous les examens terminaux ont été annulés, mais les cours pourraient reprendre progressivement à partir du 11 mai.

Coronavirus : « Le télé-alternant, futur télé-travailleur est né »

Coronavirus : « Le télé-alternant, futur télé-travailleur est né »

Le directeur général Yves Hinnekint de Talis Education Group souligne l'importance de l'apprentissage par l'alternance en entreprise, avec un développement de plus en plus fort en France, même en situation de télétravail avec une formation à distance.

Ecoles à la Une

CY Tech
CY SUP assure l’articulation des premiers cycles du territoire avec les...
Sup de Vente, l'école supérieure de vente de la CCI Paris Ile-de-France
Présentation de l'école "Sup de Vente, l'école supérieure de vente de la...
IN’TECH – Ecole supérieure d’ingénierie en informatique
Fondée en 2002, IN’TECH est une école supérieure d’Ingénierie en...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation




Newsletter

L'actu du Parisien Etudiant, examens, bons plans, soirées, orientation... *

Inscription réussie - Merci.


* En complétant votre adresse électronique, vous validez les Conditions Générales d’Utilisation et acceptez que Le Parisien, responsable de traitement, traite vos données pour vous permettre de recevoir les actualités Le Parisien Etudiant. Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de protection de vos données personnelles : Politique de confidentialité.