Accueil > Orientation > Etranger > Erasmus

étudier à l'étranger : Dublin (Irlande)

par Julie

Julie a passé un an en Irlande à l'université, la Dublin City University, elle nous fait part de ses impression dans un témoignage très détaillé dans lequel vour trouverez toutes les infos sur cette ville pour de jeunes étudiants étrangers.

SEJOUR DE 10 MOIS A DUBLIN, IRLANDE
(ETUDIANTE A DUBLIN CITY UNIVERSITY par Erasmus)

VIE PRATIQUE
- LOGEMENT
- TRANSPORTS
- ARGENT
- SANTE
- VIE UNIVERSITAIRE
- STAGE
- VIE QUOTIDIENNE
- LE COUT DE LA VIE
- L'EXPERIENCE INTERNATIONALE
- L'IRLANDE
- L'ENCADREMENT ET LES AIDES POSSIBLES
- ET POUR LA SUITE?

Logement

Quant au reste de l'Irlande, je l'ignore, mais Dublin concentre le tiers de la population de l'île.
Pour ceux qui choisissent la résidence universitaire, pas de souci : votre chambre vous attendra à la rentrée. Mais les places sont limitées ; mieux vaut donc s'y prendre tôt.
Pour les autres... le premier conseil est celui d'arriver le plus tôt possible à Dublin ; avant que les étudiants irlandais aient tous trouvé leur logement étudiant.
Donc, si la rentrée est le 25 septembre, éviter de débarquer le 20 comme je l'ai fait. Car on risque de vous dire que les logements sont " gone ".
Dans ce cas, la recherche peut prendre jusqu'à une semaine (ce qui ne semble pas long, sauf quand on se retrouve SDF?)
Et évidemment, dans ce cas là, on risque de prendre n'importe quel logement.
Alors le conseil est de s'ORGANISER. Car un déménagement est une période mal appropriée au tourisme bourlingueur.
- D'abord, réserver un bed & breakfast (B&B) pour 4 jours environ. C'est plus tranquille que l'auberge de jeunesse - qui est moins chère, mais on ne peut pas y laisser ses affaires. Le conseil est de faire un tour sur Internet, et demander " Dublin bed and breakfast " a n'importe quel moteur de recherche. Sinon, les paumés peuvent se faire arnaquer sur le prix. Par personne, la nuit en B&B est bon marché à partir de 15/20IR£. De plus, les gérants peuvent indiquer des adresses de logement s'ils en connaissent.
- Il faut éviter les agences de locations, qui vendent cher une courte liste d'annonces et sont souvent une arnaque.
- Profiter des bus touristiques qui font le tour de Dublin pour vous familiariser avec le centre-ville. (Et puis c'est pas désagréable non plus)
- Acheter un plan détaillé de la ville (impossible de s'en sortir sans), et le Herald Evening, où on trouve beaucoup d'offres de logement. Mais attention ; il faut acheter le quotidien à sa sortie, car les annonces se périment très vite. Demander au marchand de journaux l'heure de sortie.
- www.daft.ie donne aussi plein d'adresses de logements.
- Quant au type de logement, il n'y a pas vraiment le choix. En centre-ville, on trouve des appartements, mais partout ailleurs, le sharing prédomine. Il faut partager une maison avec d'autres gens ; dans certains cas on partage même sa chambre avec quelqu'un d'autre. Comme la maison individuelle est le seul type d'habitation, on a pas vraiment le choix.
- Le loyer tourne autour de 500f par semaine pour une chambre individuelle dans une maison. Sans APL/ALS bien sûr? Et les charges ne sont pas toujours comprises. Il faut préférer le chauffage à gaz, car l'électrique est bien plus cher (700f par mois pour un F1 - oui, il en existe quand même quelques uns - tout électrique). Et ça compte, car l'hiver est quand même froid, et les maisons sont moins bien isolées qu'en France. Le téléphone (fixe) est au même prix qu'en France. L'eau, par contre, est gratuite (elle tombe du ciel). Il est coutume de donner un mois de caution, et de remplir un rent book (petit livret disponible dans les papeteries) avec son propriétaire.
- Enfin, il faut venir en se préparant au pire. Car il ne faut pas espérer un appartement indépendant, joli, grand, pas cher, bien chauffé et près de la fac (respectivement de son boulot). Il n'existe pas. Mieux vaut le savoir pour ne pas être démoralisé.

Transports

Ah, les transports? le deuxième problème de Dublin après les logements. Car la prospérité amène les embouteillages.
- Premier conseil : celui qui a une voiture a mille raisons de l'emmener. Elle permet de se loger plus loin du centre et donc pour moins cher, d'emmener plus d'affaires, d'aller tous les jours à la fac (sauf si elle est en centre-centre?et encore, ça dépend des horaires des cours). Elle facilite les courses et rend populaire, car peu d'étudiants irlandais ont des voitures (la vignette des voitures occasions est chère, le permis n'est pas donné non plus et l'assurance est hors de prix). Enfin, on en profitera pour faire du tourisme les weekends? De plus, le ferry pour venir n'est pas très cher.
- Mais de manière générale, les routes sont en mauvais état et supportent peu de trafic.
- Pour ceux qui n'ont pas de voiture, ceci est bon à savoir : le bus est considéré comme non reliable: on ne peut pas lui faire confiance pour arriver à l'heure. Il est en outre assez cher.
- Le vélo reste un bon moyen de transport pour les courageux. Il coûte environ 60 ? d'occasion et nécessite peu d'entretien. On peut le revendre à la fin de l'année. Mais Dublin a un peu de relief et l'hiver est très venté (et même pluvieux). Enfin, les bus sont sans pitié envers les vélos.
- Il reste un joker : le Dart (RER local) dessert plusieurs endroits de Dublin. Mais comme il ne passe pas partout, il faut bien réfléchir si on veut l'utiliser tous les jours.
- Enfin, on peut toujours utiliser ses pieds. Mais alors il faut ne pas être loin de la fac, et on peut rapidement l'être : la recherche de logement n'en est pas facilitée.

Argent

Ici, il est tout de même pratique d'ouvrir un compte courant (gratuit avec la carte de retrait) pour déposer et retirer son cash. Il est même idéal d'ouvrir ce compte à la rentrée, où une banque proposera des ouvertures de comptes en batteries sur le campus. Il en est de même pour ceux qui veulent un téléphone mobile : les meilleures offres seront là.

Santé

Mieux vaut ne pas trop craindre l'humidité? A part ça, il faut batailler pour obtenir son formulaire sécurité sociale E128 ou E111, mais une fois obtenu, ne vous privez pas d'être malade car le formulaire magique donne droit à des consultations, soins et médicaments gratuits. Avec son point noir : la santé pour tout le monde mais pas à la meilleure qualité.

Vie universitaire

Le système scolaire post-bac est un peu compliqué, car les Irlandais eux-mêmes savent difficilement faire la différence entre la university et le college. Pour faire simple, c'est assez similaire au système universitaire français. Il y a deux semestres, le volume horaire des cours est de 12h par semaine et il faut fournir du travail personnel à côté. La bibliothèque est très importante. Il y a des TD et des examens de contrôle continu. Les professeurs sont en général très ouverts et sympathiques. Par contre, il vaut mieux assister aux cours avant de les choisir : votre prof pourrait parler avec un accent dublinois incompréhensible.
La vie associative est très développée pour celui qui souhaite s'investir (proportionnellement à la taille de l'université, bien sûr).

Stage/job

- Le concept de stage est méconnu en Irlande. Par contre, les multinationales implantées peuvent le connaître, surtout s'il y a des Allemands et Français dedans. Je conseille donc de demander à IBM, Dell, Xerox et les autres (voir www.kompass.ie) de la France. Sur place, la recherche de stage ne sera pas plus facilitée.
- Par contre, si la convention de stage n'est pas obligatoire, il est plus facile de trouver un emploi.
- Pour travailler en Irlande, il faut se procurer un numéro de travailleur, le PPS number au sein de son Social Welfare Local Office. Mais on peut commencer à travailler et se le procurer plus tard si l'on arrive à supporter le poids des impôts supplémentaires prélevés sur le salaire du travailleur sans le PPS number. Ensuite, le travailleur étranger peut exiger qu'on lui rende les impôts versés sur son salaire en allant au Tax Office. Pour éviter la queue, mieux vaut y aller à l'ouverture.
- Le recrutement fonctionne bien en Irlande par les agences de recrutement. Elles ont l'avantage de pouvoir nous recommander à des entreprises, dans un pays où le networking (utilisation de réseau de connaissance, ou piston) est largement utilisé. On peut consulter beaucoup d'offres d'emploi sur www.irishjobs.ie.
- Contacter des entreprises françaises implantées en Irlande et/ou des Français peut aussi être efficace (le networking à nouveau).
- Il faut différentier le Curriculum Vitae et le Résumé pour postuler. Le CV est plus utilisé. Il peut faire 2 pages, alors que le Résumé ne dois en faire qu'une. Voici les principales rubriques du CV :

Détails personnels (sans photo).
Profile. Partie facultative où, en 1 ou 2 phrases, on écrit ce qu'on cherche.
Education. Comme en France, mais en essayant d'expliquer un peu.
Work Experience. Il faut développer les expériences et ne pas utiliser le pronom " I ". Par exemple : Bank clerk at Le Crédit Agricole, responded to queries, opened the mail, etc. C'est étrange mais c'est comme ça.
Skills. Informatique, langues, permis de conduire, etc, mais aussi Personal Skills : comme time management, communication, etc.
Interests. Comme en France.
Referees. Ce sont les références : en mettre une universitaire et une ou deux professionnelles, mais surtout mettre quelqu'un qui parle anglais.

- La lettre de motivation, ou cover letter doit être dactylographiée, simple et courte. Elle introduit le CV et n'a pas besoin d'être aussi recherchée qu'en France.
- L'entretien d'embauche est amical, pas de test comme en France où on essaye de piéger le candidat. Pour se faire embaucher, il faut savoir mentir sur la durée du séjour.
- Par contre, on est embauché à un poste souvent sous-qualifié par rapport à ses compétences car les expériences et diplômes acquis en dehors de l'Irlande ont moins de valeur pour les recruteurs irlandais.
- Une fois dans l'entreprise, l'intégration n'est pas facile si les employés sont tous Irlandais. Comme on comprend mal et surtout que l'on ne comprend pas les blagues, on passe facilement pour un rabat-joie stupide. Il faut donc se faire violence pour aller parler aux autres, beaucoup les écouter, se faire expliquer les blagues et prendre patience.
- Par rapport aux travailleurs irlandais, les français seront sans doute très productifs. En effet, les Irlandais sont félicités lorsqu'ils font leur travail, ce qui peut surprendre un Français félicité seulement lorsqu'il fait bien son travail.
- La Christmas Party et la Summer Party de l'entreprise sont l'occasion de voir ses collègues (voire son chef) complètement bourrés. Amusant.

Vie quotidienne

En ce qui concerne la vie quotidienne, il faut savoir que :
- L'étudiant peut se trouver assez facilement un petit boulot pour se faire un peu d'argent (dans un pub ou un magasin).
- Les Irlandais sont sympathiques dans l'ensemble, mais il faut absolument éviter de les traiter d'Anglais ! Ils ne les aiment pas vraiment. Écossais ou Gallois, ça passe encore, mais Anglais?
- L'accent de Dublin est particulier ; on l'a évidemment rarement entendu puisqu'on a plus souvent appris l'anglais de Grande-Bretagne ou des États-Unis. Heureusement, tous ne l'ont pas.
- Dublin est une petite ville sûre avec peu de violence urbaine et où les accidents sur la voie rapide peuvent faire la une des journaux.
- Sorti des villes, on se retrouve vite à la campagne.
- Les Irlandais les plus croyants font un signe de croix à chaque fois qu'ils voient une église, même s'ils sont dans un bus ou sur un vélo?
- Les Irlandais aiment faire du golf, du football gaélique, parier sur les courses de chiens ou de chevaux. Mais l'activité la plus importante et de loin est le pub le vendredi soir? C'est une véritable institution. Dans une entreprise, les Irlandais se demandent ce qu'un Français peut avoir de plus important à faire le vendredi soir que d'aller boire des bières (surtout la Guiness, la célèbre bière noire) au pub.
- Le climat est pluvieux (par intermittence), mais d'abord venté, ce qui est bien plus désagréable que la pluie l'hiver. Il pleut à peu près autant qu'à Paris. En tous cas, le temps reste le sujet de conversation n°1 des Irlandais ; comme si pleuvoir était une surprise.
- Le temps ou les magasins étaient fermés le dimanche est révolu ; les supermarchés et boutiques de centre-ville sont maintenant ouverts le dimanche. Certains supermarchés sont ouverts jusqu'à 22h dans la semaine, et les boutiques des stations-service 24h/24. Par contre, les produits proposés ne sont pas aussi variés qu'en France. Les hypermarchés n'existent pas encore ici, les supermarchés sont de taille moyenne. Il existe par contre de plus en plus de grand centres commerciaux en et en-dehors du centre-ville.
- L'Irlande n'est pas si verte : la grande nouveauté de la municipalité de Dublin cette année est la poubelle en plastique pour tout le monde? accompagnée de campagnes de publicité disant " aidez-nous, mettez vos déchets à la poubelle ! " Car il n'est pas rare de retrouver des détritus dans son jardin, jetés par les passants? Les étudiants allemands en sont horrifiés et se sentent coupables de ne pas trier leurs déchets.

Le coût de la vie

Nous avons collecté des données permettant de se faire un aperçu du coût de la vie sur place (attention, il faut se méfier des prix car l'Irlande a un taux d'inflation assez élevé).

Loyer sans les charges par personne 450 euros par mois
Électricité, gaz et téléphone Dépends du nombre de locataires?
L'auberge de jeunesse 10/40 euros la nuit avec petit dèj.
Le Bed and Breakfast A partir de 25 euros la nuit par personne avec petit dèj.
Le ticket de bus à Dublin 2 euros
Courses 170 euros par mois en moyenne
La place de cinéma pour étudiant 6 euros
Pinte de bière au pub (0.5l) 4 euros
Un vélo d'occasion 60 euros

 

Propos de Julie receuillis par

suite : page suivante (bilan et suggestions)

En savoir plus : http://www.dublineyes.com

Réagir sur le Forum Erasmus

Paul
05.06.2012

Retour au dossier Erasmus
Erasmus : étudier à l'étranger : Dublin (Irlande) : Imprimer
Derniers articles "Erasmus"

Erasmus : consultez aussi...

orientation
Erasmus : les étudiants français champions de la mobilité en Europe

Erasmus : les étudiants français champions de la mobilité en Europe

Echange, rencontres, apprentissage d'une langue étrangère, le programme Erasmus séduit toujours plus les étudiants français ! En 2009/2010 : 30 221 étudiants francais ont profité du programme Erasmus, soit 6,9% d'augmentation

Etudier à l'étranger : Angleterre

Etudier à l'étranger : Angleterre

Partir étudier en Angleterre dans le cadre d'un échange universitaire particulier où on passe deux ans outre-manche et avec un double diplôme à l

Etudier à l'étranger : Edimbourg

Etudier à l'étranger : Edimbourg

Témoignage de Thomas en Erasmus à Edimbourg étudiant à l'Université Paris-Dauphine en 3ème année de Licence de Gestion.

Programme Erasmus

Programme Erasmus

Partez étudier à l'étranger ! Tous savoir sur le programme d'échange Erasmus : échanges universitaires en Europe.

Bourses d'études pour partir étudier à l'étranger

Bourses d'études pour partir étudier à l'étranger

Poursuivre ses études à l'étranger, c'est le rêve de beaucoup d'étudiants et c'est souvent une expérience enrichissante et déterminante sur un CV. De nombreuses bourses d'études peuvent vous aider à partir !

étudier à l'étranger : Londres

étudier à l'étranger : Londres

Londres : si proche mais tellement dépaysant. A la fac : on note les profs ! Une expérience de Marine J.

CHOISISSEZ VOTRE VILLE

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

Les soirées, bons plans, actu, orientation, ... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.

Sites du Groupe Amaury

Paris Job France Football L'equipe ASO Velo magazine Journal du Golf