En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Orientation > Pratique

Devoirs scolaires : cinq conseils pour bien s'organiser

Quels sont les meilleurs moments pour travailler ? Combien de temps ? Deux spécialistes nous conseillent afin que chacun fasse ses devoirs au mieux.

Le travail à domicile joue un rôle central dans la réussite scolaire. Pour les élèves et leurs parents, il est à la fois source de difficultés et d'inégalités. Nos 5 conseils pour bien s'organiser.

1. Jamais à la dernière minute


Les enseignants le répètent : ne faites pas tout à la dernière minute et en fin de week-end ! Au collège et au lycée, « il faut profiter de chaque heure creuse pour s'avancer, recommande Claire Leconte, chronobiologiste. Les gros devoirs, par exemple les dissertations, demandent du temps, et d'y revenir à des moments différents. » Le week-end, bûchez plutôt le matin, quitte à remplacer la grasse matinée par une petite sieste. « Le matin est le moment où on est le plus disponible sur le plan cognitif », souligne la spécialiste.

Pour les exercices du quotidien, « l'idéal est de s'y mettre entre 17 heures et 19 heures, après un vrai goûter, qui est une respiration importante, et avant le dîner, poursuit-elle. Juste avant le coucher, on peut aussi prendre quelques minutes pour réviser les leçons de la journée : cela renforce les apprentissages. » Cela vaut aussi bien pour les tables de multiplication du petit dernier que pour les fiches du bac de l'aînée.

2. Toujours au calme


Après six heures ou plus passées en classe, l'idée de retrouver ses cahiers est, on le comprend, peu enthousiasmante. « Mais rien n'oblige à faire ses devoirs devant son bureau ! relève Audrey Akoun*, psychothérapeute et spécialiste de la pédagogie positive. Sur son lit, par terre, en marchant... On peut travailler partout, à condition de ne pas être distrait toutes les deux secondes. Apprendre exige des efforts, pas nécessairement de la souffrance : essayons d'en faire un moment agréable. » Choisissez donc un endroit où l'on se sent bien, confortable pour écrire, mais surtout au calme, éloigné des tentations... La télé et le smartphone sont les ennemis des devoirs. Certains travaux se font devant un écran, « mais on peut très bien couper les notifications de messages », recommande la psychothérapeute.



3. On aide les plus jeunes


« Va dans ta chambre et fais ton français ! » Voilà le genre d'injonctions « qui ne servent à rien du tout », tranche Audrey Akoun, surtout chez les plus jeunes.

« Parents, soyez précis ! Si l'enfant doit lire un texte, dites-lui les questions que vous lui poserez : de quoi s'agit-il, qui sont les personnages, où et quand se passe l'action, etc. » Pour les exercices, lisez d'abord les consignes ensemble. « Et si vous devez expliquer quelque chose à l'enfant, essayez de partir de ce qu'il connaît déjà plutôt que de lui asséner d'en haut un savoir. »

L'important, ajoute Claire Leconte, « est de trouver, le plus tôt possible, la manière d'apprendre qui lui va : ces choses-là se mettent en place dès la fin de la maternelle, et cela peut être un jeu pour l'élève de chercher comment il apprend le mieux. Attention, cela peut changer d'une matière à l'autre. » Inutile en tout cas de vouloir calquer sur lui nos propres méthodes : « Faire des fiches ou recopier une leçon ne sert à rien pour un enfant qui retient par la parole », souligne ainsi Audrey Akoun.

4. On ne travaille pas à leur place


A partir de l'adolescence, les élèves sont censés être assez autonomes pour gérer seuls leur travail personnel. « Il n'est pas normal de faire encore les leçons avec son lycéen de 16 ou 17 ans, et pourtant cela existe », soupire la psychothérapeute.

Et dans tous les cas, si le parent est bienvenu pour « aider l'élève dans ses recherches, il ne doit pas passer derrière lui et corriger à la place du prof », poursuit Audrey Akoun. A bannir : la tentation de faire les devoirs à la place de l'élève, pour aller plus vite ou garantir une bonne note. « C'est désastreux pour sa confiance en lui, tance la psychothérapeute. Cela revient à lui signifier qu'on le trouve trop bête pour y arriver seul. »

5. Modérez les efforts


Le temps passé à boucler les devoirs dépend de l'âge de l'élève... et de la propension de ses enseignants à faire noircir les cahiers de textes ! Officiellement, il n'y a pas de devoirs au primaire, seulement des révisions éventuelles de ce qui a été vu en classe. A partir du collège, la quantité de travail augmente, « mais il n'y a aucune raison d'y passer des heures chaque soir », répètent les spécialistes. Et plus les enfants sont jeunes, moins ils parviennent à maintenir leur attention. Mieux vaut donc fractionner les efforts en plusieurs courtes séquences, coupées de (petites) pauses, plutôt que de buter plus d'une heure sur le même exercice.

Surtout, « les devoirs ne doivent pas prendre toute la place et réduire le temps de la vie de famille et des loisirs, au risque d'en faire encore plus un moment de tension », met en garde Audrey Akoun.

* Audrey Akoun est l'auteur de « Keep calm et réussis tes exams », Editions Eyrolles, 176 pages, 14,90 €.

Christel Brigaudeau


Réagir sur le Forum Orientation

Contact
25.02.2016

Retour au dossier Pratique
Pratique : Devoirs scolaires : cinq conseils pour bien s'organiser : Imprimer
Derniers articles "Pratique"

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

Pratique : consultez aussi...

orientation
4L Trophy : en famille pour la 20e édition !

4L Trophy : en famille pour la 20e édition !

Père-fils Pour les 20 ans du 4L Trophy, Alain, 48 ans, et Alexandre, 20 ans, vont participer en duo à la course de 4L organisée chaque année au Maroc.

Université. Et si vous contribuiez à sauver les réserves zoologiques de l'UPMC ?

Université. Et si vous contribuiez à sauver les réserves zoologiques de l'UPMC ?

Pour préserver, réinstaller et mettre en valeur la collection unique de zoologie, connue des scientifiques du monde entier, la Fondation de l’UPMC fait le pari risqué du financement participatif pour récolter la somme de 15 000 €.

En quête de sponsors pour le 4L Trophy

En quête de sponsors pour le 4L Trophy

Les équipages du 4L Trophy 2017 recherchent en ce moment leurs sponsors : exemple ici avec un équipage d'étudiants de l'Université de technologie de Compiègne !

Adok, une start-up née sous X

Adok, une start-up née sous X

« L’IDÉE m’est venue lorsque je faisais des présentations en entreprise : je n’avais qu’une tablette pour cinq ou six participants, c’était tout sauf pratique ! Je me suis dit qu’il fallait trouver un nouvel outil de présentation, plus interactif. »

Loyer, transports... Le coût de la vie augmente encore pour les étudiants

Loyer, transports... Le coût de la vie augmente encore pour les étudiants

L’augmentation du coût de la vie enfonce un peu plus à chaque rentrée les étudiants dans la précarité. » Le constat de l'Union nationale des étudiants de France (Unef), est clair : le coût de la vie étudiante connaît à la rentrée 2016 une nouvelle...

Baby-sitting : Quel salaire négocier ?

Baby-sitting : Quel salaire négocier ?

8,76 € DE L’HEURE. Tel est le tarif net moyen de garde d’enfant en France en 2016, d’après un rapport publié hier par Yoopies. Un chiffre établi à partir des tarifs déclarés par les 350 000 baby-sitters inscrites sur le Facebook de la garde d’enfants.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
ESMAE - Ecole formation ressources humaines, métiers de l'emploi
Devenez acteurs des métiers de l’intérim et du recrutement. Les fonctions...
ITESCIA - L'école du i-Management
ITESCIA, l'école du i-management de la CCI Paris Ile-de-France, forme chaque...
Ifa A. Chauvin
l'Institut de Formation par Alternance Adolphe Chauvin, implanté à Osny dans...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

Les soirées, bons plans, actu, orientation, ... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.