Accueil > Orientation > Métiers

FIche Métier : Educateur spécialisé, un pro du travail collectif

Découvrez le métier d'éducateur spécialisé

orientation metiers FIche Métier : Educateur spécialisé, un pro du travail collectif  Découvrez le métier d'éducateur spécialisé  éducateur spécialisé, aide, handicapés, sanitaire, aide à la personne

Béatrice Baye accompagne tous les jours, de 8 heures à 16 heures, voire plus, des enfants âgés de 3 à 16 ans souffrant de polyhandicap, myopathie, déficiences intellectuelles…

Consultez aussi :

Combien la France compte-t-elle d’éducateurs spécialisés en exercice ? Selon la dernière enquête emploi de l’Observatoire prospectif des métiers et des qualifications de la branche sanitaire, sociale et médico-sociale, datant de 2007, ils étaient au nombre de 43600 (une nouvelle étude est en cours).

Ce n’est qu’une fois sur le terrain que l’éducateur spécialisé décide de travailler avec des jeunes ou des adultes en difficulté, en situation de handicap ou non. Un tiers des professionnels interviennent auprès d’enfants handicapés. Capacité d’écoute, solide équilibre psychologique, sens des responsabilités et du travail en équipe font partie des qualités nécessaires à l’exercice de la fonction.

L’éducateur spécialisé aura un rôle clé dans la gestion du quotidien de l’enfant handicapé pour lui permettre de se développer et gagner en autonomie. Par de petits ateliers, évalués chaque semaine, le professionnel travaille sur la durée. Il suit le même public pendant plusieurs années.

Soixante semaines de stage



Pour l’heure, les trois années d’études (dont 1450 heures de cours) nécessaires à l’obtention du diplôme d’Etat d’éducateur spécialisé (DEES) et dispensées dans 150 écoles sont homologuées à… bac + 2. Aussi, la reconnaissance de ce cursus très pratique, avec soixante semaines de stage à la clé dans tous les types d’établissement d’accueil, reste un sujet de débat, sans pour autant constituer un frein aux vocations. Les centres de formation, accessibles après sélection (écrite et orale), voient les candidatures de jeunes bacheliers comme de personnes en reconversion s’étoffer. Fondé sur le travail collectif, ce cursus, sans aucune connotation médicale, attire. Et 5000 diplômés arrivent tous les ans sur le marché.

Pour Bernard Colon, directeur du centre héliomarin de Plérin (Côtes-d’Armor) qui compte entre 160 et 180 jeunes pensionnaires handicapés et six éducateurs spécialisés, « le métier a fortement évolué, avec une place plus large faite aux familles ». Autre changement majeur : l’éducateur spécialisé est de plus en plus un manageur. Avec des équipes pluridisciplinaires (psychiatres, kinésithérapeutes, ergothérapeutes, infirmières…), c’est lui qui coordonne les actions éducatives, sans toutefois avoir d’ascendant hiérarchique sur eux.

« S’il est plutôt porteur, le marché n’est pas pour autant en tension, comme le paramédical », commente Alain Peroni, directeur associé de Jobvitae, site dédié à l’emploi dans la santé et l’action sociale. Les fonctions publiques (hospitalière, territoriale et d’Etat) recrutent une partie de ces professionnels sur concours, mais 80% exercent dans des établissements privés.

Certaines régions ont plus de besoins que d’autres à l’image de l’Ile-de-France. « Le marché de l’emploi y est très fluide, avec un turnover assez important et peu de candidats au rendez-vous », analyse Jean-Marie Vauchez, président de l’Organisation nationale des éducateurs spécialisés (ONES).

A contrario, la Bretagne souffre d’un excédent de candidats, les établissements de formation étant assez nombreux : Brest, Saint-Brieuc, Rennes, Lorient… Mais avec 15% de professionnels âgés de plus de 55 ans en charge d’enfants handicapés, les perspectives d’embauche sont plutôt positives.

TEMOIGNAGE

Béatrice BAYE,
43 ans, éducatrice spécialisée auprès d’enfants handicapés au centre héliomarin de Plérin (Côtes d’Armor)


Il est des petits boulots d’étudiant qui comptent plus que d’autres. Pour Béatrice Baye, c’était ses nuits d’internat à surveiller des enfants handicapés au sein du centre héliomarin à Plérin (Côtes-d’Armor), il y a quinze ans! Elle ne les a pas quittés depuis, avec, dans la foulée, la préparation du diplôme d’Etat d’éducateur spécialisé. De 3 à 16 ans, les enfants qu’elle accompagne tous les jours, de 8 heures à 16 heures, voire plus, souffrent de bien des maux : polyhandicap, myopathie, déficiences intellectuelles…
« L’idée est de les aider à trouver leur place dans la société, à prendre confiance en eux, avec la musique, les séances en piscine… à se dépasser. Au moment du repas, l’objectif est de leur apprendre à bien se comporter, à rester à table pour les plus jeunes… »
A chaque âge, à chaque enfant, son projet élaboré en concertation avec l’équipe (kinésithérapeutes, moniteurs éducateurs, ergothérapeutes…). L’objectif peut être de bien passer le cap de l’adolescence, d’apprendre à lire l’heure ou à gérer son temps libre… « On avance à petits pas », dit Béatrice, d’une voix toujours énergique.
Les parents sont également mis dans la boucle. « Créer du lien avec eux est essentiel, insiste-t-elle. Parfois, c’est douloureux. Faire le deuil de l’enfant normal n’est pas facile. Quand ils perçoivent le fauteuil roulant comme la condamnation de leur enfant à ne pas pouvoir marcher, on leur parle autonomie. Il faut aller doucement. » C’est une implication forte. « On y laisse des plumes, reconnaît Béatrice Baye, sans pour autant être des mère Teresa. C’est un métier. Nous sommes payés pour le faire. » Son salaire : 1956 € net par mois.


EN SAVOIR PLUS

À LIRE
« Les Métiers du social », de Marie-Lorène Ginies, Studyrama, édition 2012, 200 pages. 12 €.
« Parole d’éduc, éducateur spécialisé au quotidien », de Joseph Rouzef, Erès Editions, mars 2011, 204 pages. 12,50 €.

À CONSULTER
L’Organisation nationale des éducateurs spécialisés (ONES) met à disposition tous les textes qui régissent la profession, le diplôme d’Etat d’éducateur spécialisé (DEES) ainsi que les référentiels de formation, les revendications également. www.ones-fr.org.

Métiers liés : Éducateur, Éducateur sportif,


Réagir sur le Forum Métiers

Contact
23.10.2012

Retour au dossier Métiers
Métiers : FIche Métier : Educateur spécialisé, un pro du travail collectif : Imprimer
Derniers articles "Métiers"

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

Métiers : consultez aussi...

orientation
Faire de sa passion du sport un métier

Faire de sa passion du sport un métier

Avec plus de 6 500 entreprises et quelque 50 000 salariés, le secteur commercial du sport est une filière à fort développement économique qui embauche... présentation par l'école CNPC : l'Ecole supérieure de commerce du sport

Iveco ouvre son école de vente poids lourds

Iveco ouvre son école de vente poids lourds

Iveco, en partenariat avec le GNFA, vous forme au métier de vendeur confirmé en véhicules industriels pour une expérience et un diplôme reconnus par la profession. Découvrez la nouvelle école de vente "poids lourds"...

« On peut très bien réussir dans sa vie sans être cadre ! »

« On peut très bien réussir dans sa vie sans être cadre ! »

A la tête de Randstad intérim depuis 2009, François Beharel, 43 ans, appelle à plus de souplesse sur le marché du travail.« Il faut aller plus vite, plus fort, plus loin », estime le président du numéro deux de l’intérim en France.

Emploi : La banque de détail veut rajeunir ses troupes

Emploi : La banque de détail veut rajeunir ses troupes

Parmi les 10 000 recrutements prévus cette année, 9 sur 10 concernent des profils avec moins de cinq ans d’expérience. Pour recruter, les banques de détail communiquent de plus en plus sur les réseaux sociaux.

Forgeron, fondeur : ces métiers de l’industrie ont de l’avenir

Forgeron, fondeur : ces métiers de l’industrie ont de l’avenir

Ils ont mauvaise presse et peinent à susciter l’enthousiasme des jeunes. Pourtant, les secteurs de la forge et la fonderie mènent directement vers la case CDI. Nogent-sur-Oise est un des creusets de ces formations.

Les métiers les plus populaires et impopulaires dans le monde

Les métiers les plus populaires et impopulaires dans le monde

Enquête. En France, comme aux Etats-Unis ou en Russie, c’est aux pompiers que l’on fait le plus confiance. Voici le top des métiers qui inspirent le plus ou le moins confiance en France.

CHOISISSEZ VOTRE VILLE

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

Les soirées, bons plans, actu, orientation, ... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.

Sites du Groupe Amaury

Paris Job France Football L'equipe ASO Velo magazine Journal du Golf