En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Orientation > Métiers

Fiche Métier - L'ergothérapeute améliore les conditions de travail des personnes handicapées

L'ergothérapeute est un intervenant essentiel dans le processus d'adaptation et d’intégration sociale des personnes handicapées.

Peu connu, le métier d'ergothérapeute est clé dans le bien être des personnes handicapés ou en situation de dépendance. Seules dix écoles diplôment cet intervenant essentiel dans le processus de réadaptation, d’adaptation et d’intégration sociale des personnes en situation de handicap.

Avec 7500 professionnels exerçant en France, le métier d’ergothérapeute reste cependant peu connu du grand public. Pourtant, à l’image des kinés ou des audioprothésistes, les ergothérapeutes (ou "ergo" pour les patients qui les fréquentent) sont des acteurs essentiels du monde du handicap. A eux, en effet, la charge d’aider à la réadaptation (ou à l’adaptation) et à l’intégration sociale des personnes handicapées.

Après avoir évalué les besoins en collaboration avec l’équipe médicale, l’ergothérapeute va préconiser les aides techniques, les assistances technologiques, les accompagnements humains voire animaliers nécessaires au handicapé. C’est l’ergo par exemple qui fera faire un test d’écriture à un élève pour savoir si un ordinateur lui sera nécessaire en classe. A lui également de donner des conseils pour aménager l’espace personnel et professionnel d’une personne malvoyante ou lui apprendre à reconnaître les objets de la vie courante.

« Pendant longtemps, les ergothérapeutes ont travaillé essentiellement sur les handicaps lourds. Mais avec l’avancée en âge de la population et la loi de février 2005 qui insiste sur la prévention et la prise en charge des patients, leur champ d’intervention s’est étendu », précise Eric Trouvé, le président de l’Association nationale française des ergothérapeutes (ANFE).

Néanmoins, la France est encore très en retard par rapport à ses voisins européens : « en proportion, nous avons dix fois moins de professionnels qu’en Grande-Bretagne ou en Allemagne », souligne Eric Trouvé. « C’est pourquoi, avec des besoins en constante hausse, les jeunes diplômés n’ont aucun mal à trouver du travail dans le mois qui suit leur sortie de l’école. » La demande est telle que cinq nouveaux instituts de formation devraient voir le jour dans les quatre prochaines années.

Aujourd’hui, seulement dix écoles délivrent le diplôme d’Etat d’ergothérapeute. Cette formation est accessible soit après une première année de médecine soit directement par concours après le bac. « Mais la plupart des candidats qui ne sont pas passés par la fac de médecine ont souvent fait au préalable une ou deux années de classe préparatoire », précise le président de l’ANFE.

La formation se déroule sur trois ans et comprend au total trente-six semaines de stage. Une fois son diplôme en poche, le jeune ergo a le choix d’exercer dans le secteur public ou dans le privé car on retrouve ces professionnels dans la plupart des lieux de soin : les hôpitaux (notamment psychiatriques); les centres de rééducation; les services de soin à domicile; les MDPH (maisons départementales du handicap); les cabinets libéraux privés mais aussi les maisons de retraite et les prisons. Comme dans toutes les professions paramédicales, l’ergothérapeute se doit d’avoir une grande écoute vis-à-vis des patients mais aussi une bonne dextérité manuelle. Car il n’est pas rare de les voir manier eux-mêmes le marteau ou la scie pour aménager l’environnement des personnes handicapées.

Quant au salaire, il oscille entre 1500 € net par mois (début de carrière) et 2500 € net mensuel (en fin de carrière) dans le secteur public. Et jusqu’à 20% de plus dans le privé.

Anne FAYS, ergothérapeute pour les malvoyants

Ergothérapeute au CHU de Dijon

"Nous n'avons pas de limite : à nous de trouver ce qui fonctionne"

Alors que beaucoup de ses confrères exercent auprès des personnes handicapées psychiques ou moteurs, Anne Fays a choisi de travailler avec les malvoyants. Une orientation qui pourtant s’est faite un peu par hasard : « J’ai suivi mes trois années de formation à l’école de Berck-sur-Mer (Pas-de-Calais). C’était une formation très généraliste avec peu de temps consacré au handicap sensoriel. Quand j’ai eu mon diplôme en 2002, j’ai travaillé auprès de personnes traumatisées crânien puis ensuite dans un centre de rééducation de personnes malvoyantes à Marly-le-Roi (Yvelines). Ce poste m’a fait découvrir un nouveau domaine et, comme ça m’intéressait, je suis partie à Dijon (Côte- d’Or) rencontrer Chantal Holzschuch, l’une des rares ergothérapeutes spécialisée en déficience visuelle en France. »

Cette dernière qui a récemment pris sa retraite conseille alors à la jeune ergo de suivre une formation supplémentaire à l’université René-Descartes. « Elle s’adresse à tous les professionnels intervenant auprès des personnes malvoyantes et dure un an. C’est indispensable pour bien comprendre les éléments constituant le handicap visuel », explique Anne Fays.

Des journées chargées

Aujourd’hui, elle a deux employeurs. D’une part, un centre de rééducation qui reçoit des personnes malvoyantes : « avec l’équipe médicale, je fais un bilan des activités au quotidien des personnes et en fonction de leurs capacités, nous faisons une analyse des tâches. L’idée est de rendre ces tâches possibles. Nous leur apprenons par exemple à reconnaître des pièces de monnaie ou à avoir des repères pour faire le code de carte bleue. Je donne aussi des conseils pour mettre les objets en contraste afin qu’ils soient plus facilement repérables. Nous n’avons pas de limite : à nous de trouver ce qui fonctionne. »

Son deuxième employeur est l’association Voir & Percevoir à Dijon* qui accompagne les déficients visuels.

Avec ces deux postes auxquels s’ajoutent de temps en temps des formations, son salaire oscille entre 1800 et 2000 € net par mois. Toujours enthousiaste malgré des journées très chargées, Anne Fays a cependant un regret : sa profession est certes reconnue mais encore trop peu connue.

* www.voiretpercevoir.com.

Son salaire oscille entre 1800 € et 2000 € net par mois.


EN SAVOIR PLUS
A consulter
- Le site de l'Office national d'Information sur les enseignements et les professions (Onisep) permet d'avoir une première approche du métier :
Onisep.fr
- Le site de l'Association nationale française des ergothérapeutes s'adresse aux professionnels en poste mais également aux étudiants.
anfe.fr

A lire
- "Nouveau Guide de pratique en ergothérapie : entre concepts et réalités" de Jean-Michel Caire. Editions Solal. 354 pages. 35€

Dossier réalisé par Florence Puybareau
Article paru dans Le Parisien Économie du lundi 14 novembre 2011

Métiers liés : Ergothérapeute, Masseur-kinésithérapeute,


Réagir sur le Forum Orientation

Contact
17.11.2011

Retour au dossier Métiers
Métiers : Fiche Métier - L'ergothérapeute améliore les conditions de travail des personnes handicapées : Imprimer
Derniers articles "Métiers"

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

Métiers : consultez aussi...

orientation
Que faire sans le bac ? Essayer une autre voie, apprendre un métier...

Que faire sans le bac ? Essayer une autre voie, apprendre un métier...

Chaque année, environ un candidat sur huit échoue à l’examen du bac. Si le redoublement reste la solution évidente, des alternatives existent pour obtenir un diplôme et apprendre un métier. Tour d’horizon des possibilités qui s’offrent aux non-bacheliers.

Formations aux métiers du Luxe : gare aux illusions !

Formations aux métiers du Luxe : gare aux illusions !

La tribune, coup de gueule, d'Alain Dominique PERRIN Président de l'école EDC Paris Business School et Président de la Fondation Cartier, qui s'insurge contre l'intensification des formations aux métiers du luxe

Dans cette école, la boucherie, c'est tout un art !

Dans cette école, la boucherie, c'est tout un art !

Dans un secteur qui ne connaît pas la crise, l'école professionnelle de la boucherie forme la crème de la profession. Rien d’étonnant donc à ce que certains élèves aient été choisis pour participer au Salon de l’agriculture.

Se former en alternance grâce à La Poste : 18 métiers sont concernés

Se former en alternance grâce à La Poste : 18 métiers sont concernés

Depuis 2008, les jeunes d’Île-de-France peuvent bénéficier d’une formation au sein de Formaposte, le CFA (Centre de formation d’apprentis) du Groupe La Poste. Et pas uniquement pour devenir postier, même si la moitié des effectifs est concernée.

Energies renouvelables : des formations prisées à tous les niveaux

Energies renouvelables : des formations prisées à tous les niveaux

Malgré la part belle aux ingénieurs, des profils moins diplômés sont très sollicités dans le secteur des énergies renouvelables. Les formations et métiers concernés.

L'immobilier recrute : les bac+ 5 ont la faveur des promoteurs

L'immobilier recrute : les bac+ 5 ont la faveur des promoteurs

Le secteur de l'immobilier reste un formidable ascenseur social, à condition d'avoir envie d'apprendre et d'être doté de qualités d'écoute et d'empathie.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
IPAG Business School
Située dans l'un des plus beaux quartiers de l'une des plus belles villes du...
CLCF - Conservatoire Libre du Cinéma Français
La longue histoire du CLCF depuis 1963 n’en fait pas une vieille dame indigne...
CIFACOM - L'école du graphisme, du multimédia et de l'audiovisuel
Passionné par le graphisme, le multimédia ou l'audiovisuel ? Une de nos...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

Les soirées, bons plans, actu, orientation, ... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.