En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Orientation > Formation > étranger

Étudier à l'étranger ça se prépare : conseils et témoignage

Anticipation. Partir faire ses études au-delà des frontières présente de nombreux avantages, mais ne s’improvise pas.

Devenir bilingue, apprendre autrement, découvrir une autre culture, valoriser son CV… Partir faire ses études au-delà des frontières présente de nombreux avantages, mais ne s’improvise pas.

«J’ai commencé à m’occuper de mon inscription en classe de première et j’y pensais dès la seconde », raconte Céline, aujourd’hui étudiante à l’université américaine Columbia, à New York. Partir à l’étranger est un projet qui se mûrit : il faut se renseigner sur les bonnes formations, comprendre la façon dont fonctionne le système d’enseignement supérieur dans le pays où l’on souhaite aller, s’informer sur le coût de la vie et les financements possibles…

Une organisation hors pair


Valentine a postulé, l’année dernière, dans différentes écoles d’Art en France, aux Pays-Bas et en Grande-Bretagne : « Dans chaque pays, et parfois selon les écoles, les systèmes et les dates d’inscription diffèrent. Il faut bien suivre son calendrier pour ne rien rater », conseille-t-elle. Aux Pays-Bas, par exemple, les inscriptions débutent en septembre et se terminent le 15 janvier. C’est également le cas au Royaume-Uni pour la plupart des universités et collèges, à l’exception d’Oxford, de Cambridge et des cursus de médecine qui se clôturent au 15 octobre. Aux États-Unis, cela dépend de l’établissement…

Un bon niveau en langue


Mieux vaut donc anticiper, d’autant que généralement les établissements vous demandent de justifier d’un bon niveau en langue. Pour postuler à UAL (University of Art London) en Angleterre, Valentine devait obtenir un score minimum de 6,5 au à l’International English Language Testing System (IELTS). « J’ai voulu m’enregistrer pour passer le test dès la rentrée de septembre, mais les sessions d’examens se remplissent très vite. Finalement je n’ai eu une place qu’au mois de novembre », se souvient-elle.

Pour se simplifier la vie, Katherine a préféré faire appel à un coach pour accompagner son fils lors de son inscription à l’université Bocconi de Milan (Italie), ainsi que dans des universités anglaises. « Il l’a aidé à sélectionner les formations les plus adaptées à son projet, à remplir ses dossiers et, surtout, il lui a donné des tuyaux pour écrire une bonne lettre de motivation, confie-t-elle. Les établissements anglais apprécient que les étudiants aient travaillé, particulièrement dans une association humanitaire. Il vaut mieux le savoir ».

TÉMOIGNAGE

« Les universités américaines vous encouragent »


Violette Perrotte
Titulaire d’une bi-licence en Relations internationales et Santé publique à l’université Johns-Hopkins, Baltimore, Maryland.


« APB me stressait. On est beaucoup trop jeune à 18 ans pour décider de ce que l’on fera plus tard. Aux États-Unis, en première année, on peut suivre des cours dans des matières variées. Cela permet de découvrir différents domaines et de se faire une opinion sur ce qui pourrait vous intéresser. J’ai choisi Sciences politiques un peu par convention, histoire par intérêt et santé publique, plutôt par curiosité. Mais tout de suite, j’ai compris que c’était dans cette matière que je souhaitais m’orienter. Les universités américaines vous encouragent, après votre licence, à prendre du temps pour préciser vos choix. Depuis, l’obtention du diplôme, en 2015, je multiplie les expériences : l’année dernière, j’ai travaillé au Programme mondial des Nations Unis au Sénégal et, cette année, je suis chargée de projet à la Maison des femmes à Saint-Denis (93), une association qui accueille les femmes qui ont subi des violences. Lorsque je reprendrais mon cursus, mes cours seront plus intéressants car je pourrais mettre en perspective théorie et pratique. »


Le Parisien Etudiant spécial APB 2017 :


> Comment réussir son inscription sur APB ? : Nos 5 conseils...
> Les formations qui recrutent hors APB
> Étudier à l’étranger ça se prépare / Témoignage de Violette
> Les raisons d’intégrer une école post-bac
> 3 conseils pour réussir sa rentrée en classe prépa
> Université : les filières sélectives, une alternative aux prépas
> Bons plans culture, ciné, musique, événements avec la FFBDE
> Interview du chanteur Vianney : son parcours d'études
> BTS/DUT : au plus près des besoins des entreprises


Réagir sur le Forum Orientation

LE PARISIEN
21.02.2017

Retour au dossier étranger
étranger : Étudier à l'étranger ça se prépare : conseils et témoignage
Imprimer

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

étranger : consultez aussi...

orientation
Erasmus. Etudier en alternance à l'étranger... c'est possible !

Erasmus. Etudier en alternance à l'étranger... c'est possible !

Erasmus est encore trop réservé aux étudiants et pas assez aux apprentis. La ministre du Travail Muriel Pénicaud souhaite que davantage d’apprentis fassent des séjours à l'étranger.

Comment une gap year peut changer votre avenir

Comment une gap year peut changer votre avenir

Non, une année sabbatique n’est pas une année de vacances. Non, elle n’est pas réservée aux aventuriers qui veulent faire le tour du monde, ni aux actifs au bord du burnout. Comment réussir son année de césure : les conseils de Kaplan International.

Partir à l'étranger après le bac : une année sabbatique pour mieux s'orienter

Partir à l'étranger après le bac : une année sabbatique pour mieux s'orienter

Apprendre une langue, aller à la rencontre d’un pays, développer une culture internationale, valoriser son CV… Tous ceux qui ont étudié à l’étranger le disent : c’est une expérience enrichissante. Plusieurs voies sont possibles.

Facs saturées : «Il y avait des étudiants jusque sur l'estrade»

Facs saturées : «Il y avait des étudiants jusque sur l'estrade»

Les jeunes bacheliers qui arrivent à trouver une place à l'université sont confrontés aux aléas de la fac : amphithéâtres bondés, matériel vétuste, manque d'encadrement. Une expérience qui peut vite décourager.

Ryanair va proposer des vols moins chers aux étudiants Erasmus

Ryanair va proposer des vols moins chers aux étudiants Erasmus

Ryanair a annoncé un partenariat exclusif avec Erasmus Student Network. Dès le mois de septembre, celui-ci permettra aux étudiants Erasmus de bénéficier notamment d'une réduction de 15% sur le prix de leur billet.

International. Découvrir et s'enrichir des cultures des autres continents

International. Découvrir et s'enrichir des cultures des autres continents

En échange universitaire, sur un campus à l’étranger ou en stage en entreprise, les possibilités d’acquérir une expérience multiculturelle sont variées.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
ISTH
Depuis 1954, l'ISTH confirme sa place de leader parmi les grandes classes...
IPAG Business School
Située dans l'un des plus beaux quartiers de l'une des plus belles villes du...
Euridis Business School - Paris Lyon Toulouse
Euridis Business School est la grande école de commerce spécialisée dans la...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

L'actu du site, bons plans, soirées, orientation... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.