En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Orientation > Métiers

Diététicien : un cursus court, dense et sélectif

Ce spécialiste de la nutrition informe et accompagne les personnes nécessitant un meilleur équilibre alimentaire.

Souvent confondu avec le nutritionniste qui est un médecin diplômé en nutrition, le diététicien est un technicien qui appartient à la grande famille des professions paramédicales. A ce titre, il informe et accompagne les personnes nécessitant un meilleur équilibre alimentaire : celles qui souhaitent perdre du poids — mais cela ne représente que 15% de l’activité, selon l’Association française des diététiciens et nutritionnistes (AFDN) — et surtout les malades victimes de problèmes cardio-vasculaires, de cancer… pour lesquels le suivi nutritionnel entre dans le processus de soin.

« Le diététicien travaille à partir d’une prescription médicale. Il est là pour faire un soin selon une démarche clinique validée par la Haute Autorité de santé », explique Florence Rossi, diététicienne à Marseille (Bouches-du-Rhône) et membre de l’AFDN, la première organisation professionnelle française de diététiciens.

En hôpital, dans les cantines, dans l’industrie agroalimentaire


Cette profession qui est en grande partie exercée dans des établissements médicaux (hôpital, clinique, établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes…) est également présente dans d’autres secteurs. Ainsi, l’industrie agroalimentaire mais aussi les cantines scolaires ou les restaurants d’entreprise font de plus en plus souvent appel au diététicien pour élaborer les menus, contrôler l’hygiène du stockage des aliments ou conseiller les chercheurs dans l’élaboration de nouveaux produits alimentaires. Des perspectives très variées qui attirent chaque année de nombreux candidats. Leur formation se révèle difficile car elle est courte (deux ans pour décrocher le diplôme), dense et sélective. C’est en effet à l’issue d’un bac S ou ST2S que les candidats vont pouvoir postuler dans un établissement d’enseignement : soit un lycée technique, qui forme au BTS en diététique, soit un institut universitaire de technologie (IUT) qui permet de décrocher un diplôme universitaire de technologie (DUT) de génie biologique option diététique.

« Pour les titulaires d’un autre bac, il y a possibilité pendant un an de faire une classe de remise à niveau (NDLR : dans ces mêmes établissements), axée principalement sur la biologie et la biochimie. Par ailleurs, de nombreux candidats ont déjà fait une année après le bac (de médecine, de pharmacie…) », précise Delphine Suissa, directrice de Progress Santé, un établissement privé qui prépare au BTS diététique.

Commencent alors pour les élèves deux années où ils alternent heures de cours (33 par semaine en moyenne) et stages : « Il y a 5 stages obligatoires dont 2 dans la restauration collective, 2 en milieu hospitalier et 1 dans un secteur au choix », détaille Anne-Laure Meunier, responsable du BTS diététique du cours Diderot, dispensé dans plusieurs villes de France.

Cependant, malgré ces stages, le taux de réussite au niveau national reste faible (moins de 50%) à tel point qu’une réforme de l’enseignement est en cours qui, si elle aboutit, étalera la formation sur au moins trois ans (avec grade de licence) et la sanctionnera par un diplôme d’Etat. « D’ores et déjà, nous incitons nos étudiants à poursuivre sur une licence ou sur un diplôme universitaire que dispensent certaines facultés de médecine et qui permettent de se spécialiser sur un secteur ou une pathologie », note Delphine Suissa.

Un complément de formation que le diététicien pourra valoriser au moment d’exercer. Car l’échelle de salaire est assez large (de 1500 € net en début de carrière à 3000 € en fin de carrière) selon que le professionnel travaille dans le public, dans le privé ou en libéral.

TEMOIN
« Avec un bac ES, je suis d’abord passée par une classe de remise à niveau »



Jeanne ANNIC, 25 ans, diététicienne en Seine-et-Marne

L’intérêt de Jeanne Annic pour la profession de diététicien a commencé très tôt. Dès la classe de seconde, en effet, la jeune femme, aujourd’hui âgée de 25 ans, s’est renseignée sur cette formation. « Ayant décroché un bac ES, je suis d’abord passée par une classe de remise à niveau avant d’intégrer un BTS spécialisé à Paris (NDLR : au sein du groupe privé Progress). Cette année de préparation est également l’occasion d’avoir une première approche du métier. Et cela m’a permis aussi de connaître tous les domaines dans lesquels nous pouvions travailler », explique-t-elle. Si elle reconnaît que la formation est difficile, elle estime néanmoins « qu’en travaillant régulièrement, c’est abordable. Il y a beaucoup de connaissances à acquérir mais c’est très enrichissant. Par ailleurs, nous apprenons beaucoup avec les stages ».

« Je fais des menus pour des crèches, des restaurants communaux et pour des personnes âgées à domicile, etc. »

Elle-même a été particulièrement marquée par l’une de ses expériences dans un centre de rééducation alimentaire pour personnes obèses. Un moment difficile mais qui lui a fait découvrir de nombreuses facettes du métier : « Il faut être très à l’écoute des gens, avoir un esprit d’équipe et être bien organisé. Mais c’est très gratifiant d’aider les personnes. »

A l’issue de sa formation, Jeanne a pris un statut d’autoentrepreneur qui lui permet de faire des consultations à domicile en Seine-et-Marne. Par ailleurs, trois mois après l’obtention de son diplôme, en octobre 2010, elle a signé un contrat à mi-temps avec un groupe de restauration collective. « Je fais des menus pour des crèches, des restaurants communaux et pour des personnes âgées à domicile, et je participe à des commissions de menus », résume-t-elle. Jeanne Annic donne également des cours dans son ancienne école. Une pluralité d’activités qui lui permet de toucher au minimum 1750 € net par mois et de penser à l’avenir : « Je voudrais me spécialiser dans l’alimentation de l’enfant et de l’adolescent. Pour cela, je compte suivre un cursus à l’université. » Ce complément de formation lui permettra d’appréhender de nouveaux pans de son métier.


Dossier réalisé par Florence Puybareau
Article paru dans le supplément éco du Parisien daté du lundi 21 octobre 2013

Métiers liés : Diététicien,


Réagir sur le Forum Orientation

LE PARISIEN
06.11.2013

Retour au dossier Métiers
Métiers : Diététicien : un cursus court, dense et sélectif
Imprimer

Métiers : consultez aussi...

orientation
Le Top 10 des meilleurs métiers en 2017... et les pires à éviter !

Le Top 10 des meilleurs métiers en 2017... et les pires à éviter !

Niveau de salaire, stress, recrutement, carrière... quels sont les métiers les plus en vogue et ceux à éviter ? Le site américain CareerCast.com publie chaque année une étude sur 200 métiers aux états-unis en voici le Palmarès 2017.

Les spécialités préférées des étudiants en médecine en 2016

Les spécialités préférées des étudiants en médecine en 2016

L'ophtalmologie est la spécialité la plus prisée des étudiants, alors que la médecine du travail, elle, peine à recruter, selon une étude de la Drees publiée jeudi.

Premier emploi : plus des 2/3 des jeunes estiment que l'école prépare mal à l'insertion pro

Premier emploi : plus des 2/3 des jeunes estiment que l'école prépare mal à l'insertion pro

Selon une étude, les jeunes Français jugent l’accès à la vie professionnelle difficile et considèrent que l’école les prépare mal.

Ecoles du numérique : préparer les nouveaux métiers du Marketing et de la Communication

Ecoles du numérique : préparer les nouveaux métiers du Marketing et de la Communication

Former en trois ans des professionnels opérationnels, agiles sur les réseaux sociaux et capables de répondre aux enjeux sans cesse renouvelés du numérique, c’est ce que proposent les écoles spécialisées.

Secteur qui recrute : la distribution recherche toujours de nouveaux talents

Secteur qui recrute : la distribution recherche toujours de nouveaux talents

Avec plus de 3 millions de collaborateurs et près de 100 000 recrutements prévus cette année, le secteur de la distribution gagne à être connu. Avec ou sans diplôme.

Le métier de technicien ou agent technique, qu'est-ce que c'est ?

Le métier de technicien ou agent technique, qu'est-ce que c'est ?

Techniciens : des postes de plus en plus valorisés - Rencontre avec Oualid Hathroubi directeur régional chez Hays, cabinet de recrutement, qui nous précise la définition et la recherche autour de ces postes.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
CFA d'Alembert
Le CFA d'Alembert est l'une des 24 écoles de la CCI Paris Île-de-France qui...
ITESCIA - L'école du i-Management
ITESCIA, l'école du i-management de la CCI Paris Ile-de-France, forme chaque...
EMC - Ecole supérieure des métiers de l'image, du son et du multimédia
Visez l’expérience, Vivez l’alternance. Créée en 1989 par Jean-Paul...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

L'actu du site, bons plans, soirées, orientation... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.