En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou traceurs pour améliorer et personnaliser votre expérience, réaliser des statistiques d’audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d’intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux. En savoir plus

Accueil > Orientation > écoles

Etudiants martiens à la conquête de la planète rouge...

Projets fous, missions gadgets ou recherches scientifiques, les expériences de confinement pour simuler la vie sur Mars se multiplient.

Devant leur rover, sous le soleil de plomb, ils posaient avant leur mission dans leur combinaison bleu et rouge, avec le sourire éclatant propre de jeunes pionniers. Alexander, Reinhard, Sebastian ont vécu l’enfer rouge. Ces membres de la mission autrichienne Amadee18 ont passé trois semaines à simuler la vie sur Mars, coupés de tout, en plein désert d’Oman.

Pour Victoria Da-Poian, 22ans, étudiante de l’Isae-Supaero de Toulouse — là où Thomas Pesquet a fait ses classes. Le 17 février, cette élève ingénieur qui rêve d’intégrer le corps européen des astronautes, est partie s’isoler elle aussi mais dans un autre désert : celui de l’Utah (ouest des Etats-Unis). Sa mission, avec six de ses congénères, trois semaines de confinement dans un cylindre de 8 mètres de diamètre, avec eau rationnée et couchette spartiate. Pourtant, en dépit de la douche prise en 30 secondes chrono qui l’attend, de la viande en boîte au goût de carton, des brocolis lyophilisés au menu, l’étudiante qui repart pour la seconde année consécutive, a « hâte » : « on est des cobaye, c’est le but » dit-elle, pressée d’étrenner ses habits de « commandant ». « On ne peut le devenir que si l’on est déjà parti avec un premier équipage. C’est la règle édictée par notre sponsor, la Mars society » explique, avec le plus grand sérieux, l’unique fille de l’équipage « 189 » en partance.




Utah (Etats-Unis). Le groupe de Victoria, l’étudiante toulousaine va succéder à l’équipage 188. Ici deux de ses membres à l’assaut d’une colline pendant une mission quotidienne./The Mars society

Les expériences de confinement se multiplient



Est-ce la promesse de la Nasa d’envoyer des astronautes sur Mars vers 2030, ou bien le rêve fou du milliardaire Elon Musk d’y installer dès les décennies suivantes, des colonies de terriens ? Ce qui est certain, c’est que les expériences de confinement pour simuler «la vie sur Mars» se multiplient.

Le 28 août 2016, à Hawaï, on a vu trois femmes et trois hommes, dont le Français Cyprien Verseux, s’extraire, le visage pâlot, la démarche hésitante, d’un petit dôme où ils étaient restés...365 jours durant. Plus récemment, le 1er décembre, quatre étudiants volontaires chinois fêtaient leur libération d’un laboratoire clos et scellé où ils avaient été tenus, isolés pendant 200jours : là, c’était pour faire « comme sur la Lune », sachant que notre satellite servira d’étape pour ... Mars.


Dans le désert de l’Utah, des membres d’équipage procèdent à des relevés scientifiques./The Mars society

A VOIR > EN IMAGES. Huit mois dans un dôme pour tester la vie sur Mars

« Toutes ces simulations, ces tests consistant à faire pousser des légumes sans terre, à vivre équipé 24/24h de badges espions, à fabriquer de l’eau à partir de bactéries, c’est amusant, mais c’est tout de même un joyeux bazar » remarque, dubitatif, Alain Cirou, directeur de la revue Ciel et Espace. « Où est le protocole commun qui permettrait d’en comparer des résultats ? Qui collecte quoi et pour qui ? On cherche en vain un quelconque coordinateur » remarque le spécialiste.
«Les agences spatiales s’intéressent à nous»

S’agit-il pour autant de missions- gadget ? « Non, réplique Alain Cirou, car derrière ceux qui les organisent, on trouve des vrais passionnés : des universités ou des associations dont certains membres sont plus ou moins liés avec des agences spatiales. Leur démarche consistant à vouloir se rendre utile, tout comme celle des candidats qu’ils drainent, est sincère. Sauf que Mars reste du domaine du rêve. »


Les stations de recherches sont situées dans des lieux présentant des similitudes géologiques, biologiques ou environnementales avec la Planète rouge, comme ici dans le désert de l’Utah./The Mars society

Les agences spatiales ont-elles alors vraiment besoin des études de ces « indépendants » qui préfèrent exalter la beauté de l’aventure tout en taisant le petit enfer que peut devenir une vie à huis clos ? Victoria Da-Poian veut y croire : « Elles s’intéressent à nous. La mission autrichienne compte par exemple quelqu’un de l’Esa. Et l’an dernier, nous avons transmis à la Nasa un rapport sur les facteurs d’entente au sein de notre équipage ». Le facteur humain... Il sera décisif pour le succès des futurs missions habitées. Qui sait ? Victoria sera-t-elle alors l’élue pour ses talents d’apprentie martienne ?


Réagir sur le Forum Ecoles
Le Parisien

Le Parisien
22.03.2018

Retour au dossier écoles
écoles : Etudiants martiens à la conquête de la planète rouge...
Imprimer

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

écoles : consultez aussi...

L’école d'ingénieurs privée EISTI va devenir publique

L’école d'ingénieurs privée EISTI va devenir publique

L’an prochain, l’EISTI fera partie, avec l’Université de Cergy-Pontoise et l’Essec, d’un Grand Etablissement tourné vers l’international et la recherche.

Les meilleures universités francaises selon le classement du Times Higher Education 2019

Les meilleures universités francaises selon le classement du Times Higher Education 2019

Les résultats du classement annuel du Times Higher Education 2019 des meilleures universités et écoles à travers le monde.

Classement des meilleures associations étudiantes de France en 2018

Classement des meilleures associations étudiantes de France en 2018

Quelles sont les associations étudiantes qui se bougent le plus en France : notoriété, impact, innovation... 7e édition du Palmarès Le Classement

Examen zéro papier : le concours Passerelle devient 100% digital en 2019

Examen zéro papier : le concours Passerelle devient 100% digital en 2019

Le concours Passerelle passe au 100% digital en 2019, quelles conséquences pour les étudiants ? Par Robin Morth, directeur opérationnel de PGE-PGO

Classement des associations étudiantes 2018 : les 6 grandes finalistes en course

Classement des associations étudiantes 2018 : les 6 grandes finalistes en course

Le Parisien Etudiant est partenaire de la 7e édition du Classement des Associations Etudiantes 2018 organisé par Anéo. Découvrez les 6 finalistes de la grande finale qui aura lieu ce vendredi 16 novembre.

Ecole d'ingénieurs : les étudiants de l'Estaca présentent leurs bolides à l'autodrome

Ecole d'ingénieurs : les étudiants de l'Estaca présentent leurs bolides à l'autodrome

Etudiants à l'Estaca, grande école d’ingénieurs, ces jeunes passionnés ont investi le circuit de l’Utac Ceram avec leurs projets à 2 ou 4 roues.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
IMSI - Lyon - Institut du Management des Services Immobiliers
Depuis sa création en 1999, l’IMSI forme des étudiants qui occupent tous...
Audencia Business School
Audencia Business School : Innovative leaders for a responsible...
EMC - Ecole supérieure des Métiers de l'Image, du son et de la création 2D.3D
• L'EMC est spécialisée dans les formations artistiques en alternance et...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements