Accueil > Orientation > Métiers

Fiche métier : L’ingénieur qualité, une spécialisation appréciée

L’ingénieur qualité, de niveau bac + 5, est chargé d’améliorer la performance d’un produit ou d’un service.

Ingénieur qualité, deux mots pour deux formations. Celle d’un ingénieur classique, complétée par une spécialisation en qualité.
Un étudiant apprend ainsi à maîtriser les outils visant à améliorer la performance dans une entreprise et est formé à l’application de normes spécifiques.
Au-delà de la rigueur et de la méthode, la communication fait partie intégrante de l’apprentissage.

«C’est le bon côté du travail, vous devez discuter avec toute l’équipe, échanger avec tous ceux qui ont participé à l’élaboration d’un produit pour essayer ensemble de trouver des solutions », explique Brice-Léo Nkounawa, ingénieur qualité-fiabilité chez Altran, à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine).
Diplômé de l’ENSEIRB-MATMECA à Bordeaux, il est actuellement en charge de vérifier la conformité des appareils de radiologie avec les normes en vigueur.

Des cours donnés par des experts


Aujourd’hui, la plupart des écoles d’ingénieurs généralistes offrent une option qualité dans leur cursus mais cette qualification peut être également obtenue à l’université.
Le jeune peut alors choisir d’entrer en licence professionnelle ou d’intégrer un IUP (institut universitaire professionnalisé) après deux années de licence, un BTS ou un DUT.
Voire s’orienter vers un master pro pour certaines spécialisations (sciences des aliments, ingénierie chimique…).

Pour ceux qui ont déjà leur diplôme d’ingénieur ou un diplôme bac + 5 et qui souhaitent se spécialiser,Arts et métiers ParisTech propose un mastère en management de la qualité ouvert à tous les cadres.

Dans les diverses formations, les cours sont généralement enseignés par des experts officiant en entreprise dans des secteurs très variés.

«Un ingénieur qualité doit avoir des compétences pluridisciplinaires, il doit être capable de s’adapter à toutes les situations. Cependant, les méthodes de travail pour les systèmes qualité restent souvent similaires dans les différents domaines d’activité », estime Mihaela Barreau, la responsable de l’option qualité à l’Istia, l’école d’ingénieurs de l’université d’Angers (Maine-et-Loire).

Qui dit qualité, dit aussi prévention des risques humains et environnementaux. Il faut dans ce cas parler d’ingénieur qualité HSE, pour hygiène, sécurité, environnement.
L’une des fonctions support (activités transversales de l’entreprise) les plus reconnues, qui a attiré Frédéric Jean.
Ce diplômé de l’ENIVL (Ecole nationale d’ingénieurs du Val de Loire), ingénieur qualité HSE chez Bouygues, à Saint-Quentin-en-Yvelines (Yvelines), apprécie « d’être à la croisée des chemins, obligé de savoir comment fonctionne l’entreprise, et d’être en contact avec des interlocuteurs différents ».

Une demande de plus en plus accrue


Réglementation, concurrence et rentabilité obligent, les entreprises sont à la recherche d’ingénieurs qualité. « Avant même d’avoir fini mon stage, j’avais déjà signé un CDI, souligne Brice-Léo Nkounawa. En plus j’ai eu le choix! »
Et une fois en poste, la promotion interne fonctionne. Frédéric Jean, qui a démarré comme adjoint du responsable QSE (qualité sécurité environnement) sur un chantier de construction, est huit ans plus tard, responsable QSE de l’une des filiales (180 millions de chiffre d’affaires) du groupe Bouygues.
Quant aux salaires, difficile de généraliser. Néanmoins, le salaire brut moyen pour une première embauche peut s’établir entre 2 500 € et 3 200 € par mois, avec de bonnes perspectives de progression.

TEMOIGNAGE

Aurélie CHAMBRE,
21 ans, en 4e année à l’université de technologie de Troyes (Aube)


C’est grâce à un stage en entreprise qu’Aurélie Chambre a choisi de poursuivre ses études en école d’ingénieurs et d’opter pour la filière qualité.
Après un bac économique et social, la jeune femme de 21 ans, s’est d’abord orientée vers un diplôme universitaire de technologie (DUT) qualité logistique industrielle et organisation à l’IUT d’Annecy-le-Vieux (Haute-Savoie).
Au cours de sa première année, elle effectue un stage d’un mois dans le service qualité d’une société de pompes centrifugeuses pour l’industrie et découvre ce que recouvre ce métier.

En septembre 2010, l’étudiante décide donc d’intégrer l’université de technologie de Troyes (Aube), une école d’ingénieurs qui propose une formation en sciences industrielles, avec des cours de qualité et d’optimisation.
« Nous étudions tout ce qui touche à l’amélioration des produits, des machines, mais aussi des relations avec les fournisseurs et les clients, explique Aurélie. Un ingénieur qualité doit savoir se poser les bonnes questions et apprendre à y répondre en trouvant les solutions adaptées. »

Depuis janvier 2012, elle effectue un stage de six mois dans une entreprise de l’industrie textile, à Troyes. Sa rémunération mensuelle s’élève à 436 € net, à laquelle peut s’ajouter une prime de résultat en fin de stage.
Sa mission : optimiser les relations entre les différents services. Ce qui l’attire dans la qualité, c’est la possibilité « d’intervenir dans tous les secteurs d’activité et de rencontrer toutes sortes de profils. Le travail d’un ingénieur qualité n’est jamais le même, il fonctionne sur le renouveau».

En savoir plus
À CONSULTER
- Le site de la Fédération des associations régionales du Mouvement français pour la qualité (ressources en termes de méthodes, de démarches et d’outils nécessaires au management de l’entreprise). www.farmfq.com
- Le site du groupe Afnor (Association française de normalisation), l’organisme chargé en France de la normalisation, qui permet notamment de structurer la démarche qualité dans les entreprises. < ahref="http://www.afnor.org/">www.afnor.org.
À LIRE
- « La Boîte à outils du responsable qualité », Florence Gillet-Goinard et Bernard Seno, éditions Dunod, 2012, 192 pages, 26,50 €.
- « Le Grand Livre du responsable qualité », de Florence Gillet-Goinard et Bernard Seno, édition Eyrolles, 2011, 486 pages, 33,70 €.

Dossier réalisé par Perrine Delfortrie
Article paru dans le Parisien Economie, édition du lundi 04 juin 2012

Métiers liés : Responsable qualité, Ingénieur, Spécialiste qualité,


Réagir sur le Forum Métiers

Contact
23.10.2012

Retour au dossier Métiers
Métiers : Fiche métier : L’ingénieur qualité, une spécialisation appréciée : Imprimer
Derniers articles "Métiers"

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

Métiers : consultez aussi...

orientation
Rémunération. Les diplômés mieux lotis dans le privé que dans le public

Rémunération. Les diplômés mieux lotis dans le privé que dans le public

Rémunérations. Une étude de l’Insee rappelle que si la fonction publique traite mieux les peu diplômés, le privé, lui, rétribue davantage les bac + 3 et plus.

Faire de sa passion du sport un métier

Faire de sa passion du sport un métier

Avec plus de 6 500 entreprises et quelque 50 000 salariés, le secteur commercial du sport est une filière à fort développement économique qui embauche... présentation par l'école CNPC : l'Ecole supérieure de commerce du sport

Iveco ouvre son école de vente poids lourds

Iveco ouvre son école de vente poids lourds

Iveco, en partenariat avec le GNFA, vous forme au métier de vendeur confirmé en véhicules industriels pour une expérience et un diplôme reconnus par la profession. Découvrez la nouvelle école de vente "poids lourds"...

« On peut très bien réussir dans sa vie sans être cadre ! »

« On peut très bien réussir dans sa vie sans être cadre ! »

A la tête de Randstad intérim depuis 2009, François Beharel, 43 ans, appelle à plus de souplesse sur le marché du travail.« Il faut aller plus vite, plus fort, plus loin », estime le président du numéro deux de l’intérim en France.

Emploi : La banque de détail veut rajeunir ses troupes

Emploi : La banque de détail veut rajeunir ses troupes

Parmi les 10 000 recrutements prévus cette année, 9 sur 10 concernent des profils avec moins de cinq ans d’expérience. Pour recruter, les banques de détail communiquent de plus en plus sur les réseaux sociaux.

Forgeron, fondeur : ces métiers de l’industrie ont de l’avenir

Forgeron, fondeur : ces métiers de l’industrie ont de l’avenir

Ils ont mauvaise presse et peinent à susciter l’enthousiasme des jeunes. Pourtant, les secteurs de la forge et la fonderie mènent directement vers la case CDI. Nogent-sur-Oise est un des creusets de ces formations.

CHOISISSEZ VOTRE VILLE

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

Les soirées, bons plans, actu, orientation, ... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.

Sites du Groupe Amaury

Paris Job France Football L'equipe ASO Velo magazine Journal du Golf