En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Orientation > Formation > étranger

Etudier à l'étranger : pourquoi pas moi ?

En Europe ou en Amérique du Nord, il n’est pas rare de croiser des étudiants français sur les campus universitaires

65 000 étudiants expatriés... Quelles sont leurs motivations ? Comment s’y préparent-ils ? Et que retirent-ils de l’aventure ?

En septembre prochain, Romain Loubradou rejoindra la capitale britannique pour suivre une licence à la prestigieuse université des arts de Londres. Si la découverte culturelle fait partie de ses motivations, le jeune homme mise avant tout sur la qualité de la formation en design d’espace : « J’ai toujours été
attiré par l’étranger et l’expérience qu’on en retire. Mais d’autres raisons m’ont poussé à partir pour trois ans. Cette université valorise les travaux de ses étudiants, dès la première année, ce qui nous permet de nous confronter très tôt au regard de professionnels. De plus, les étudiants ont accès à d’importants moyens matériels pour réaliser leurs projets. » Un autre élément a conforté son choix : « L’université des arts de Londres est classée dans le top 10 mondial des universités d’art et de design ».

65 000 étudiants expatriés


Si Romain va partir, Alison Bourdillat est en revanche revenue de sa période d’études à l’université de Montréal. Aujourd’hui en licence professionnelle à l’université de Limoges, elle a suivi un cursus de trois ans en anthropologie. « La culture et le système éducatif nord-américains m’intéressent depuis longtemps. Ce qui m’a poussé à opter pour l’université de Montréal est la qualité du programme. Le système de crédits permet de choisir les cours qui nous intéressent. J’ai donc pu privilégier dès la première année la primatologie et la paléontologie, alors qu’en France le début de la licence reste centrée sur la présentation des grands penseurs. »
Comme Alison et Romain, ils sont nombreux à débuter leur cycle d’études supérieures par une expérience à l’étranger. D’après une enquête de Campus France datant de 2013, on compte 65 000 étudiants français hors de nos frontières, et en 2011 ce chiffre montait même à 78 000 (données de l’OCDE).

Une stratégie de voie d’excellence


Plusieurs éléments contribuent à cette dynamique, dont le programme d’échange d’étudiants Erasmus ou la possibilité de s’inscrire dans une université française en double diplôme. L’international a la cote, comme le montrent également les possibilités offertes par les grandes écoles – notamment de management : séjours d’études, stages, double diplôme, etc. « Chez les bacheliers qui optent pour l’étranger, plusieurs motivations peuvent exister, expose Marc McHugo, co-fondateur et directeur de Study Experience, un organisme qui accompagne les étudiants dans leurs démarches d’orientation et administratives – dont Alison et Romain. La première est une volonté de prendre du recul. Certains bacheliers n’ont pas d’idée précise de leur choix d’orientation mais ne veulent pas que leur première année post-bac soit inutile. Une autre explication concerne les jeunes qui ne se sentent pas à l’aise avec le système éducatif français. Enfin, d’autres étudiants sont dans une stratégie de voie d’excellence : ils visent les meilleures études dans les établissements bien classés, qu’ils soient situés en France ou à l’étranger. »
Si l’Angleterre reste la destination la plus demandée, « pour la proximité géographique et culturelle », les États-Unis et l’Irlande sont également très recherchés. Côté francophone, la Belgique et le Québec attirent beaucoup d’étudiants (sur le Québec, voir également l’article page suivante). Et vous, êtes-vous prêt(e) à franchir le pas ?

G.M.

3 questions à...

« Les atouts des séjours linguistiques », Michel Sägesser
Responsable e-commerce et TIC d’Eurocentres


Eurocentres propose des séjours linguistiques dans près de 20 pays dans le monde. Quelles sont les principales motivations des bacheliers français qui optent pour l’un d’eux ?
En général, leur objectif n’est pas de se préparer à des études dans un pays étranger mais bel et bien de renforcer leur niveau dans une langue. Ces séjours, qui mixent cours de langue et immersion culturelle, peuvent les aider à réussir des tests d’aptitude linguistique (comme le TOEIC, pour l’anglais), ce qui peut représenter une plus-value pour s’inscrire dans une filière d’études sélective. Ce qui les motive également est de découvrir d’autres modes de vie, de nouer de nouvelles relations dans un autre pays.

Quelles sont les destinations qu’ils privilégient ?
Ce sont principalement les pays anglo-saxons qui sont les plus demandés : Angleterre, Canada, États-Unis… On note une progression importante de l’Allemagne depuis une dizaine d’années, ce qui s’explique par l’importance de l’allemand en Europe. Les destinations hispanophones attirent moins les jeunes Français, tout comme le Japon, la Russie et la Chine.

Comment vous assurez-vous que les objectifs de progrès en langue soient atteints ?
Nous misons à la fois sur la standardisation et l’individualisation : standardisation de la qualité des cours dans tous nos centres, et individualisation des objectifs des étudiants – en fonction de leur niveau initial, des besoins, etc. L’idée est de proposer la réponse la mieux adaptée à leurs attentes. En plus des cours, ils peuvent recourir quand ils le souhaitent à la plateforme d’e-learning.
www.eurocentres.com/fr

Propos recueillis par G.M.


Réagir sur le Forum Orientation

LE PARISIEN
30.06.2015

Retour au dossier étranger
étranger : Etudier à l'étranger : pourquoi pas moi ?
Imprimer

étranger : consultez aussi...

orientation
International. Découvrir et s'enrichir des cultures des autres continents

International. Découvrir et s'enrichir des cultures des autres continents

En échange universitaire, sur un campus à l’étranger ou en stage en entreprise, les possibilités d’acquérir une expérience multiculturelle sont variées.

Pourquoi les plus prestigieuses business schools sont-elles américaines ?

Pourquoi les plus prestigieuses business schools sont-elles américaines ?

L'invité - Rick Levin : ancien président de l’Université Yale et directeur général de Coursera. Faut-il être riche pour entrer dans les meilleures business schools ?

Comment bien réussir son TOEFL ?

Comment bien réussir son TOEFL ?

Le TOEFL est un grand indispensable pour intégrer des universités à l’étranger, un master d’une école de commerce, pour obtenir des stages internationaux et même pour être recruté dans de grandes entreprises.

Inégalités face aux études à l'étranger : 2 étudiants sur 3 ne bénéficient d'aucune expérience hors de France

Inégalités face aux études à l'étranger : 2 étudiants sur 3 ne bénéficient d'aucune expérience hors de France

Si le nombre d’étudiants bénéficiant d’un séjour à l’étranger est en progression, de fortes disparités apparaissent d’après les enquêtes. En cause : le milieu social et les cursus choisis.

Bien choisir son séjour linguistique

Bien choisir son séjour linguistique

C’est le moment de chercher, pour un départ l'été prochain. Mais quelle formule pour quel âge, et à quel prix ?

Dans quelle ville auriez-vous rêvé d'étudier ?

Dans quelle ville auriez-vous rêvé d'étudier ?

Paris, Londres, Bruxelles, Shanghai, Berlin... Des villes où beaucoup de monde souhaiterai étudier, mais surpassées par Montréal qui arrive en tête du palmarès mondial des villes étudiantes. Et vous dans quelle ville auriez-vous rêvé d'étudier ?

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
Euridis Paris
Euridis Business School est la grande école de commerce spécialisée dans la...
ESSYM - Ecole Supérieure des Systèmes de Management
L’ESSYM, École Supérieure des SYstèmes de Management, est une école de la...
Ifa A. Chauvin
l'Institut de Formation par Alternance Adolphe Chauvin, implanté à Osny dans...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

L'actu du site, bons plans, soirées, orientation... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.