Accueil > Orientation > écoles

Vie associative : des activités pour se révéler

Partie intégrante de la formation ou fortement encouragée... les associations étudiantes sont un plus pour tous.

Adhérer à une association est à la fois un vecteur d’épanouissement personnel et un tremplin professionnel pour les étudiants des grandes écoles. Les associations et BDE, BDS... sont aussi souvent vu comme le gros plus des écoles par rapport aux universités dans l'encadrement et la qualité de vie des études.

"La vie associative est une vraie tradition de nos établissements", affirme Adrien Quenette, responsable communication de l’ENSTA ParisTech où deux créneaux hebdomadaires sont réservés à ces activités dans le planning des élèves. Si l’engagement associatif n’est pas obligatoire, les grandes écoles incitent fortement à la participation de tous. Car monter des projets réels est un prétexte pédagogique unique pour révéler le futur professionnel qui sommeille en chaque étudiant.

Partie intégrante de la formation

Près des deux tiers des nouveaux élèves adhèrent à une association. Pour Mireille Jacomino, vice-présidente formation du conseil des études et de la vie universitaire de Grenoble INP, « s’engager est le premier pas vers l’intégration, la formation d’une identité commune ». Dans beaucoup d’écoles, la vie associative est valorisée dans la formation.

Ainsi, l’ENSTA exempte de cours de management ses élèves qui organisent le forum des entreprises Trium avec Mines ParisTech et l’Ecole des ponts ParisTech. A l’ISC, les associations s’appellent entreprises étudiantes et font partie de la formation depuis cinquante ans. « Placés en situation de responsabilité, de création et de gestion d’activité, les étudiants acquièrent un savoir-faire professionnel », développe Jordan Gineste, secrétaire exécutif. « L’engagement associatif contribue à [leur] maturité, complète Mireille Jacomino, à leur ouverture à d’autres univers et problématiques, par exemple en menant des projets de solidarité et tournés vers l’humanitaire. »

Un atout pour se différencier sur le marché de l’emploi

Lors du concours 2012 de l’ISC, les candidats ont visionné des vidéos d’anciens : Guillaume Van Gaver (PDG de The Phone House) ou Canel Frichet (DG de Winamax) y évoquaient la vie associative comme un beau souvenir mais surtout une occasion d’apprentissages fondamentaux. A bien des égards, c’est une première expérience professionnelle. Les étudiants sollicitent le soutien financier d’entreprises, leur proposent des services, ils travaillent en équipe, se fixent des objectifs, ont des engagements à respecter.

Certaines associations sont de véritables entreprises avec des budgets et des événements de premier plan à gérer comme la Course Croisière Edhec ou le Triathlon Audencia-La Baule. Les élèves peuvent aussi mettre en avant des initiatives comme l’installation de panneaux solaires au Burkina Faso (Africa Unite-Supélec).

La participation à des associations à vocation professionnelle (clubs finance, junior entreprises, job services) comme le poste occupé dans le bureau (trésorier, président, communication) sont aussi des indications sur les ambitions et les compétences du candidat pour le recruteur.

Témoignage

« Une aventure personnelle extraordinaire »

Hugues VILLEMAIN,
l’association Arrête de mal bouffer et le concours de cuisine étudiant les Toqués


Pourquoi vous êtes-vous impliqué dans la vie associative ?
Durant les oraux et dès qu’on intègre l’école, les étudiants nous parlent de leurs associations, veulent nous recruter. C’est donc au départ un formidable vecteur d’intégration et d’épanouissement dans des activités variées. Par la suite, on prend conscience du versant professionnel.

Que propose Arrête de mal bouffer ?
Notre devise est « Manger simple, bon et pas cher ». Le message a séduit et l’association est montée en puissance avec l’organisation de marchés sur le campus, de dîners gastronomiques à prix coûtant. Nous avons reçu le prix de l’association la plus populaire de l’école. Devant ce succès, j’ai souhaité créer un concours de cuisine. J’ai eu la chance de pouvoir arrêter les cours durant cinq mois pour m’y consacrer totalement. Le concours les Toqués a reçu deux prix du Crasy Event de L’Oréal.

Que vous a apporté l’engagement associatif ?
D’abord de vivre une aventure personnelle extraordinaire. M’être investi sur de tels projets fera, je l’espère, la différence aux yeux des recruteurs. Avec près de 350 entreprises démarchées, je me suis aussi créé un beau réseau. Car les sociétés qui soutiennent des associations sont là pour dénicher des talents. Attention cependant à ne pas se laisser griser et à trop se consacrer à une association au détriment de ses études.

www.concours-lestoques.fr


Dossier réalisé par Ariane Despierres-Féry
en partenariat avec Le Journal des Grandes Ecoles
Article paru dans le Parisien Economie, édition du lundi 03 septembre 2012

Réagir sur le Forum écoles

Contact
05.09.2012

Retour au dossier écoles
écoles : Vie associative : des activités pour se révéler : Imprimer
Derniers articles "écoles"

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

écoles : consultez aussi...

orientation
Vous trouvez ça « Drone » ? - Hackathon autour des drones à l'école 42

Vous trouvez ça « Drone » ? - Hackathon autour des drones à l'école 42

GDF Suez organise un Hackathon autour des drones à l’école 42 les 24/25/26 avril prochains. Tous les projets sont les bienvenus pour inventer, innover et pourquoi-pas trouver une idée magique !

Palmarès des Bachelors du Parisien Étudiant : le classement 2015

Palmarès des Bachelors du Parisien Étudiant : le classement 2015

Le classement 2015 des programmes Bachelors des écoles de commerce / management par Le Parisien Etudiant. Fondé sur des critères simples et clairs, il apporte un éclairage supplémentaire pour choisir sa future formation.

Bachelor et poursuite d'études : le choix de la raison ?

Bachelor et poursuite d'études : le choix de la raison ?

Aujourd’hui, une grande majorité des diplômés de Bachelor décident de ne pas entrer sur le marché du travail et préfèrent opter pour un master. Quelles sont leurs motivations ? Cette tendance est-elle justifiée – et inéluctable ?

Bachelor : des têtes bien pleines... et bien faites

Bachelor : des têtes bien pleines... et bien faites

Stages, intervenants professionnels, mises en situation progressives : les diplômés d’un bachelor peuvent faire valoir auprès des recruteurs une formation marquée par les expériences et la montée en compétences.

Dossier spécial Bachelors : les “petites-grandes” écoles prennent leurs marques.

Dossier spécial Bachelors : les “petites-grandes” écoles prennent leurs marques.

Reconnues par les entreprises, les formations de niveau bachelor trouvent désormais leur place sur le marché du travail. Voici l’enquête exclusive et le classement du Parisien Étudiant de ces filières très prisées par les jeunes bacheliers.

Bachelor : les programmes s'internationalisent de plus en plus.

Bachelor : les programmes s'internationalisent de plus en plus.

Étudiants, diplômés : le monde est à vous ! Une ouverture qui fait désormais partie des fondamentaux de la pédagogie, que l’on se destine ou non à une carrière à l’étranger.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
Sup De Pub
Grande école de Communication et de Marketing fondée il y a plus de 25 ans...
NATURA-DIS
Notre vocation, c’est de vous former aux métiers liés à la Nature et à...
EMWeb
Saisissez dès maintenant les nouvelles opportunités de métiers offertes par...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

Les soirées, bons plans, actu, orientation, ... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.

Sites du Groupe Amaury

France Football L'equipe ASO Velo magazine Journal du Golf