En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Orientation > écoles

Ecoles de Commerce : Fusion or not fusion ?

SKEMA, Kedge, Inseec... les écoles fusionnent pour plus de puissance, mais toutes ne sont pas convaincues !

C’est l’année où tout bascule. Les groupes se forment et le paysage des grandes écoles de commerce se renouvelle. Ou plutôt des "très" grandes écoles !

Qui a dit que nos grandes écoles étaient trop petites pour affronter la concurrence internationale ? Avec les quelques regroupements annoncés ces derniers mois, notre petit monde des business schools a pris une nouvelle ampleur. Après la création de SKEMA Business School, les nouveaux ensembles Reims-Rouen, Marseille-Bordeaux, Inseec-Chambéry, EM Lyon-Saint-Étienne positionnent désormais des acteurs de taille significative sur le marché mondial. Et c’est tant mieux. Le Top 5 français était déjà bien avancé en termes de masse critique ; les challengers sont désormais au niveau. Sans parler des expériences innovantes comme Audencia-Centrale Nantes, qui préfigurent des aventures audacieuses en matière d’association...

On le sait, aussi séduisantes soient-elles sur le papier, les fusions ne constituent pas une garantie de succès. Problèmes sociaux, financiers ou encore pédagogiques : le calage se révèle souvent lourd et douloureux. SKEMA Business School a pourtant ouvert la voie et démontré que la réussite était possible et que les bénéfices d’une fusion étaient positifs si le projet était bien managé. « Fusionner, c’est compliqué et dur. Il est essentiel de disposer d’une feuille de route précise et de s’y tenir , rappelle Alice Guilhon, directrice générale de l’école.  Je suis heureuse d’avoir achevé le processus et de passer maintenant au développement du groupe avec l’ouverture de nouveaux campus dans le monde. »

Des opportunités de fusion subsistent encore. Toulouse, Pau, Montpellier et bien d’autres ont été approchées pour faire partie d’ensembles plus vastes, sans succès. À cet égard, Didier Jourdan, directeur général du groupe Sup de Co Montpellier, nuance l’engouement général et apporte cette mise au point : « Nous sommes ouverts à toutes les possibilités mais nous n’avons pas trouvé satisfaction dans les propositions faites. Nous pouvons nous inscrire dans un scénario de regroupement si nous pouvons partager des valeurs, en France comme à l’étranger. L’avenir n’est pas écrit… Il est à écrire, mais pas à toute vitesse ! L’idée qu’on est plus fort à plusieurs n’est pas garantie : ça paraît tellement simple que si c’était vrai, on le ferait déjà. Dans les grandes écoles, il faut plus que des additions de moyens pour réussir. »

Encore de belles heures de débats à venir… G.A.

AVIS D’EXPERT

Bernard Belletante, Directeur général de KEDGE Business School



Le DG de KEDGE Business School, également président du Chapitre des écoles de management, analyse les mouvements que connaissent les établissements aujourd’hui.

Quel est votre regard sur la situation des grandes écoles de commerce confrontées à une forte concurrence et à la crise ?
Il existe une réalité indiscutable : 1 % des business schools mondiales disposent des trois accréditations (Equis, AACSB, AMBA), soit 60 établissements. Parmi ceux-ci, 20 % sont français. Ce qui démontre sans équivoque que nous offrons aux jeunes des formations d’excellence reconnues mondialement. Face à l’internationalisation de l’éducation, les regroupements permettent de maintenir notre capacité à demeurer parmi l’élite. Aujourd’hui, deux tiers des nouvelles business schools accréditées sont asiatiques. Nous avons donc intérêt à nous mettre en position de riposte.

Vous êtes directeur général de KEDGE Business School, résultat de la fusion de BEM et Euromed. Où en êtes-vous de ce rapprochement ?

Le nouvel ensemble sera effectif le 1er juillet. Et nos objectifs à cinq ans sont toujours d’accueillir 15 000 étudiants avec un budget de 150 M€. En plus de notre présence sur tous les continents, nous allons développer des campus éphémères, qui nous permettront de recevoir des étudiants et des cadres pour des sessions de formation.

Qu’aura de plus le diplômé du nouvel ensemble KEDGE Business School ?
C’est une personne qui disposera de plusieurs compétences, qui saura gérer des données d’où qu’elles viennent – les fameuses Big Datas – et qui saura raisonner de manière chaotique. Si j’allais plus loin, je dirais que les futurs jeunes diplômés auront de nouvelles relations au monde du travail. Il n’est pas interdit de penser qu’ils auront plusieurs employeurs et que le CDI ne sera plus nécessairement la règle ultime.



POINT DE VUE

Catherine Lespine, DG du Groupe INSEEC, revient sur le rattachement d’un établissement consulaire à un groupe privé indépendant.



Vous avez fusionné avec l’ESC Chambéry, une école rattachée à une CCI (chambre de commerce et d’industrie). Quel est l’intérêt pour le Groupe INSEEC ?
Nous nous sommes rapprochés de Chambéry en raison de la grande attractivité de la région Alpes-Savoie, qui est aujourd’hui la 2e destination touristique en France après Paris et devant la Côte d’Azur. Notre ambition est de nous installer dès que cela est possible sur des sites d’exception.

Écoles privées, écoles consulaires : tout le monde fusionne ?
Il s’agit plutôt d’une rencontre entre la CCI et nous. Nous n’étions pas à la recherche de nouveaux établissements à racheter à tout prix. Nous voulions en revanche nous installer dans un site d’exception qui raisonne à l’étranger… c’est chose faite aujourd’hui dans le pays de l’or blanc (la neige, NDLR) !


À lire aussi :
Interview de Patrick Molle, directeur général de France Business School : « Pourquoi nous avons abandonné le système traditionnel de recrutement des grandes écoles de commerce ».

DOSSIER SPECIAL
PALMARES DES ECOLES DE COMMERCE 2014

» Classement des Ecoles de Commerce de Grade Master
 
» Rentrée 2014 : les nouveautés des écoles de commerce
» Les actions des grandes écoles pour renforcer l'insertion des diplômés
» Ecoles de commerce : les nouveaux enjeux numériques
» Expérience à l'international : avec ou sans double diplôme ?
» Etranger : reportage sur le campus de SKEMA à Suzhou
» Ecoles : Junior entreprises, assos… la vie après l'amphi
ecoles
» Bernard Belletante, (EMLyon) - « Inventer de nouveaux business models »
» Bernard Ramanantsoa (HEC) - "Nos étudiants veulent plus de mobilité et d'instantanéité"
» KEDGE : Interview de Thomas Froehlicher, nouveau directeur général et François Pierson, Président du Conseil d’administration
Admissions / Oraux en école de commerce :
» Ecole de commerce : avec ou sans prépa ?
» Admission parallèle après un Bac+2 à Bac+4
» Oraux - Réussir votre entretien d'admission à une école
 
Réagir sur notre forum Ecoles de Commerce


Réagir sur le Forum Ecoles

Le Parisien
27.05.2013

Retour au dossier écoles
écoles : Ecoles de Commerce : Fusion or not fusion ?
Imprimer

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

écoles : consultez aussi...

orientation
Concours d'écoles : se préparer efficacement aux épreuves écrites

Concours d'écoles : se préparer efficacement aux épreuves écrites

Les vacances de Février étant maintenant derrière nous, nous entrons officiellement dans la dernière ligne droite avant les concours. Cette période doit permettre à tous les étudiants de peaufiner leurs révisions, tout en gardant du temps pour soi...

Ces grandes écoles qui s'inspirent des stratégies militaires pour enseigner le management

Ces grandes écoles qui s'inspirent des stratégies militaires pour enseigner le management

S’inspirer de la stratégie militaire pour réussir en entreprise. L’idée est devenue aujourd’hui à la mode dans les écoles de commerce. Edhec, Neoma… De plus en plus d’établissements envoient leurs élèves en stage d’immersion dans l’armée.

Palmarès des Bachelors du Parisien Étudiant : le classement 2017

Palmarès des Bachelors du Parisien Étudiant : le classement 2017

Le classement 2017 des programmes Bachelors des écoles de commerce / management par Le Parisien Etudiant. Fondé sur des critères simples et clairs, il apporte un éclairage supplémentaire pour choisir sa future formation.

Hult : un nouveau mode d’apprentissage basé sur la pratique

Hult : un nouveau mode d’apprentissage basé sur la pratique

L’école américaine, Hult International Business School, propose une méthodologie axée sur la pratique. Reportage dans son campus londonien "A new kind of business school"

Bachelor & Ecoles d'ingénieurs : « La France manque de cadres intermédiaires »

Bachelor & Ecoles d'ingénieurs : « La France manque de cadres intermédiaires »

Dans le cadre de notre dossier spécial Bachelor " la formation qui monte" - Témoignage de Sylvain Orsat, Directeur général de l’EIGSI La Rochelle (école d’ingénieurs)

Bachelor : les écoles d'ingénieurs aussi

Bachelor : les écoles d'ingénieurs aussi

Depuis environ deux ans, le bachelor fait son apparition dans les écoles d’ingénieurs. L’École nationale supérieure des arts et métiers (Ensam) a été la première, en 2014, à créer un bachelor de technologie.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
ITESCIA - L'école du i-Management
ITESCIA, l'école du i-management de la CCI Paris Ile-de-France, forme chaque...
ESRA - Ecole Supérieure de Réalisation Audiovisuelle
Le groupe ESRA est une école de cinéma (Paris, Rennes, Nice) proposant des...
ISTH
Depuis 1954, l'ISTH confirme sa place de leader parmi les grandes classes...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

L'actu du site, bons plans, soirées, orientation... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.