En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Orientation > Pratique

Des étudiants mobilisés pour sauver une toile du XVIIe siècle

Des jeunes de Sciences-po Paris lèvent des fonds pour restaurer « L’Adoration des bergers », exposée à l’église Saint-Martin de Favières.

" L'adoration des bergers ", un tableau dont la déliquescence s'est substituée à " l'adoration" mais cette dernière n'est pas perdue puisqu'un groupe d'étudiant de Science-Po fait le tour des villages pour donner une deuxième vie à cette œuvre.

Ils ont sillonné les villages d’Ile-de-France jusqu’à dénicher « l’Adoration des bergers », entreposé plus qu’exposé dans l’église Saint-Martin de Favières (Seine-et-Marne). Ce tableau du patrimoine religieux est, comme des milliers en France, en totale déliquescence. Mais il pourrait bientôt retrouver sa splendeur grâce à un groupe d’étudiants de Sciences-po Paris. Dans le cadre de leurs études, ils participent à l’opération « Le plus grand musée de France », lancée par la Sauvegarde de l’art français (lire l’interview d’Olivier de Rohan-Chabot). Comme six autres équipes réparties dans l’Hexagone, l’équipe francilienne s’est mise en tête de restaurer un objet d’art en mauvais état.

14 000 euros à réunir !


« On a longtemps cherché l’œuvre dont on s’occuperait, se souvient Zelda Borgia, 21 ans. Mais l’Adoration des bergers nous a tous mis d’accord. Ça a été immédiat tellement le tableau est en mauvais état. » Pourtant, il est encore possible de sauver cette immense toile. Une restauration estimée à 14 000 € permettrait de remettre en état l’œuvre datant du XVII e siècle pour qu’elle continue à traverser les âges. Mais elle est bien trop coûteuse pour la commune de Favières, sa propriétaire. « Ce n’est pas ma priorité, reconnaît Jean-Claude Martinez, maire (PS) de Favières. J’ai refait le toit et les vitraux de l’église, c’est déjà beaucoup. »

On va y arriver...


Les étudiants se sont donc mis en quête de subventions et de dons pour réunir l’argent nécessaire. Déjà 1 000 € ont été récupérés grâce à une campagne de financement en ligne, et la direction régionale des affaires culturelles devrait verser 7 000 € pour la restauration car « l’Adoration des bergers » est inscrite au patrimoine historique. Reste à trouver encore 6 000 €. Plusieurs réunions publiques ont permis d’informer les habitants des environs, qui ont déjà fait plusieurs milliers d’euros de dons. « On démarche aussi les entreprises et les particuliers des environs de Favières, indique Miléna Planche. Ça prend du temps mais c’est très enrichissant pour nos études. On voit comment les choses sur le terrain. Et une chose est sûre : on va y arriver ! »

Dons et informations sur www. leplusgrandmuseedefrance.com/favieres-ladoration-des-bergers/La campagne se termine fin mai.

« L’Adoration des bergers » aurait été peinte à Séville



La couleur est tellement passée qu’il est difficile d’en distinguer le dessin. La toile se détache du cadre, la peinture est craquelée. Mais en s’approchant de « l’Adoration des bergers » exposée dans l’église Saint-Martin de Favières (77), on finit par distinguer l’enfant Jésus entouré de ses parents et des bergers de Bethléem, premiers à avoir été prévenus de sa naissance. On savait jusqu’ici que ce tableau de 2,35 m sur 1,85 m avait été offert à la paroisse en 1859 par Monsieur Moïana, propriétaire du domaine d’Hermières, situé à Favières. Il l’avait acquis en 1852 lors de la dissolution de la collection de Jean-de-Dieu Soult. Mais l’œuvre n’étant pas signée, on n’en savait pas plus jusqu’à ce que la commission scientifique du Plus grand musée de France s’y intéresse. Car ce Maréchal de Napoléon Bonaparte mena des guerres en Espagne où de très nombreuses églises furent pillées. Et selon les experts, cette œuvre pourrait provenir de ces vols. Elle est maintenant attribuée à Juan de Roelas, artiste qui travailla à Séville au début du XVII e siècle. Les analyses effectuées une fois la restauration du tableau entamée permettront de le confirmer.

« Aidez-nous à sauver les trésors de nos communes » Olivier de Rohan Chabot, président de la Sauvegarde de l’art français


Plus de 200 000 pièces classées, au moins autant qui n’ont pas été répertoriées. « Le patrimoine religieux conservé dans les églises est sans doute le plus important de France, souligne Olivier de Rohan Chabot, président de la Sauvegarde de l’art français. Mais il est méconnu et les villes qui en sont propriétaires ont rarement les moyens de s’en occuper. » C’est pourquoi son association a lancé en 2013 l’opération « Le plus grand musée de France ». Son but : charger des étudiants de dénicher des pièces rares en mauvais état et de tout faire pour les restaurer. « Nous espérons faire passer ce message : Aidez-nous à sauver votre patrimoine, insiste Olivier de Rohan Chabot. Et il était très important d’incorporer des jeunes car c’est eux qui se chargeront de le faire connaître demain. »

La première édition avait permis de rassembler 120 000 € et de restaurer 10 œuvres. Comme, « la Victoire et les Néréides » du peintre Jean-Jacques Henner, exposée à la mairie de Bois-Colombes (Hauts-de-Seine). Ou encore une tapisserie reproduisant une illustration de Mucha qui avait appartenue à Sarah Bernhardt, conservée à la maison de retraite des artistes de Couilly-Pont-aux-Dames (Seine-et-Marne).

« Ce n’est qu’une goutte d’eau, reconnaît Olivier de Rohan Chabot. Mais il y a des gouttes d’eau de grande valeur. Les gens doivent comprendre que le patrimoine qui se trouve dans les églises est le leur. L’Etat fait ce qu’il peut, mais ce sont les Français qui doivent se charger de le protéger. »


Réagir sur le Forum Orientation

Le Parisien
23.05.2016

Retour au dossier Pratique
Pratique : Des étudiants mobilisés pour sauver une toile du XVIIe siècle : Imprimer
Derniers articles "Pratique"

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

Pratique : consultez aussi...

orientation
4l Trophy 2017 : arrivée à Marrakech, sur la place Bab el Jdid, l’ambiance est festive !

4l Trophy 2017 : arrivée à Marrakech, sur la place Bab el Jdid, l’ambiance est festive !

Vendredi 24 février : les 4L arrivent enfin à Marrakech ! Le finish ! Dernière ligne droite pour les participants ! Direction : Marrakech, ville d’arrivée du rallye !

4L Trophy 2017 : la première étape marathon, la dernière épreuve de compétition !

4L Trophy 2017 : la première étape marathon, la dernière épreuve de compétition !

Jeudi 23 février. Attendue, rêvée, redoutée… La mythique étape marathon, sa nuit en bivouac autonome, s’élance ce jeudi. Près de 230 km de spéciale attendent les participants. Magique !

4L Trophy 2017 : les voitures sont maintenant géolocalisables

4L Trophy 2017 : les voitures sont maintenant géolocalisables

Mercredi 22 février 2017 : les équipages inversent les parcours pour cette quatrième journée de compétition ! C’est déjà bientôt la fin du rallye, il faut profiter à tout prix !

4L Trophy 2017 : l'heure des « bacs à sable » a sonné !

4L Trophy 2017 : l'heure des « bacs à sable » a sonné !

Mardi 21 février : les Trophistes avaient bac aujourd’hui. Pas philo ni chimie… mais sable. Le road-book indiquait 104km au programme d’une étape intitulée Erg Chebbi, du nom des montagnes de sables qui bordent le bivouac.

4L Trophy 2017 : road-book et boussole, c’est parti pour la piste...

4L Trophy 2017 : road-book et boussole, c’est parti pour la piste...

Lundi 20 février : Cette fois, le road-book et la boussole, c’est pour de vrai. Et la piste aussi. des rencontres émouvantes et une cérémonie de remise des dons impressionnante pour cette première journée de compétition !

4L Trophy 2017 : bien arrivé au Maroc, bienvenue à Boulajoul !

4L Trophy 2017 : bien arrivé au Maroc, bienvenue à Boulajoul !

Samedi 18 et dimanche 19 février 2017 : fin de la liaison libre vers Algéciras et traversée du détroit de Gibraltar…direction Boulajoul !

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
ISIS - Institut Supérieur de l'Image et du Son
L’institut Supérieur de l’Image et du Son, implanté dans le quartier du...
EMC - Ecole supérieure des métiers de l'image, du son et du multimédia
Visez l’expérience, Vivez l’alternance. Créée en 1989 par Jean-Paul...
Atelier Prép'art
Le projet de Prép’Art est de délivrer un enseignement culturel et...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

Les soirées, bons plans, actu, orientation, ... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.