En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Orientation > Universités

Convaincre avec un diplôme de sciences humaines

Les étudiants en université intéressent de plus en plus les recruteurs

LES DIPLÔMÉS des sciences humaines et sociales seraient-ils les mal-aimés de l'entreprise...?
Selon l'enquête insertion 2009 de l'Apec sur les diplômés de 2008, le taux d'insertion des universitaires est de 69% (67% pour les diplômés de sciences humaines, hors IUFM), contre respectivement 79 et 82% pour les sortants d'écoles d'ingénieur et de commerce. Mais les choses changent. « Dès que les recruteurs et les étudiants de sciences humaines se rencontrent, les premiers découvrent des profils convaincants, et les seconds s'ouvrent à de nouvelles perspectives », souligne Julie Coudry, directrice générale de la Manu, une association qui rapproche les étudiants et les sociétés.

La prise de conscience s'est faite progressivement. D'un côté, les entreprises confrontées au papy-boom doivent renouveler leurs sources de recrutement. Les universités, quant à elles, ont désormais l'obligation d'accompagner la professionnalisation de leurs étudiants, et renforcent aussi la participation des sociétés dans les cursus, ou encore l'apprentissage.
Emblématique de cette mutation, l'opération Phénix tient cette année sa quatrième édition. Dix grandes entreprises, parmi lesquelles Eiffage, Renault, Axa ou HSBC, recrutent dans dix universités de la région parisienne, des étudiants ou jeunes diplômés d'un master 2 recherche en sciences humaines, pour des postes de chargé d'affaires, consultant, ou encore chef de produits. Depuis 2007, 92 bacs + 5 ont ainsi été recrutés. « Il faut convaincre en interne, explique Serge Villepelet, président de Price Waterhouse Coopers, qui a lancé l'opération et écrit un livre sur le sujet. Ensuite, ces recrues s'intègrent aussi bien à nos métiers que les diplômés d'écoles. »
Car les compétences acquises au cours d'un master, fût-il de philosophie, sont transférables à l'entreprise, à condition de savoir les valoriser. « Un cursus en sciences humaines apporte un bon niveau de formation, note Marie-Christine Combes, responsable du bureau d'aide à l'insertion professionnelle de l'université de Marne-la-Vallée. Les qualités de raisonnement, ou de rédaction, permettent aux jeunes d'intégrer les compétences techniques nécessaires. »

Reste pour les entreprises et les étudiants, à multiplier les rencontres afin de mieux se connaître...

Valoriser les compétences des docteurs :
Plus d'un tiers des doctorants inscrits en 2008-2009 l'étaient en lettres, langues et sciences humaines. Tous ne pourront pas continuer dans la recherche ou enseigner à l'université, aussi se tournent-ils vers l'entreprise, qui entrouvre doucement ses portes. "La concurrence dans le monde économique se fait sur la recherche et l'innovation, qui nécessitent des docteurs, toutes disciplines confondues", souligne Martine Pretceille, directrice de l'association Bernard-Grégory, qui tisse le lien entre les entreprises et les docteurs.
Des sociologues, des philosophes ou encore des sémiologues sont peu à peu sollicités pour apporter conseils et études sur le management, la perception d'un service ou d'un produit... "Il faut être fier de sa thèse, être conscient que les qualités qu'elle implique -esprit critique, capacité de synthèse, bon sens- sont toujours utiles dans le monde économique, conseille Benjamin Berut, 29 ans, chargé de communication au rectorat de Créteil, titulaire d'un doctorat de sciences politiques de Paris I. Des financements sur projet ou la convention industrielle de formation par la recherche (CIFRE), permettent au doctorant de se rapprocher plus tôt du monde privé.

Quelques atouts pour s'insérer :

Connaître le monde du travail : les grands groupes, mais aussi les PME-PMI, les associations, les ONG, les collectivités, l'État, ont besoin de compétences... Il faut identifier les marchés et les métiers porteurs. Bien cerner ses compétences : capacité de communication, d'analyse, de synthèse, esprit critique, habilité de la rédaction, curiosité... Il est important d'identifier les compétences acquises au cours d'un cursus en sciences humaines et de savoir les présenter efficacement à un recruteur.

Construire son réseau : il n'est pas uniquement réservé aux étudiants d'école! Il débute avec les professionnels de son entourages, les confrères d'études, les professeurs, les personnes rencontrées lors d'un stage... Se rendre au bureau d'insertion professionnelle : vous y trouverez des conseils et des ateliers sur le CV, la lettre de motivation, l'entretien d'embauche, la recherche de stage...

Multiplier les rencontres : forums, salons, toutes les occasions sont bonnes pour rencontrer des professionnels, et ainsi aiguiser son projet. Suivre une formation complémentaire : une dernière année, orientée double compétence, peut aider à convaincre les entreprises.

Coralie Donas - Article paru dans Le Parisien supplément économie, du 17 mai 2010


Réagir sur le Forum Universités

LE PARISIEN
11.06.2010

Retour au dossier Universités
Universités : Convaincre avec un diplôme de sciences humaines
Imprimer

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

Universités : consultez aussi...

orientation
Sélection à l'université. Des prérequis qui fâchent...

Sélection à l'université. Des prérequis qui fâchent...

Pour mettre fin au tirage au sort à l'entrée de l’université... les prérequis sont ils la bonne solution ?

Débat. Faut-il instaurer une sélection à la fac ?

Débat. Faut-il instaurer une sélection à la fac ?

Voix Express du Parisien : à votre avis, faut-il instaurer une sélection à l'entrée à l'université ? 5 avis / témoignage... propos recueillis par Margaux Dussaud.

Examen du concours de médecine : incidents à répétition sur les sujets

Examen du concours de médecine : incidents à répétition sur les sujets

Les couacs à répétition ne concernent pas que le bac. Près de 9 000 étudiants en 6 e année de médecine ont été contraints de repasser, hier, deux épreuves d’internat initialement programmées lundi et mercredi.

APB - La ministre Frédérique Vidal veut mettre fin au tirage au sort à la fac

APB - La ministre Frédérique Vidal veut mettre fin au tirage au sort à la fac

Frédérique Vidal, la ministre de l'Enseignement supérieur, a accordé sa première interview au Parisien. L’ancienne présidente de l’université de Nice compte mettre fin dès 2018 à la procédure très décriée de tirage au sort.

Facs saturées : «Il y avait des étudiants jusque sur l'estrade»

Facs saturées : «Il y avait des étudiants jusque sur l'estrade»

Les jeunes bacheliers qui arrivent à trouver une place à l'université sont confrontés aux aléas de la fac : amphithéâtres bondés, matériel vétuste, manque d'encadrement. Une expérience qui peut vite décourager.

Pourquoi les facs françaises sont saturées

Pourquoi les facs françaises sont saturées

C'est la hantise de ceux qui passent l'épreuve de philosophie du baccalauréat ce jeudi : tous n'auront pas de place dans la fac de leur choix.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
ENGDE - Ecole supérieure de gestion et expertise comptable
Etablissement d'enseignement supérieur privé spécialisé depuis 1965 dans...
Euridis Business School - Paris Lyon Toulouse
Euridis Business School est la grande école de commerce spécialisée dans la...
Ecole EGO
« La grande illusion du monde des affaires est de croire que l’on peut...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

L'actu du site, bons plans, soirées, orientation... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.