En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Orientation > Formations

Combien gagne... une sage femme

Chaque semaine découvrez un métier et un salaire...

JOURNÉE marathon en perspective pour Anne Le Ho. Comme chaque semaine, cette sage-femme assure les consultations prénatales à l'hôpital de Lorient (Morbihan). De 9 heures à 17 heures, elle enchaîne les rendez-vous avec les futures mamans. « Au minimum 19 consultations par jour, c'est l'objectif fixé par l'hôpital », précise la jeune femme, elle même mère de 3 enfants en bas âge. Au menu : suivi médical très strict des patientes, bien sûr, mais aussi écoute et dialogue. « On reçoit beaucoup de monde à Lorient, parce que de nombreuses maternités alentour ont fermé ».

Salaire : 1 770 euros net mensuel, en moyenne, en début de carrière dans le public. 2 840 euros net en fin de carrière.

Durant une semaine type, Anne consacre en moyenne une journée à cette activité, aux entretiens prénatals, ou à la préparation à l'accouchement. Elle enchaîne sur deux jours en salle de travail, où les sages-femme sont souvent seules à la manoeuvre pour gérer l'accouchement. Il lui arrive également d'assurer des gardes de nuit, ou durant les week-ends. Enfin, elle continue à suivre ses patientes après la naissance. « C'est un métier passionnant, mais le rythme est très fatigant pour l'organisme. Et c'est difficilement compatible avec la vie de famille.»

Un métier passion qu'Anne, avec ses 16 années d'ancienneté, n'exerce pas pour l'argent. Avec son échelon 4 de sage femme de classe supérieure, elle touche 2531,38 euros brut par mois. Son salaire a toutefois beaucoup progressé, puisque à ses débuts, en 1993, sa feuille de paie s'établissait à 8482 francs brut (1300 euros)...
En mars et en décembre, elle perçoit des primes de service de 210,69 euros et de 596,06 euros. Quant au travail de nuit et de week-end, il est rémunéré en plus: 44,89 euros pour une journée de 8 heures les samedi-dimanche et jours fériés, et 1,07 euros par heure entre 21 heures et 6 heures. Cerise sur le gâteau, chaque année, l'hôpital lui verse une « prime chaussure » de... 8,19 euros. «Nous salissons beaucoup nos chaussures en salle de travail, c'est pour que nous puissions nous payer de nouvelles paires », expliquet- elle, sourire en coin...
« Nos salaires ne sont pas élevés par rapport à notre niveau de responsabilités, et à nos qualifications ». Après son bac, cette jeune femme a suivi 4 années d'études (NDLR: aujourd'hui, pour devenir sage-femme, il faut avoir suivi la première année de médecine avant les 4 ans de spécialisation). Une formation où elle a multiplié les stages, notamment en maternité de jour et de nuit, et les week-end. Le tout sans indemnité.

VALÉRIE HACOT

Article paru dans le Parisien Eco du Lundi 20 Avril 2009

Métiers liés : Infirmière / Infirmier, Infirmière puéricultrice, Sage-femme,


Réagir sur le Forum Orientation

LE PARISIEN
11.06.2010

Retour au dossier Formations
Formations : Combien gagne... une sage femme
Imprimer

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

Formations : consultez aussi...

orientation
International. Découvrir et s'enrichir des cultures des autres continents

International. Découvrir et s'enrichir des cultures des autres continents

En échange universitaire, sur un campus à l’étranger ou en stage en entreprise, les possibilités d’acquérir une expérience multiculturelle sont variées.

Écoles. Les business schools misent sur l'alternance

Écoles. Les business schools misent sur l'alternance

La formule a trouvé sa place dans les écoles de commerce. Pour les étudiants, c’est avoir un pied dans l’entreprise et pouvoir mettre en application les apprentissages théoriques.

Pourquoi les plus prestigieuses business schools sont-elles américaines ?

Pourquoi les plus prestigieuses business schools sont-elles américaines ?

L'invité - Rick Levin : ancien président de l’Université Yale et directeur général de Coursera. Faut-il être riche pour entrer dans les meilleures business schools ?

APB - Une pétition contre le tirage au sort des étudiants

APB - Une pétition contre le tirage au sort des étudiants

Une circulaire parue discrètement fin avril, officialise la méthode de sélection par "tirage au sort" pour l'entrée à l'Université... beaucoup d'étudiants s'en insurgent et une pétition vient d'être lancé pour demander au nouveau gouvernement d'agir.

APB : Nos conseils pour ordonner vos voeux d'orientation

APB : Nos conseils pour ordonner vos voeux d'orientation

Vous avez jusqu'au 31 mai minuit pour modifier l’ordre de leurs vœux dans le logiciel d’orientation post-bac APB. Un moment stratégique pour les élèves. Les solutions pour s’en sortir.

Alternance. Une mauvaise image auprès des familles

Alternance. Une mauvaise image auprès des familles

François Hollande avait fixé l’objectif de 500 000 apprentis. Mais en 2016, seuls 405 000 élèves ont signé un contrat leur permettant de suivre une formation tout en travaillant dans leur domaine.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
IPAG Business School
Située dans l'un des plus beaux quartiers de l'une des plus belles villes du...
ESRA - Ecole Supérieure de Réalisation Audiovisuelle
Le groupe ESRA est une école de cinéma (Paris, Rennes, Nice) proposant des...
EMC - Ecole supérieure des métiers de l'image, du son et du multimédia
Visez l’expérience, Vivez l’alternance. Créée en 1989 par Jean-Paul...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

L'actu du site, bons plans, soirées, orientation... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.