OrientationUniversités

Croque-mort : un métier désormais enseigné à l'université

L'université Paris-Dauphine, lance une formation destinée aux gérants d'entreprises de pompes funèbres. Une première en France.

orientation universites Croque-mort : un métier désormais enseigné à l'université L'université Paris-Dauphine, lance une formation destinée aux gérants d'entreprises de pompes funèbres. Une première en France. metier croque mort

Cimetière du Père-Lachaise (XXe). Les cours permettent d’apprendre à gérer une entreprise funéraire mais aussi de se former.

Consultez aussi :

On connaissait l'université Paris-Dauphine pour ses formations réputées en économie et en droit. Voilà la célèbre faculté du XVI e arrondissement qui se lance dans un nouveau domaine. Elle propose depuis le début de la semaine une formation en business management funéraire.

Au programme : marketing, gestion, comptabilité, droit du travail, ressources humaines, et quelques matières plus spécifiques au métier de croque-mort. C'est le numéro deux du secteur, le réseau d'entrepreneurs indépendants le Choix funéraire, qui a contacté l'université pour lui proposer d'accueillir cette formation débouchant sur un diplôme universitaire. « Il y a des cours de psychologie pendant lesquels on va travailler sur l'absence, le deuil », détaille Philippe Martineau, directeur général du réseau.

Cette formation, la première du genre en France, se déroulera sur une année, à raison de trois jours de cours par mois. Les élèves devront également effectuer cinq ou six stages dans différentes entreprises de pompes funèbres.

« Les rites funéraires ne sont pas les mêmes dans toutes les régions. Et puis, il y a de plus en plus de cérémonies civiles. On veut leur permettre d'avoir des expériences variées », souligne Philippe Martineau. Pour être sélectionnés, les apprentis croque-morts ont dû passer un examen. Culture générale, logique, français pour les écrits. Puis un entretien de motivation lors des oraux. La formation coûte 8 000 EUR. Elle est prise en charge par des organismes professionnels de la branche.

Les cours ont démarré lundi, avec quatorze personnes, âgées de 25 et 47 ans. Toutes sont déjà responsables d'un point de vente du Choix funéraire. « Ils ont repris le flambeau après le départ en retraite de leurs parents », explique Anne Maugey, responsable de la formation continue à Dauphine. Mais alors, pourquoi se former maintenant ?

« Il faut leur donner les clés pour pouvoir les gérer », poursuit Anne Maugey. Confrontée à des évolutions sociétales, la jeune génération doit aussi s'adapter aux nouvelles technologies. « Internet prend de l'importance dans notre métier, souligne Philippe Martineau. Les gens organisent de plus en plus les obsèques sur la Toile. Maintenant, les personnes qui ne peuvent pas se déplacer peuvent aussi suivre la cérémonie en streaming de chez elles. » Si la formation est pour l'instant réservée aux affiliés du Choix funéraire, elle devrait s'ouvrir à l'ensemble de la profession prochainement.

« Le relationnel est primordial »


Devant la fac de Paris Dauphine, Place du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny à Paris dans le XVIe arrdt. Les cours ont débuté avec quatorze élèves



Cédric Chapelet, 27ans, élève de la première promotion

Cédric Chapelet, 27 ans, sort de sa première journée de cours à Dauphine. Pendant l'année que dure sa formation, il va apprendre à gérer une entreprise un peu particulière : les pompes funèbres. Le jeune homme connaît déjà bien le secteur : « Je travaille avec mes parents, qui ont un magasin de pompes funèbres en Ille-et-Vilaine, raconte-t-il. Mon objectif, c'est de reprendre l'entreprise et de la développer. » Pour lui, se former à la gestion est impératif : « Et puis, les modes de consommation changent. » De plus en plus de devis en ligne, une pratique qui évolue vers la crémation : les jeunes croque-morts doivent se mettre à la page. « Croque-mort », c'est justement un terme qui ne plaît pas beaucoup à Cédric. Le qualificatif, qui remonte à une période où l'on mordait l'orteil du défunt afin de vérifier qu'il était bien mort, « est un terme péjoratif, qui ne donne pas une très bonne image de [sa] profession ». Cédric, lui, se sent bien dans cette activité. « Bizarrement, ça ne me plombe pas le moral. Je me sens bien dans ce métier, c'est très axé sur le relationnel. On reçoit les familles, on les aide dans ce moment difficile, on les conseille. »


Marine HAAG

Métiers liés : Thanatopracteur, Conseiller funéraire,

Retour au dossier Universités
Universités : Croque-mort : un métier désormais enseigné à l'université
Imprimer

Commentaires / Réactions

Universités : consultez aussi...

Rentrée 2020 et Covid-19 : amphis bondés, étudiants révoltés

Rentrée 2020 et Covid-19 : amphis bondés, étudiants révoltés

Les amphis sont souvent très (trop) remplis en début d'année, ce que dénonce de nombreux étudiants chaque année, mais avec la crise sanitaire, cette rentrée est d'autant plus explosive...

Journées du Patrimoine 2020 : les universités et grandes écoles ouvrent leurs portes

Journées du Patrimoine 2020 : les universités et grandes écoles ouvrent leurs portes

Découvrez les campus qui se bougent pour la 37e édition des Journées Européennes du Patrimoine qui permettent de pousser les portes de lieux insolites, souvent inaccessibles ou avec des visites guidées spéciales.

VIDÉO. Amphis bondés et coronavirus : à la Sorbonne, des étudiants déjà inquiets

VIDÉO. Amphis bondés et coronavirus : à la Sorbonne, des étudiants déjà inquiets

Crise du coronavirus et rentrée 2020 : les étudiants du supérieur sont priés de respecter les gestes barrières... mais les conditions de travail le permettent-ils en présentiel ?

Ici, les étudiants sont priés de ne pas venir en cours !

Ici, les étudiants sont priés de ne pas venir en cours !

L’Université de technologie de Compiègne (UTC) a décidé de garder à distance la majorité de ses 4 000 élèves, qui pourront suivre les leçons depuis chez eux.

Universités, Grandes écoles... à quoi va ressembler cette rentrée 2020 ?

Universités, Grandes écoles... à quoi va ressembler cette rentrée 2020 ?

C’est la rentrée dans beaucoup d’universités et d’écoles qui ouvrent à nouveau leurs portes ce lundi, et vont commencer à accueillir leurs premiers étudiants dans les tout prochains jours.

Coronavirus : «Cette rentrée universitaire va être très stressante pour les étudiants»

Coronavirus : «Cette rentrée universitaire va être très stressante pour les étudiants»

A chaque université ses règles. Malgré le Covid, les universités parisiennes sont invitées à privilégier l’enseignement «en présentiel».

Ecoles à la Une

Sup de Vente, l'école supérieure de vente de la CCI Paris Ile-de-France
Présentation de l'école "Sup de Vente, l'école supérieure de vente de la...
GLION - Institut de Hautes Etudes
Des formations qui font la différence Étudier à Glion vous préparera à...
ITESCIA - L'école du i-Management
ITESCIA, école publique la CCI Paris Île-de-France, forme plus de 1400...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter

L'actu du Parisien Etudiant, examens, bons plans, soirées, orientation... *

Inscription réussie - Merci.


* En complétant votre adresse électronique, vous validez les Conditions Générales d’Utilisation et acceptez que Le Parisien, responsable de traitement, traite vos données pour vous permettre de recevoir les actualités Le Parisien Etudiant. Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de protection de vos données personnelles : Politique de confidentialité.