Accueil > Orientation > Métiers

Fiche métier : Responsable hygiène et propreté : un poste clé

Ce professionnel cumule des fonctions de technicien, de manageur et de commercial.

orientation metiers Fiche métier : Responsable hygiène et propreté : un poste clé  Ce professionnel cumule des fonctions de technicien, de manageur et de commercial.

Marlon Mendes gagne 1150 € net mensuels pendant les douze mois de son contrat d’apprentissage.

Il évolue dans un secteur peu connu et souvent mal perçu car associé au ménage. Pourtant, le responsable hygiène et sécurité bénéficie de très belles opportunités de carrière.
Ce professionnel exerce une fonction clé d’interface entre l’entreprise de nettoyage industriel et ses clients.
A la fois technicien, manageur, gestionnaire et commercial, il coordonne le travail des agents de service sur les sites compris dans son secteur géographique.
Garant de la qualité de la prestation et du respect du cahier des charges,il recrute les agents de service et définit les moyens humains et les techniques de plus en plus sophistiqués à mettre en oeuvre.

Sur le terrain, il anime les équipes et contrôle leur travail. Enfin, il assure également la relation commerciale avec le client et les fournisseurs. Ses interlocuteurs sont les directeurs financiers, des achats, ou les chefs d’entreprise dans les petites et moyennes entreprises (PME).

Des compétences multiples et un bon niveau de qualification


"Ce métier exige une bonne autonomie, la capacité d’organiser son temps, ses déplacements et le travail de l’équipe, une grande mobilité géographique et surtout d’excellentes qualités relationnelles », explique Olivier Grand-Millorat, coordinateur technique du centre de formation des apprentis (CFA) de Villejuif (Val-de- Marne) de l’Institut national de l’hygiène et du nettoyage industriel (Inhni). Des compétences multiples qui exigent un bon niveau de qualification.

Créé par la Fédération des entreprises de propreté et services associés (FEP SA) en 1980, l’Inhni compte en France sept centres de formation en alternance, dont cinq délivrent le titre certifié de niveau II (TCNII) responsable de service hygiène et propreté.
Chaque année, une centaine de jeunes acquièrent ce titre de niveau bac + 3 homologué par le ministère du Travail et reconnu par la convention collective des entreprises de propreté.

La formation d’une durée d’un an en alternance est accessible à des jeunes de moins de 26 ans possédant un bac+2, un brevet de technicien supérieur (BTS) hygiène propreté et environnement, ou sortant d’un institut universitaire de technologie (IUT).
« Certains de nos étudiants viennent même d’une faculté de géographie ou de sciences politiques », précise Olivier Grand-Millorat.
Ils trouvent très facilement une entreprise pour les recruter en CDD pendant leur formation. «Nous sommes en mesure de proposer environ trois offres d’emploi en alternance à chaque jeune»,ajoute t- il.
Ils sont rémunérés environ 1 000€ net par mois et peuvent bénéficier d’aides de la FEP SA, notamment pour se loger ou passer le permis de conduire.

A côté de ces CFA, une quinzaine de lycées professionnels préparent en France au BTS hygiène propreté et environnement.
Environ 800 étudiants ont obtenu leur BTS en 2009, selon le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Une fois diplômés, les jeunes sont assurés de trouver rapidement un emploi, à un salaire de l’ordre de 21 600 à 27 000 € brut par an.
«Nous les appelons animateurs d’exploitation et ils gagnent un minimum de 25 000€ brut par an»,précise Patrick Guillerm, responsable de l’agence ABER propreté à Bordeaux (Gironde).

Et les opportunités ne devraient pas manquer… Selon la FEP SA, le secteur compte 19 600 entreprises en France, soit 428 400 salariés et affiche, avec 15 000 recrutements chaque année tous métiers confondus, un bon dynamisme en termes d’emploi.

TEMOIGNAGE

Marlon MENDES,
24 ans, étudiant en alternance à l’Inhni de Villejuif (ValdeMarne) et responsable qualité chez Proprea (Paris)


Marlon Mendes a découvert tout à fait par hasard les métiers de l’hygiène et de la propreté. Après un bac ES, des cours de lettres classiques à la Sorbonne, ce passionné de guitare envisage de devenir musicien professionnel.
Mais pour financer sa formation en école de musique, il doit travailler et prend un poste d’agent de service dans une société de propreté.
«Mon supérieur hiérarchique responsable de secteur a apprécié mes qualités relationnelles avec l’équipe et les clients. Il m’a conseillé dem’orienter vers unmétier plus rassurant que celui d’intermittent du spectacle et m’a fait connaître l’Inhni», se souvient Marlon.

Aujourd’hui, il a réussi son BTS négociation relation client - orientation propreté et suit en alternance le titre certifié de niveau II (TCNII) de l’Inhni pour devenir responsable de secteur hygiène et propreté. Ses activités se répartissent, une semaine (35 heures) sur deux, entre leCFAdeVillejuif et la société de nettoyage industriel Proprea.
«Je dirige une équipe de vingt agents de service, de tous âges, parfois peu formés ou maîtrisant mal le français.
Ils entretiennent les locaux de cinquante clients, des entreprises du luxe, des restaurants ou des laboratoires. Je m’épanouis dans ce rôle de manageur, qui demande de l’empathie avec les équipes. J’apprécie également ma mission commerciale pour fidéliser les clients et leur vendre de nouvelles prestations.»
Marlon gagne 1 150 € net chaque mois, pendant les douze mois de son contrat d’apprentissage.
Malgré des horaires de travail contraignants, « de 5 heures à midi et de 18 heures à 20 ou 21 heures », le jeune homme est satisfait de son choix professionnel.
L’année prochaine, il suivra un master de management des entreprises du multiservice, mais gardera toujours un peu de temps pour sa passion, la guitare.


EN SAVOIR PLUS
À CONSULTER
- Le site de la Fédération des entreprises de propreté et services associés (FEDSA).
www.propreteservicesassocies.com
- Le site «métiers » de la FEDSA. www.itineraireproprete.com
- Le site de l’Institut national de l’hygiène et nettoyage industriel www.inhni.com
- Le site d’Etudinfo pour connaître la liste des lycées préparant au BTS hygiène propreté et environnement www.etudinfo.com

Dossier réalisé par Fabienne Tisserand
Article paru dans le Parisien Economie du lundi 21 mai 2012

Métiers liés : Technicien qualité, Spécialiste qualité,


Réagir sur le Forum Métiers

Contact
23.05.2012

Retour au dossier Métiers
Métiers : Fiche métier : Responsable hygiène et propreté : un poste clé : Imprimer
Derniers articles "Métiers"

Métiers : consultez aussi...

orientation
Six écoles d'Etat forment les audioprothésistes

Six écoles d'Etat forment les audioprothésistes

Quand il suffisait d'une semaine d’enseignement pour apprendre à régler et adapter des prothèses auditives il y a quarante ans, il faut aujourd’hui intégrer une école d’Etat reconnue pour obtenir un bac+3

Huissiers de justice : les vocations se multiplient

Huissiers de justice : les vocations se multiplient

Ils n’ont pas toujours eu bonne réputation, mais les vocations se multiplient. Autrefois par défaut, après un échec dans la magistrature ou à l’examen pour devenir avocat. Depuis une dizaine d’années, le métier d’huissier est devenu un premier choix. »

Une semaine pour découvrir l'industrie

Une semaine pour découvrir l'industrie

La 4e édition de la Semaine de l’industrie a lieu du 7 au 13 avril 2014. De nombreuses entreprises, grands groupes et PME, se mobilisent à cette occasion pour accueillir des jeunes et leur présenter leurs métiers et leurs activités.

3 métiers impactés par la géopolitique.

3 métiers impactés par la géopolitique.

Conflits en Ukraine ou en Crimée, Coupe du Monde au Brésil, disparition du Bitcoin, … Les événements mondiaux impactent les métiers de l’entreprise

Le métier de cariste tend à se professionnaliser

Le métier de cariste tend à se professionnaliser

C’est un métier qui est au cœur du secteur de la logistique et qui revêt plusieurs aspects. En effet, le cariste est la personne chargée de la « conduite des équipements de travail mobiles automoteurs et des équipements de travail servant au levage ».

Croque-mort : un métier désormais enseigné à l'université

Croque-mort : un métier désormais enseigné à l'université

L'université Paris-Dauphine, dans le XVIe arrondissement, lance une formation destinée aux gérants d'entreprises de pompes funèbres. Une première en France.

CHOISISSEZ VOTRE VILLE

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

Les soirées, bons plans, actu, orientation, ... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.

Sites du Groupe Amaury

Paris Job France Football L'equipe ASO Velo magazine Journal du Golf