OrientationPratique

Apprendre les gestes qui sauvent

Un plus dans la vie, pour vous et pour les autres... mais aussi "un + sur le CV"

Se former aux premiers secours : tout le monde peut le faire à faible coût voire gratuitement, notamment les étudiants mais aussi les salariés.

Chaque année, 300 000 personnes environ se forment aux premiers secours auprès d'une association habilitée. Des formations à la portée de tous et qui peuvent être financées, que l'on soit étudiant, chômeur ou en poste. Celle dite de prévention et secours civiques de niveau 1 (PSC1, ex-attestation de formation aux premiers secours), s'adresse au grand public. Elle aborde différentes situations d'accident — hémorragie, brûlure, étouffement — en huit modules.

« C'est une réponse à une urgence du quotidien, un accident domestique ou qui se passe dans la rue. Nous apprenons à maintenir la personne en vie jusqu'à l'arrivée des secours, et à passer le bon message lors de l'alerte », détaille Christophe Talmet, responsable national de la formation aux premiers secours à la Croix-Rouge française.

Les universités et écoles organisent des sessions
Le PSC1 dure environ dix heures et se déroule généralement en demijournées, le soir ou encore le week-end. Afin de le rendre accessible à un plus grand nombre, il devrait être ramené à environ huit heures en 2011, pour tenir sur une journée. A titre individuel, tout un chacun peut s'adresser à l'une des grandes associations — Croix-Blanche, Croix-Rouge, Protection civile... — présentes sur le territoire. Le PSC1 coûte en moyenne de 50 à 75 €.
Les étudiants peuvent se renseigner auprès de leur université ou leur école, car celles-ci organisent régulièrement des sessions à des tarifs très bas, ou parfois gratuitement, en partenariat avec des associations ou par le biais d'enseignants formés. « C'est une formation qualifiante, qui ajoute un atout sur un CV », souligne Colette Pfister, vice-présidente chargée de la formation à la Fédération des secouristes français de la Croix-Blanche.

Le Pôle emploi ou les missions locales peuvent aussi financer ces formations. Au sein de l'entreprise, un salarié peut solliciter le DIF.
De nombreuses initiations aux premiers secours, de une à trois heures, existent aussi. Leur courte durée attire le public et permet aux associations de le sensibiliser pour s'inscrire au PSC1. « L'idée serait d'avoir un sauveteur qui a suivi le PSC1 pour cinq personnes. Nous sommes encore loin du compte, mais nous formons un volume régulier de PSC1, et de plus en plus de gens suivent des formations courtes », témoigne Christophe Talmet de la Croix-Rouge.

Ceux qui ont envie de s'engager comme bénévoles pourront continuer à se former en suivant les cursus de premiers secours en équipe (PSE). En entreprise, les salariés peuvent se porter volontaires pour devenir sauveteur-secouriste du travail (SST). Le Code du travail prévoit qu'un membre du personnel doit être formé au secourisme pour chaque atelier où sont effectués des travaux dangereux ou sur chaque chantier d'au moins vingt personnes et d'une durée de plus de quinze jours où sont réalisés des travaux dangereux. Le contenu de la formation de sauveteur- secouriste du travail est le même que pour le PSC1, mais s'y ajoutent quatre heures spécifiques aux risques professionnels.

« Le SST a une dimension de prévention des risques, il doit repérer les dangers dans les situations de travail et en informer sa hiérarchie ou le chargé de prévention », précise Alexandre Morel, responsable de la formation secourisme du travail à l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS). Une formation continue de six heures est prévue pour les SST dans les douze premiers mois suivant le cursus initial, puis tous les vingtquatre mois. Une expérience utile et valorisante.

CORALIE DONAS
Article issu du Parisien supplément Economie du 10 janvier 2011

EN SAVOIR PLUS La Croix-Rouge française propose des formations PSC1 y compris adaptées aux personnes avec un handicap physique. Elle organise le deuxième samedi de septembre chaque année, la Journée mondiale des premiers secours (animations et sensibilisation) : www.croixrouge.fr.
D'autres nombreuses associations permettent de se former aux premiers secours :
La Croix-Blanche : www.croixblanche.org.
La Fédération nationale de la protection civile : www.protectioncivile. org.
La Fédération française de sauvetage et de secourisme : www.ffss.fr.
Pour tout savoir sur le secourisme et sa pratique, un site bien documenté : www.secourisme-pratique.com.

Retour au dossier Pratique
Pratique : Apprendre les gestes qui sauvent
Imprimer

Commentaires / Réactions

Pratique : consultez aussi...

4l Trophy : découvrez le teaser de l'édition 2021

4l Trophy : découvrez le teaser de l'édition 2021

Le Parisien Etudiant partenaire média du 4L Trophy est fier de vous présenter le teaser de ce rallye spécial jeunes, débrouille, aventure, solidarité, dépassement de soi...

L'école ou une formation obligatoire jusqu'à 18 ans

L'école ou une formation obligatoire jusqu'à 18 ans

Jusqu’en juillet dernier, passé 16 ans, un jeune avait tout à fait le droit d’arrêter ses études, même s’il n’avait pas d’activité professionnelle. Mais ça, c’était avant.

Rentrée 2020 : après 6 mois loin des amphis, Pierre a hâte de retrouver la vie étudiante

Rentrée 2020 : après 6 mois loin des amphis, Pierre a hâte de retrouver la vie étudiante

Pierre, 21 ans, entre en deuxième année de licence maths-informatique à l’université de Strasbourg. S’il est heureux de retourner à la fac, son budget serré ne lui permettra pas d’acheter des masques chirurgicaux.

Une rentrée étudiante plus chère de 76 euros et des jeunes plus pauvres, selon la Fage

Une rentrée étudiante plus chère de 76 euros et des jeunes plus pauvres, selon la Fage

Le 18e baromètre de la première fédération étudiante, que nous dévoilons, évalue le coût moyen de la rentrée 2020 à 2361 euros pour les jeunes inscrits dans l’enseignement supérieur.

Prêt étudiant : l'essentiel à savoir avant de souscrire

Prêt étudiant : l'essentiel à savoir avant de souscrire

Pour financer vos études, il est souvent nécessaire de souscrire un crédit étudiant. Mais attention ! Il s’agit d’un prêt bien particulier qui peut finir par coûter cher. Suivez le guide.

Lettre pour une demande de suspension de prélèvement automatique

Lettre pour une demande de suspension de prélèvement automatique

Vous souhaitez suspendre le prélèvement automatique d'un créancier ? Avisez votre banque en lui envoyant ce modèle de lettre adapté.

Ecoles à la Une

ITESCIA - L'école du i-Management
ITESCIA, école publique la CCI Paris Île-de-France, forme plus de 1400...
EM Normandie
Créée en 1871 au Havre, l’EM Normandie est l'une des plus anciennes écoles...
Edhec Business School
Cinq campus basés à Lille, Nice, Londres, Paris et Singapour - Rejoignez...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter

L'actu du Parisien Etudiant, examens, bons plans, soirées, orientation... *

Inscription réussie - Merci.


* En complétant votre adresse électronique, vous validez les Conditions Générales d’Utilisation et acceptez que Le Parisien, responsable de traitement, traite vos données pour vous permettre de recevoir les actualités Le Parisien Etudiant. Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de protection de vos données personnelles : Politique de confidentialité.