En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou traceurs pour améliorer et personnaliser votre expérience, réaliser des statistiques d’audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d’intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux. En savoir plus

Accueil > Orientation > Orientation

Etudes supérieures : la province séduit de plus en plus d'étudiants

Pour étudier, plus c'est loin, mieux c'est ! Auparavant la proximité géographique était un critère très important dans le choix de ses études...

S’inscrire dans une fac à l’autre bout de la France, une démarche de plus en plus courante chez les néobacheliers, y compris chez les Parisiens, séduits par la province.

« Mes chers parents, je pars… » Combien de jeunes diplômés du baccalauréat s’apprêtent à commencer leur vie d’étudiant loin de papa et maman ? À en croire les rares chiffres qu’est en mesure de transmettre le ministère de l’Enseignement supérieur, les lycéens semblent plus que jamais prêts à s’installer à l’autre bout de la France pour se ménager sinon une place au soleil, au moins un strapontin dans un amphi correspondant un tant soit peu à leur rêve de cursus post-bac.

Dans Parcoursup, l’outil d’orientation créé cette année par le gouvernement sur les cendres de la décriée plateforme APB, 25 % des lycéens français - soit 203 000 élèves - ont formulé au moins un vœu d’études en région parisienne. Le mythe du provincial tentant à 18 ans sa chance dans le quartier latin n’a pas pris une ride depuis Balzac. Plus surprenant, l’inverse est plus vrai que jamais : 87 % des jeunes scolarisés dans la capitale ont formulé au moins un souhait d’études hors de l’Île-de-France pour la rentrée.

L’espoir d’une concurrence moins forte


Le chiffre est d’autant plus saisissant que la région parisienne est de loin la plus dense en matière de formations prestigieuses ou valorisantes sur un futur CV. Il atteste que, dans un contexte de pression démographique où les baby-boomers des années 2000 investissent en masse le monde universitaire, certains peuvent être tentés de courir leur chance « en province » avec l’espoir que la concurrence y sera moins forte.

Un pari pas toujours juste : la cohue n’épargne en fait aucune grande ville universitaire. Un exemple ? À Lyon, où la population étudiante croît de 2,5 % par an, contre 1 % en moyenne ailleurs, le rectorat vient d’enregistrer 152 064 souhaits d’inscriptions de lycéens pour ses universités, IUT, BTS ou autres écoles post-bac. Les trois quarts (111 190) provenaient de jeunes non domiciliés dans la région lyonnaise !

Certes, une partie de ces candidatures « hors secteur » sont le fait d’habitants d’académies voisines, pour qui la capitale des Gaules est bien plus proche en temps que Grenoble ou Clermont-Ferrand. Mais cela ne suffit pas à expliquer l’impressionnante capacité de mobilité des générations de l’an 2000.

Des filières mieux connues


« Ils sont tout simplement très habitués à bouger, en tout cas pour ceux qui ont grandi dans des milieux plutôt favorisés », remarque Laurent Champaney, directeur général du réseau d’écoles d’ingénieurs Arts et métiers, qui avoue n’avoir « aucun mal » à remplir les programmes bachelors de ses campus d’Angers ou Châlons-en-Champagne, villes pourtant peu connues pour leur effervescence universitaire. Les néobacheliers qui y débutent ont 18 ans et viennent de toute la France.

De fait, c’est l’offre pédagogique et les débouchés professionnels des établissements, bien avant tout le reste, qui attirent les nouveaux Rastignac. À La Rochelle, qui s’est fait un nom avec ses masters spécialisés dans l’environnement et le monde portuaire, un tiers des effectifs en 2016-2017 n’étaient pas originaire de Poitou-Charentes « sans qu’on ait fait la moindre campagne pour attirer à l’extérieur », précise la communication de l’université.

En tout cas, « l’existence de plateformes numériques, comme Parcoursup, permet aux jeunes d’avoir beaucoup plus de lisibilité sur l’offre de formation au niveau national et, par ce fait, de candidater partout où existe la filière qui les intéresse », remarque Anne Giroir-Fendler, vice-présidente de l’université Lyon-1 en charge de la vie étudiante. Elle en est sûre : « Nous allons avoir de plus en plus d’étudiants qui viennent d’ailleurs dans les années à venir. »

Consultez aussi :

Témoignages : elles ont choisi de quitter Paris
Logement étudiant : face à la pénurie, la tentation de l'étranger !


Réagir sur le Forum Orientation
Le Parisien

Le Parisien
24.07.2018

Retour au dossier Orientation
Orientation : Etudes supérieures : la province séduit de plus en plus d'étudiants
Imprimer

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

Orientation : consultez aussi...

Examen zéro papier : le concours Passerelle devient 100% digital en 2019

Examen zéro papier : le concours Passerelle devient 100% digital en 2019

Le concours Passerelle passe au 100% digital en 2019, quelles conséquences pour les étudiants ? Par Robin Morth, directeur opérationnel de PGE-PGO

Classement des associations étudiantes 2018 : les 6 grandes finalistes en course

Classement des associations étudiantes 2018 : les 6 grandes finalistes en course

Le Parisien Etudiant est partenaire de la 7e édition du Classement des Associations Etudiantes 2018 organisé par Anéo. Découvrez les 6 finalistes de la grande finale qui aura lieu ce vendredi 16 novembre.

Ecole d'ingénieurs : les étudiants de l'Estaca présentent leurs bolides à l'autodrome

Ecole d'ingénieurs : les étudiants de l'Estaca présentent leurs bolides à l'autodrome

Etudiants à l'Estaca, grande école d’ingénieurs, ces jeunes passionnés ont investi le circuit de l’Utac Ceram avec leurs projets à 2 ou 4 roues.

Des étudiants de grandes écoles lancent un manifeste «pour un réveil écologique»

Des étudiants de grandes écoles lancent un manifeste «pour un réveil écologique»

Le texte avait été signé par plus de 21 000 étudiants, ce lundi, un mois après sa mise en ligne.

Des étudiants et pâtissiers envoient un gâteau basque dans l’espace

Des étudiants et pâtissiers envoient un gâteau basque dans l’espace

Des étudiants de l'école d'ingénieurs de l'école d'ingénieurs de Bayonne (ESTIA) ont participé à une expérience insolite...

Travailler dans le numérique : la motivation comme unique qualification

Travailler dans le numérique : la motivation comme unique qualification

Changement de filière, reconversion professionnelle : le numérique recrute des profils de divers horizons. Et vous l’intéressez sûrement.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
ISCPA - Toulouse - Institut supérieur des médias
L'ISCPA, école des médias du Groupe IGS (Paris - Lyon - Toulouse), dispense...
Ecole EGO
« La grande illusion du monde des affaires est de croire que l’on peut...
Euridis Business School - Paris Lyon Toulouse
Euridis Business School est la grande école de commerce spécialisée dans la...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements