Accueil > Orientation > écoles

Ecoles de commerce : le nombre d'apprentis explose dans les grandes écoles

Alternance. Tout droit vers l’emploi. La formule a des atouts pour convaincre.

L'apprentissage est devenu un must. Désormais, toutes les écoles les plus prestigieuses en proposent (à l’exception notable d’HEC). La formule a tout de la bonne idée, permettant à l’étudiant de ne payer aucun frais de scolarité (une économie de 8 000 € par an au bas mot), d’engranger de belles expériences professionnelles (1 ou 2 ans) et de toucher un salaire en étant formé.


Possible dès la 1re année


Devant ce succès, les écoles ouvrent chaque année davantage de places en apprentissage. L’alternance est souvent possible à partir de la 3e année, mais certaines écoles n’hésitent plus à la proposer plus tôt.
C’est le cas de l’Istec, à Paris, qui a ouvert l’année dernière l’apprentissage dès la 1re année : « Cela émane d’une forte demande des entreprises et des étudiants qui nous rejoignent », précise Géraldine Ernst, directrice des Relations entreprises de l’Istec.

De plain-pied dans l’entreprise


Mais n’est-il pas difficile de trouver une mission quand on sort juste du lycée ? « Bien sûr, les contrats signés en 1re année sont plutôt des emplois de vente, avec peu de responsabilités, mais cela fait entrer les étudiants de plain-pied dans le monde de l’entreprise », justifie-t-elle. Ce qui n’est pas sans rappeler les stages ouvriers des écoles d’ingénieurs.
C’est bien le côté pratique de l’alternance qui a intéressé Constantin Lagneau, en master 1 Marketing international et digital à l’ESCE (école implantée à Paris et à Lyon) : « J’ai toujours apprécié le monde du travail », raconte-t-il, tout en regrettant que les stages l’aient toujours laissé sur sa faim. « C’est beaucoup de temps de formation pour peu de temps opérationnel », observe-t-il.
Avec l’alternance, il s’est engagé pour deux ans chez Marcel SAS, en tant que Product manageur. Indépendance, expérience, frais de scolarité pris en charge, salaire… « À part la charge de travail, qui peut surprendre au début mais à laquelle on s’habitue vite, je n’y vois que des avantages », conclut l’étudiant.

CHIFFRE :
70 % des apprentis trouvent un emploi dans les 7 mois après leur diplôme. (Source : ministère du Travail, 2018)

« En alternance, il faut juste aimer les journées bien rythmées »


Témoignage de Chloé Rouillac Étudiante en 5e année à l’EBS Paris, En alternance chez Microsoft
Aviez-vous fait de l’alternance avant votre master ? Non, mais j’en avais une image très positive. En revenant de mon séjour à l’étranger, l’EBS Paris m’a proposé de continuer en apprentissage, je me suis renseignée et j’ai accepté.
Au début, c’est la charge de travail qui m’a surprise, mais ce n’est pas négatif : il faut juste aimer les journées bien rythmées !

Avez-vous eu du mal à trouver une entreprise ?
J’ai eu beaucoup de chance. Je n’ai envoyé qu’un seul CV et cela a fonctionné. Je m’y étais prise très tôt, en mars, quand beaucoup de grands groupes commencent à recruter leurs alternants. Je dis que j’ai eu de la chance parce que beaucoup d’étudiants de ma promo ont peiné à trouver une entreprise d’accueil. Certains n’ont signé qu’à l’automne…

Après plus d’un an, que pensez-vous de ce modèle ?
Pour moi, c’est la formule idéale. Sans parler du côté financier, qui est tout de même un sacré avantage, vous mettez tout de suite en pratique ce que vous apprenez en cours : c’est du concret ! Surtout, vous avez le temps de juger si un métier est fait pour vous, ou si vous devez envisager autre chose. Aujourd’hui, je suis chez Microsoft et m’occupe du marketing partenaires. C’est un poste qui me permet de toucher un peu à tout et qui me plaît énormément. J’apprends des choses tous les jours !


« Je veux être considérée comme une salariée à part entière ! »


Témoignage d'Emeline Dupont en master 2 Marketing de l’innovation à ICD International Business School, en alternance chez Showroom Privé

Aviez-vous déjà fait de l’alternance au cours de vos études ?
Oui, tout de suite après le bac, j’avais opté pour un BTS. J’avais travaillé à l’époque pour EDF dans le quartier de La Défense et en avais gardé un bon souvenir. Par la suite, je tenais à faire des études longues, mais également à travailler. L’alternance paraissait la voie tout indiquée. J’ai intégré ICD Business School en 3e année et j’ai pu ainsi répondre à une autre de mes envies, partir à l’étranger, avant de reprendre l’alternance en master.

Comment vivez-vous le rythme d’apprentie ?

Je suis quelqu’un qui bouge beaucoup, cela me va donc parfaitement ! D’autre part, quand je travaille, je veux être considérée comme une salariée à part entière ! Être alternant, ce n’est pas comme être stagiaire. La durée change tout : après six mois de stage, vous commencez tout juste à être bon, et devez partir. Avec l’alternance, vous avez un vrai contrat, plus long, pour aller au fond des choses.

Vous travaillez chez Shoowroom Privé. Avez-vous eu du mal à trouver une mission ?
Pas du tout ! Je crois que je m’y suis prise au bon moment (en mai) et, surtout, je savais quel type de missions je cherchais. J’ai ciblé principalement deux entreprises et ai été prise dans les deux. Chez Showroom Privé, je suis assistante Social Media Acquisition, un poste qui m’apprend beaucoup sur l’analyse des données et les réseaux sociaux. Surtout, c’est une fonction qui m’amène à communiquer en permanence avec mes collègues. Ils m’aident à progresser et à m’épanouir !


Palmarès des Ecoles de Commerce 2019
Le Parisien Etudiant


Tendances 2019

Classement 2019 des Ecoles de Commerce de Grade Master : Notre classement annuel pour s'y retrouver.
→ Classements thématiques : Top 10 des écoles pour l'international, Top 10 des écoles sans prépa, Top 10 Excellence académique, Top 10 : relations entreprises.
La course aux labels des Ecoles de Commerce : Amba, Equis ou AACSB, cela vous parle ?

Tendances 2019
→ Ça se passe dans les Business Schools : les nouveautés 2019
Des défis majeurs pour les écoles : concurrence, transformation digitale, fin des aides publiques...
International : les formules proposées aux étudiants en Ecoles de Commerce
→ Gouvernance des écoles de commerce : les femmes aux manettes
Intelligence Artificielle : les écoles du nouveau monde

La grande ouverture
Alternance. Le nombre d'apprentis explose dans les grandes écoles de Commerce
Responsables et solidaires, les étudiants d'écoles de commerce s’engagent
→ Gouvernance des écoles de commerce : les femmes aux manettes : les écoles du nouveau monde
Origine sociale, parité… Les Grandes écoles disent chercher la mixité. Comment s’y prennent-elles ?

Insertion pro :
→ Ecoles de commerce : terres de start-up, les naissances se multiplient.
→ Emploi : une insertion professionnelle toujours au top
→ Employeurs : Ces entreprises dont rêvent les jeunes diplômés

Pratique :
Comment financer efficacement ses études : les pistes, pour alléger le budget de ses parents
Oraux d'écoles - Comment évoquer ses qualités et ses défauts en entretien de motivation ?
Oraux d'écoles - les conseils pour bien préparer son oral d'admission
Quiz de révisions - logique, français, anglais... testez vos connaissances pour les concours des écoles de commerce


Réagir sur le Forum Ecoles
Le Parisien

Le Parisien
20.05.2019

Retour au dossier écoles
écoles : Ecoles de commerce : le nombre d'apprentis explose dans les grandes écoles
Imprimer

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

écoles : consultez aussi...

Rennes School of Business : international, alternance, pédagogie... ce qui va changer à la rentrée 2019

Rennes School of Business : international, alternance, pédagogie... ce qui va changer à la rentrée 2019

Trois questions à Béatrice Rabet, directrice des programmes de l'école Rennes School of Business

La Rochelle Business School : « Former des leaders dotés d’une vraie conscience RSE »

La Rochelle Business School : « Former des leaders dotés d’une vraie conscience RSE »

3 questions à Sébastien Chantelot, directeur général de La Rochelle Business School (groupe Excelia)

Ecoles de commerce : terres de start-up, les naissances se multiplient.

Ecoles de commerce : terres de start-up, les naissances se multiplient.

Entreprenariat. Ils n’ont pas attendu pour lancer leur projet. Dans les Business Schools, les naissances se multiplient.

L’Edhec Business School : « Les expériences à l’étranger doivent être réellement immersives »

L’Edhec Business School : « Les expériences à l’étranger doivent être réellement immersives »

Interview Richard Perrin, directeur international de l’Edhec Business School.

EMLV : « Préparer nos étudiants aux grandes transformations qu’entraînera l’IA »

EMLV : « Préparer nos étudiants aux grandes transformations qu’entraînera l’IA »

3 questions à Sébastien Tran, directeur général d’EMLV, Pôle Léonard de Vinci, Paris

Gouvernance des écoles de commerce : les femmes aux manettes

Gouvernance des écoles de commerce : les femmes aux manettes

Directrices. Dans un monde de l’enseignement supérieur toujours très masculin, elles détonnent. Déjà, elles font figure de modèles pour les futures manageuses.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
ICD - International Business School Toulouse
L’ICD forme ses étudiants à devenir des experts internationaux du...
Sup de Vente, l'école supérieure de vente de la CCI Paris Ile-de-France
Présentation de l'école "Sup de Vente, l'école supérieure de vente de la...
EISTI - Ecole Internationale des Sciences du Traitement de l'Information
L’EISTI est une école d’Ingénieurs en Informatique et en Mathématiques...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements