Le Parisien Etudiant   Imprimer cette page
Coronavirus : solidarité et de vrais moments de "bonheur virtuel"
3 questions à Céline CLAVERIE, Secrétaire Générale de la grande école Kedge Business School face à l'épidémie de Covid-19
100 000 euros ont été débloqués pour les étudiants en situation de grande précarité par Kedge Business School. Céline CLAVERIE, la Secrétaire Générale, nous décrit cette opération unique et fait le point sur la « bascule » digitale de la grande école.

Vous avez dégagé des fonds importants pour cette opération. Pourquoi et comment ?


Parce que c’est notre éthique et notre ADN ! Les mesures de confinement décrétées par la France ont frappé très durement certains de nos étudiants, les plaçant du jour au lendemain dans des situations de grande précarité.

Pour faire face à cette situation inédite, Kedge a décidé de se mobiliser de façon exceptionnelle en débloquant 100 000 euros de son fonds d’urgence à destination de nos étudiants confrontés à d’importantes difficultés financières liées à la crise sanitaire. Nous sommes un acteur engagé dans la solidarité et le bien-être de nos étudiants. Kedge possède, depuis plus de 10 ans, ce fond d’urgence (20 000 euros annuel) consacré aux jeunes en grande difficultés.

Dans le contexte de crise sanitaire, il nous est apparu indispensable d’aller plus loin. Grâce à la mobilisation de la Fondation Kedge, le fonds d’urgence a d’abord été doté de 50 000 euros supplémentaires. Puis l’Ecole a décidé de suivre cet élan de solidarité en abondant à l’euro-euro l’effort financier de sa Fondation, soit 50 000 euros supplémentaires.

Comment les étudiants sont associés à cette initiative?


Nos équipes vont étudier les situations individuelles de chaque élève : rupture de convention de stage, rupture de contrats de travail, problématiques de logement, difficultés rencontrées par les financeurs, difficultés liées à l’expatriation ou à la présence en France de nos étudiants internationaux etc. Ces analyses détaillées des situations permettront l’octroi d’aides ponctuelles visant à faciliter les conditions de vie, tout en maintenant un lien de proximité et un accompagnement individualisé.

Les équipes de notre Wellness Center (dispositif de soutien et d’accompagnement moral des étudiants de l’Ecole) composées de bénévoles salariés et de psychologues se mobilisent avec bienveillance pour venir en aide à ceux qui rencontrent des difficultés.

Dans la situation de crise que nous connaissons, comment Kedge a migré "brutalement" vers un enseignement 100% en ligne ?


Dès le 16 mars, l’Ecole Kedge a été fermée et les collaborateurs ont été mis en télétravail. Nous avons donné des consignes simples à nos 600 salariés : sécuriser et rassurer nos étudiants et leurs parents ; accompagner chaque situation individuelle qui le nécessitait ; finaliser la production des contenus digitaux et tester la bascule pour la fiabiliser. Le lundi 23 mars les cours ont repris normalement mais en distanciel via notre plateforme habituellement utilisée par l’Ecole, LEARN, sur laquelle les professeurs donnent leurs cours, partagent leurs supports et répondent à leurs questions. Cette opération s’est révélée être un grand succès puisqu’en une semaine, ce ne sont pas moins de 5000 séances de cours que les professeurs ont délivrées. Les enseignants constatent un présentéisme parfois meilleur que dans les cours en face à face. Tout cela a permis de revisiter les pratiques pédagogiques du corps professoral, avec des échanges de grande qualité par écran interposé entre professeurs et étudiants, allant parfois jusqu’à de vrais moments de "bonheur virtuel".

Propos recueillis par Gilbert Azoulay



Consultez aussi :

→ Coronavirus : perte de revenus, logement, accès internet... 10 millions d'euros débloqués pour les étudiants via les aides des Crous

Cinq informations clés du monde l'éducation supérieure vous sont présentées par Gilbert Azoulay, directeur de News Tank.


Le live de News Tank n°9 from News Tank Network on Vimeo.

Retour au dossier écoles

Par Gilbert - Le 02.04.2020