En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Jobs / Stages > Emploi : ils galèrent en France, ils percent à...

Jobs/Stages

Emploi : ils galèrent en France, ils percent à l'étranger

La vingtaine, diplômé ou non… 1 jeune sur 4 dit vouloir tenter sa chance à l’étranger. 1ère expérience ou volonté d’exil ? Le phénomène s’amplifie.

A la question « Où se situe votre avenir professionnel ? », plus d’un jeune diplômé en France sur quatre (27 %) répond : « A l’étranger », selon le Baromètre 2014 de l’humeur des jeunes diplômés réalisé par le cabinet Deloitte. Il y a deux ans, interrogés dans le cadre de la même étude, seuls 13 % d’entre eux envisageaient une expatriation professionnelle pour commencer leur carrière.

Que s’est-il passé en deux ans ? Une flambée du chômage. Depuis mai 2012, la France compte 510 000 demandeurs d’emploi supplémentaires et les jeunes ne sont pas épargnés. « Le développement de l’expatriation professionnelle des Français s’inscrit dans une dynamique mondiale et constitue une évolution naturelle, qui bénéficie à l’économie française in fine. Pour autant, il serait illusoire d’ignorer que cette mobilité internationale accrue est encouragée par une moindre attractivité du marché du travail », notent les députés Luc Chatel (UMP) et Yann Galut (PS), dans un rapport publié en octobre sur « L’Exil des forces vives de France ».

Autrement dit, lorsqu’un jeune sur quatre environ est demandeur d’emploi en France, rien d’étonnant à ce que les plus mobiles ou les plus intrépides décident d’aller tenter leur chance ailleurs. Un phénomène d’autant plus marquant que les jeunes Français, pas toujours à l’aise avec les langues étrangères, avaient tendance à se montrer plus casaniers que leurs voisins européens.

Un atout pour le pays... s’ils reviennent... Et cette tendance ne concerne pas que les « jeunes ». Selon le ministère des Affaires étrangères, le nombre d’expatriés de tous les âges a augmenté de 14 % depuis 2008. Faut-il y voir une perte sèche pour le pays ? Ou un atout dans un monde globalisé ? Selon Yann Le Provost, président de l’Union des Français à l’étranger, « ce n’est pas seulement une fuite. Ceux qui partent deviennent les ambassadeurs de notre pays ». Surtout, même si cela reste difficile à chiffrer, la plupart des ces oiseaux migrateurs rentrent après quelques années. Réinvestissement financier, partage d’expérience… les retombées positives sont nombreuses pour l’Hexagone. A condition qu’ils rentrent, effectivement.

« La transition entre les études et l’emploi est plus difficile qu’avant »


Jean-Christophe Dumont, spécialiste des migrations

Responsable de la division migrations internationales de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), Jean-Christophe Dumont analyse les ressorts du développement de l’expatriation des jeunes Français.

Pour quelles raisons de plus en plus de jeunes s’expatrient-ils pour travailler ?
JEAN-CHRISTOPHE DUMONT. Ces départs ont d’abord un motif positif : les jeunes, notamment les plus diplômés, ont conscience qu’une expérience à l’international constitue un atout, si ce n’est un passage obligé pour trouver un emploi stable en France. La demande vient d’ailleurs des employeurs et les dispositifs pour favoriser ces expériences comme le VIE ou les programmes Erasmus fonctionnent bien. Le tout sur fond de mondialisation à la fois des systèmes éducatifs et du monde de l’entreprise. De plus, la précarité, à un moment où les jeunes doivent souvent enchaîner les stages et les contrats courts, n’incite pas à rester.

La France est-elle de moins en moins attractive ?
La transition entre les études et l’emploi est plus difficile qu’avant, cela pousse à regarder ailleurs. C’est particulièrement le cas pour les enfants d’immigrés : ils n’ont pas les réseaux nécessaires pour accéder aux emplois qu’ils visent et considèrent qu’il y a trop d’obstacles en France. Pour autant, le pays reste attractif dans de nombreux secteurs, comme les nouvelles technologies, la recherche, l’industrie. Il faut surtout arriver à mettre en valeur nos atouts.

Faut-il s’inquiéter de cette « fuite » à l’étranger ?
Le nombre de jeunes qui s’expatrient va croissant, mais il reste raisonnable comparé aux autres pays de l’OCDE. Pour l’instant, nous rattrapons à peine notre retard, avec un taux d’expatriation de 5 %, alors qu’il est de 8 % en Allemagne ou de 10 % au Royaume-Uni. Mais il faut suivre attentivement ces trajectoires, car nous aurons des réponses dans les trois prochaines années. Soit les Français qui partent finissent par revenir, auquel cas ce serait une bonne nouvelle car ils rapporteront des compétences acquises ailleurs. Soit le chiffre des départs continue de croître, sans retour. Là, il faudra sérieusement s’inquiéter.


Cet article est issu du dossier spécial du Parisien / Aujourd'hui en France du vendredi 21 novembre 2014. A retrouver ici en intégralité
La UNE du Parisien Aujourd'hui en France du vendredi 21 novembre


Elsa Mari &
Shahzad Abdul


Réagir sur le Forum Job étudiant / stage / emploi

LE PARISIEN
21.11.2014

Retour au dossier Stages/jobs
Stages/jobs : Emploi : ils galèrent en France, ils percent à l'étranger
Imprimer

Stages/jobs : consultez aussi...

orientation
Gagnez votre billet pour Viva Technology Paris !

Gagnez votre billet pour Viva Technology Paris !

Le Parisien Etudiant vous invite au plus grand rendez-vous de l'innovation et des startups. Tentez de gagner votre place pour la journée grand public, samedi 17 juin à Paris Expo Porte de Versailles !

Écoles. Des fabriques à start-upeurs, incubés et choyés

Écoles. Des fabriques à start-upeurs, incubés et choyés

Pour encourager l’esprit entrepreneurial, les écoles de management multiplient les dispositifs dédiés à la création d’entreprise.

Recrutement. « Les diplômés d'écoles de commerce ont une grande soif d'entreprendre »

Recrutement. « Les diplômés d'écoles de commerce ont une grande soif d'entreprendre »

Interview : Jennifer Kempf Responsable Recrutement chez Lidl. La grande distribution recrute beaucoup de jeunes diplômés issus des grandes écoles de commerce. Quelles sont leurs qualités ?

Le savoir-être, un atout idéal pour votre CV

Le savoir-être, un atout idéal pour votre CV

Au-delà du savoir-faire, les entreprises attendent des jeunes diplômés un savoir-être. Une qualité à laquelle les écoles préparent de plus en plus.

L'alternance : un booster pour l'emploi - Cahier spécial Le Parisien Etudiant

L'alternance : un booster pour l'emploi - Cahier spécial Le Parisien Etudiant

Très prisée des jeunes comme des entreprises, qui l’utilisent de plus en plus comme un outil de pré-recrutement, l’alternance est un effet de levier pour l’insertion professionnelle. Décryptage d’une formule aux nombreux atouts.

Jobs d'été : 4 offres complètement incroyables

Jobs d'été : 4 offres complètement incroyables

Les recrutements pour des jobs incroyables - mais vrais - se multiplient. Pas moins de quatre « meilleurs boulots » sont proposés en ce moment. Desjobs d'été vraiment cool.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
ESO - Ecole Supérieure d'Ostéopathie
L'Ecole Supérieure d'Ostéopathie (ESO Supostéo) est l'école d'ostéopathie...
CLCF - Conservatoire Libre du Cinéma Français
La longue histoire du CLCF depuis 1963 n’en fait pas une vieille dame indigne...
ISCOM
Créé en 1986 à Paris, l’ISCOM, institut supérieur de communication et...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

L'actu du site, bons plans, soirées, orientation... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.