En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Orientation > Formations

Combien gagne... un stewart

Chaque semaine découvrez un métier et un salaire...

Charles Rosello est devenu stewart pour les voyages et les horaires décalés « antimonotonie »

«VOIR du pays ! »
C'est souvent la motivation première de ceux qui tentent les concours pour devenir stewart. Charles Rosello, aujourd'hui 23 ans, a mordu à l'hameçon au détour d'une conversation avec une amie qui tentait le CSS, le Certificat Sécurité Sauvetage, le précieux sésame qui donne le droit de travailler dans les compagnies aériennes françaises. Alors qu'il se destinait à la profession de script, après un bac ES (économie et social) et une licence en audiovisuel, Charles se renseigne et change radicalement de voie. « Les voyages évidemment, mais également des horaires décalés qui rendent le quotidien moins monotone, se justifie-til. Et puis aussi la possibilité de rencontrer beaucoup de monde, venant d'horizons différents, aussi bien parmi le personnel naviguant que les passagers. »

SALAIRE : 2 000 euros net par mois au début puis 3 000 euros en fin de carrière pour un poste de chef de cabine, suivant les compagnies

« Un mode de vie très enrichissant »
Mais ne s'improvise pas stewart ou hôtesse de l'air qui veut. Les différentes épreuves peuvent s'étaler sur plusieurs mois. « D'abord, il y a la visite médicale, reprend Charles. Pas de critère de poids ou de taille en particulier, mais il s'agit d'être en très bonne santé. Pas de problèmes cardiaques, une bonne vue, etc. » Commencent alors les choses sérieuses : « J'ai préféré réviser pendant un bon mois avec des bouquins que je m'étais procurés dans des librairies spécialisées sur l'aéronautique, plutôt que de payer une formation. L'épreuve théorique dure une matinée, et aborde des questions d'ordre général sur l'aviation, la sécurité, le secourisme ou encore les règlements de la DGAC (NDLR : la Direction générale de l'aviation civile). »

Après les résultats, vient l'examen pratique. Une journée complète, après cinq jours de formation, payante et obligatoire celle-là (autour de 900 euros). Là encore, on aborde les mêmes thèmes, mais avec des mises en situation. Comme l'épreuve de feu-fumée par exemple, où l'on doit traverser une cabine enfumée, s'équiper avec un matériel à oxygène, puis éteindre différents foyers d'incendie avec des extincteurs et des gestes bien spécifiques. « Il faut bûcher dur, surtout si, comme moi, on ne connaissait rien du tout au début ! A mon époque, pour valider le tout, il fallait encore effectuer 60 heures de stages dans une compagnie. Les choses ont un peu changé depuis mais le site de la DCAC donne toutes les informations. » Deux ans après son premier emploi, Charles se dit ravi de son choix d'un mode de vie « un peu particulier mais très enrichissant ». Il s'est rendu compte avec le temps qu'il avait tout à fait le profil demandé : ouvert, doté d'un esprit d'équipe et capable de conserver sa bonne humeur en permanence !

ERWAN BENEZET

Article paru dans le Parisien Eco du Lundi 23 novembre 2009

Métiers liés : Steward / Hôtesse de l'air, Pilote de ligne, Pilote dans l'armée de l'air,


Réagir sur le Forum Orientation

LE PARISIEN
11.06.2010

Retour au dossier Formations
Formations : Combien gagne... un stewart
Imprimer

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

Formations : consultez aussi...

orientation
International. Découvrir et s'enrichir des cultures des autres continents

International. Découvrir et s'enrichir des cultures des autres continents

En échange universitaire, sur un campus à l’étranger ou en stage en entreprise, les possibilités d’acquérir une expérience multiculturelle sont variées.

Écoles. Les business schools misent sur l'alternance

Écoles. Les business schools misent sur l'alternance

La formule a trouvé sa place dans les écoles de commerce. Pour les étudiants, c’est avoir un pied dans l’entreprise et pouvoir mettre en application les apprentissages théoriques.

Pourquoi les plus prestigieuses business schools sont-elles américaines ?

Pourquoi les plus prestigieuses business schools sont-elles américaines ?

L'invité - Rick Levin : ancien président de l’Université Yale et directeur général de Coursera. Faut-il être riche pour entrer dans les meilleures business schools ?

APB - Une pétition contre le tirage au sort des étudiants

APB - Une pétition contre le tirage au sort des étudiants

Une circulaire parue discrètement fin avril, officialise la méthode de sélection par "tirage au sort" pour l'entrée à l'Université... beaucoup d'étudiants s'en insurgent et une pétition vient d'être lancé pour demander au nouveau gouvernement d'agir.

APB : Nos conseils pour ordonner vos voeux d'orientation

APB : Nos conseils pour ordonner vos voeux d'orientation

Vous avez jusqu'au 31 mai minuit pour modifier l’ordre de leurs vœux dans le logiciel d’orientation post-bac APB. Un moment stratégique pour les élèves. Les solutions pour s’en sortir.

Alternance. Une mauvaise image auprès des familles

Alternance. Une mauvaise image auprès des familles

François Hollande avait fixé l’objectif de 500 000 apprentis. Mais en 2016, seuls 405 000 élèves ont signé un contrat leur permettant de suivre une formation tout en travaillant dans leur domaine.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
ISTH
Depuis 1954, l'ISTH confirme sa place de leader parmi les grandes classes...
Créapole
CREAPOLE est une école de Design et de Création avec : - Un campus au coeur...
ITESCIA - L'école du i-Management
ITESCIA, l'école du i-management de la CCI Paris Ile-de-France, forme chaque...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

L'actu du site, bons plans, soirées, orientation... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.