En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Orientation > écoles

Diplômés de grandes écoles, et envie d'autre chose...

Rencontres d’Aix : 4 au 6 juillet 2014 - un rendez-vous de réflexion et de débat incontournable du monde économique auquel les étudiants sont invités.

Innovation. Les 14e Rencontres d’Aix planchent sur l’économie du futur. Une centaine de jeunes diplômés y ont été invités. Les ponts dorés les laissent de marbre : ils préfèrent donner un sens à leur vie

Sciences-po, Ecole normale, Polytechnique, écoles de commerce… Ils suivent tous de brillantes études. Ils pourraient tous, sans exception, se contenter de dérouler une carrière confortable dans de grandes entreprises. Pourtant, invités à phosphorer sur le futur aux Rencontres économiques d’Aix-en-provence (Bouche-du-Rhônes), une centaine de jeunes se dessinent un autre avenir.

« On nous décrit souvent comme une génération démobilisée, obnubilée par les nouvelles technologies. C’est faux. Simplement, nos engagements prennent d’autres formes », avance Claire Devilard, 22 ans, étudiante de l’école de commerce marseillaise Kedge. Lesquels précisément ? « On est de plus en plus nombreux à vouloir créer des start-up ou s’engager dans des secteurs qui ont une forme de responsabilité sociale. Là, par exemple, je pars en stage en Afrique du Sud pour aider au lancement d’une ligne d’hôtels axés sur le développement durable. »

Rompre avec la production sans réflexion


Economie sociale, économie collaborative, crowdfunding… Ces jeunes n’ont que ces mots à la bouche. Leur objectif ? Rompre avec le « métro, boulot, dodo » et la production sans réflexion. La crise n’est pas étrangère à cette envie de travailler pour la société. « Des amis formés pour devenir ingénieurs travaillent aujourd’hui dans la restauration rapide pour payer leur loyer. Forcément, on s’interroge sur le sens du travail », témoigne Leo Garnier, étudiant à Polytechnique. Ce parisien se fixe un objectif : apaiser les tensions sociales et les relations électriques au sein des entreprises, grâce à une technique bien à lui, qu’il pourrait un jour mettre en musique en créant sa boîte : « On pourrait orienter les achats des consommateurs vers les produits vendus par des entreprises où les relations de travail sont apaisées. Il suffirait pour cela d’indiquer la qualité du dialogue social sur les produits grâce à une puce électronique. » Un peu comme cela se fait pour la consommation d’énergie avec les machines à laver…




« Les périodes de croissance forte sont derrière nous »


Jean-Hervé Lorenzi, économiste

Organisateur des Rencontres économiques d’Aix-en-provence et auteur d’« Un monde de violences, l’économie mondiale 2015-2030 », Jean-Hervé Lorenzi annonce une ère de croissance molle.

Les jeunes sont les premières victimes de la crise. Ils se demandent quand cette période de stagnation s’achèvera …
JEAN-HERVÉ LORENZI. Les périodes de croissance forte sont derrière nous. Nous sommes confrontés à une série de problèmes que nous sommes incapables de résoudre : une finance non régulée, un vieillissement de la population, un ralentissement des effets du progrès technique, des inégalités croissantes… Tout ça rend l’univers économique incertain.

Et la France dans tout cela ?
Le ralentissement de l’investissement est plus marqué en France. A Londres, quand vous vous baladez, vous voyez des grues partout. A Paris, il n’y en a pas assez… Ce décrochage dure d’ailleurs depuis dix ans. Le déficit commercial a plongé de manière hallucinante à partir de 2003.
Nous avons privilégié la consommation, le maintien du pouvoir d’achat pour l’ensemble des salariés et des chômeurs, au détriment de l’investissement.

Comment sortir de cette situation ?
La priorité des priorités, c’est de mettre sur pied une politique de construction de logements plus active. La construction d’un logement permet de créer environ 1,8 emploi pendant deux ans. Or, nous aurions pu créer 100 000 logements de plus au cours des dernières années ! Le deuxième axe, c’est de réduire la dépense publique, pour la confiance. Les politiques ont trop dit qu’ils allaient le faire, il faut désormais passer aux actes.

Baisser les dépenses, alléger le coût du travail. C’est ce que fait le gouvernement…
Le gouvernement a mis deux ans pour changer de direction. C’est désormais la bonne. Il ne faut pas seulement réduire les dépenses mais aussi — en partie — les réallouer. Par exemple, il serait nécessaire de faire un peu plus d’efforts pour l’éducation primaire et secondaire.

Quelles autres solutions le gouvernement peut-il exploiter ?
Remettre à plat la fiscalité de l’épargne pour favoriser l’investissement et la prise de risque. Deux tiers de l’épargne sont détenus par les plus de 60 ans. Ils pourraient être beaucoup mieux utilisés.



Boris Cassel

Les Rencontres Économiques d’Aix-en-Provence sont organisées par le Cercle des économistes dans le cadre de l’Université d’Aix-Marseille, de Sciences Po Aix et du Festival d’Aix-en-Provence. Cet événement de portée internationale accueille chaque année plus de 2000 personnes - chaque année les étudiants y ont aussi leur place comme avec le concours "La Parole aux étudiants"

En savoir plus : http://lesrencontreseconomiques.fr/

Réagir sur le Forum Ecoles

Le Parisien
07.07.2014

Retour au dossier écoles
écoles : Diplômés de grandes écoles, et envie d'autre chose... : Imprimer
Derniers articles "écoles"

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

écoles : consultez aussi...

orientation
Inscriptions post bac : les formations qui recrutent hors APB

Inscriptions post bac : les formations qui recrutent hors APB

Bon nombre de formations ne sont pas présentes sur le portail : voici la liste des filières et écoles concernées que vous pouvez contacter directement pour vous inscrire sans passer par APB.

Ecole post-bac : les raisons d’intégrer une formation sans passer par une prépa

Ecole post-bac : les raisons d’intégrer une formation sans passer par une prépa

Les écoles sans prépa présentent beaucoup d’avantages pour les élèves qui veulent éviter deux ans de dur labeur en classes préparatoires. Tour d’horizon de ces établissements qui ont acquis leurs lettres de noblesse

Classe prépa : 3 conseils pour optimiser sa rentrée

Classe prépa : 3 conseils pour optimiser sa rentrée

Entretien avec Alain Joyeux - Président de l’APHEC (Association des professeurs des classes préparatoires économiques et commerciales)

Concours d'écoles : dernière ligne droite pendant les vacances

Concours d'écoles : dernière ligne droite pendant les vacances

Les vacances, quelles vacances ? Lycéens ou étudiants, ils sont des milliers à préparer les concours pendant les congés de février. Pendant les vacances les stages pour préparer les concours d’entrée aux grands écoles ne désemplissent pas.

« Get a job » La Tony Parker Academy est née pour allier le sport et l'emploi

« Get a job » La Tony Parker Academy est née pour allier le sport et l'emploi

La Tony Parker Academy proposera sa première rentrée en septembre 2018 à Lyon pour former des sportifs mais pas que !...

Ces étudiants jardinent comme… s’ils étaient sur Mars !

Ces étudiants jardinent comme… s’ils étaient sur Mars !

Faire pousser une plante verte sur la planète rouge. Voilà l’un des défis lancé aux six étudiants et au jeune ingénieur français de l'ISAE-Supaéro, en « mission » dans le désert de l’Utah, aux Etats-Unis.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
Atelier Prép'art
Le projet de Prép’Art est de délivrer un enseignement culturel et...
ESO - Ecole Supérieure d'Ostéopathie
L'Ecole Supérieure d'Ostéopathie (ESO Supostéo) est l'école d'ostéopathie...
Ecole EGO
« La grande illusion du monde des affaires est de croire que l’on peut...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

Les soirées, bons plans, actu, orientation, ... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.