En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Orientation > Métiers

Fiche métier : Risk manager, des cursus en plein développement

Ces professionnels polyvalents sont chargés de conseiller les entreprises sur leur façon de gérer les risques.

La fonction de risk manager est devenue clé dans toutes les grandes entreprises. C’est à ce professionnel, en effet, qu’est dévolue la tâche d’identifier, d’analyser et de quantifier les dangers que peut générer l’activité de son entreprise sur les plans stratégique, financier et opérationnel. A lui d’informer la direction générale des mesures à prendre pour éviter un risque (par exemple sur les pertes d’exploitation) et de se mettre en relation avec les compagnies d’assurances (ou les courtiers) pour négocier les contrats de couverture.

Une fonction transversale


De par l’étendue de son champ d’intervention, qui suppose une vision transversale de l’entreprise, le risk manager doit avoir un esprit de synthèse et d’analyse. Il lui faut également des compétences juridiques (il doit notamment bien connaître les normes), financières, techniques ainsi qu’une bonne connaissance des différents métiers de sa société.

Cette diversité fait qu’il n’y a pas réellement de formation initiale pour devenir risk manager et que la fonction s’acquiert le plus souvent après plusieurs années d’expérience professionnelle comme auditeur ou responsable du recouvrement. « Tant que le métier n’est pas normalisé, les contours en restent variables d’une entreprise à l’autre », souligne Bénédicte Huot de Luze, déléguée générale de l’Amrae, l’association française qui regroupe la majorité des risk managers. Etudes de droit ou de sciences politiques, écoles d’ingénieurs, de management ou de commerce, mais aussi spécialistes de l’assurance…

Études longues et expérience professionnelle indispensables


Une formation de base solide est toujours nécessaire avant d’espérer devenir risk manager. Par la suite, ce parcours pourra être complété d’une formation de 3e cycle dispensée par certaines grandes écoles ou universités. Tels le master de l’Institut de management des risques à Bordeaux (Gironde), le master 2 Grisse de la faculté des sciences de Nantes (Loire-Atlantique), le MBA management, risques et contrôle de l’université Paris-Dauphine ou le master risques et finances de HEC. A cela s’ajoutent les formations mises en place par des organismes professionnels, comme l’Ecole supérieure d’assurances (ESA), qui propose un MBA audit et management des risques et des assurances de l’entreprise. Mais si ces cursus se développent, c’est encore très souvent la formation continue, dispensée principalement par l’Amrae, qui reste la plus prisée par les professionnels. L’association a ainsi mis en place deux types de formations diplômantes : le Cefar stratégie de gestion des risques, qui comporte douze jours de formation sur un semestre et est validé par la soutenance d’un mémoire; et l’ARM : associate in risk management, dont l’inscription se fait sur dossier et qui se déroule sur trente-six jours répartis en trois modules. « C’est une formation qui est reconnue internationalement. La méthodologie a été développée aux Etats-Unis et adaptée à la France », explique Bénédicte Huot de Luze. Etudes longues, expérience professionnelle indispensable, formation continue quasi obligatoire… Devenir risk manager est un parcours de longue haleine avec à la clé des salaires qui oscillent, selon le baromètre réalisé par l’Amrae, entre 60000 € et plus de 150000 € brut par an, la moyenne se situant autour de 100000 € à 120000 €.


TEMOIN « J’élabore des règles de fonctionnement pour nos filiales étrangères »


Christine GFELLER, 51 ans, directrice du risque groupe pour Arc International à Arques ( Pas­-de­Calais)
Diplômée de l’Ecole supérieure de commerce de Paris et spécialiste crédit et recouvrement, Christine Gfeller s’est ensuite orientée vers le risk management.

La gestion des risques en entreprise, Christine Gfeller n’y songeait pas vraiment lorsqu’elle a commencé sa carrière professionnelle au début des années 1980 après son diplôme de l’Ecole supérieure de commerce de Paris : « J’ai débuté auprès d’une société d’information commerciale où je faisais de l’analyse financière avant de rejoindre Pinault Distribution à la direction du crédit et du recouvrement. C’est à cette époque que j’ai commencé à faire de la gestion de risque sur le recouvrement et le risque interentreprises. J’étais également en relation avec les compagnies d’assurances sur des problématiques de risque financier. »

« J’ai suivi des formations complémentaires »



En 2000, elle devient responsable du recouvrement, du crédit et des assurances chez le spécialiste des arts de la table, Arc International. « C’était un poste qui avait déjà une forte dimension internationale car le groupe réalisait plus de 80% de son chiffre d’affaires à l’export et commençait à implanter des usines dans le monde entier. Il fallait comprendre les mécanismes d’assurance, qui diffèrent selon les pays. »

Peu à peu, elle abandonne le crédit et le recouvrement pour aller davantage vers le risk management. Ce qui l’amène à élaborer des règles de fonctionnement pour les filiales étrangères. « J’avais une bonne compréhension du terrain, des échanges fructueux avec l’Amrae (NDLR : l’association française qui regroupe la majorité des risk managers), mais j’avais besoin d’être confortée dans mes process. C’est pourquoi, j’ai décidé de passer la formation Cefar stratégie de gestion des risques de l’Amrae », explique-t-elle. Une formation réalisée en 2009 et dont elle sortira major de promotion. « Elle m’a donné un grand confort pour l’application de certains modes opérationnels dans mon entreprise. » En 2011, elle décide de compléter son cursus par la formation ARM (associate in risk management) de l’Amrae, dont elle suit actuellement le troisième module : « Ces formations permettent de se préparer à certains risques, comme ceux portant sur des actifs, ou sur l’interruption d’activité d’un site », explique celle qui est désormais directrice du risque groupe pour un salaire annuel brut qui s’inscrit dans la tranche la plus représentative des directeurs de risque selon le baromètre de l’Amrae (lire ci-dessus).



En savoir plus


À CONSULTER
Les pages du site de l’Amrae consacrées aux formations dispensées par l’association : www.amrae.fr/amrae/formation/ accueil.html.
La fiche métier de l’Apec qui explique les contours de la fonction : http://annuaire-metiers.cadres.apec.fr.

À LIRE
« 365 risques en entreprise : Une année en risk management », de Jean-David Darsa, Ed. Gereso, 2012, 430 pages. 33 €.
« Le Management des risques et des crises », d’Olivier Hassid, Ed. Dunod, 2011, 256 pages. 20 €.
« Pratique du risk management », de Jacques Charbonnier, Ed. Argus, 2007, 368 pages. 36,10 €.

Dossier réalisé par Florence Puybareau

Métiers liés : Manager de risques / Risk Manager,


Réagir sur le Forum Orientation

LE PARISIEN
30.04.2013

Retour au dossier Métiers
Métiers : Fiche métier : Risk manager, des cursus en plein développement
Imprimer

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

Métiers : consultez aussi...

orientation
Le Top 10 des meilleurs métiers en 2017... et les pires à éviter !

Le Top 10 des meilleurs métiers en 2017... et les pires à éviter !

Niveau de salaire, stress, recrutement, carrière... quels sont les métiers les plus en vogue et ceux à éviter ? Le site américain CareerCast.com publie chaque année une étude sur 200 métiers aux états-unis en voici le Palmarès 2017.

Les spécialités préférées des étudiants en médecine en 2016

Les spécialités préférées des étudiants en médecine en 2016

L'ophtalmologie est la spécialité la plus prisée des étudiants, alors que la médecine du travail, elle, peine à recruter, selon une étude de la Drees publiée jeudi.

Premier emploi : plus des 2/3 des jeunes estiment que l'école prépare mal à l'insertion pro

Premier emploi : plus des 2/3 des jeunes estiment que l'école prépare mal à l'insertion pro

Selon une étude, les jeunes Français jugent l’accès à la vie professionnelle difficile et considèrent que l’école les prépare mal.

Ecoles du numérique : préparer les nouveaux métiers du Marketing et de la Communication

Ecoles du numérique : préparer les nouveaux métiers du Marketing et de la Communication

Former en trois ans des professionnels opérationnels, agiles sur les réseaux sociaux et capables de répondre aux enjeux sans cesse renouvelés du numérique, c’est ce que proposent les écoles spécialisées.

Secteur qui recrute : la distribution recherche toujours de nouveaux talents

Secteur qui recrute : la distribution recherche toujours de nouveaux talents

Avec plus de 3 millions de collaborateurs et près de 100 000 recrutements prévus cette année, le secteur de la distribution gagne à être connu. Avec ou sans diplôme.

Le métier de technicien ou agent technique, qu'est-ce que c'est ?

Le métier de technicien ou agent technique, qu'est-ce que c'est ?

Techniciens : des postes de plus en plus valorisés - Rencontre avec Oualid Hathroubi directeur régional chez Hays, cabinet de recrutement, qui nous précise la définition et la recherche autour de ces postes.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
ISCOM
Créé en 1986 à Paris, l’ISCOM, institut supérieur de communication et...
CFA d'Alembert
Le CFA d'Alembert est l'une des 24 écoles de la CCI Paris Île-de-France qui...
CIFACOM - L'école du graphisme, du multimédia et de l'audiovisuel
Passionné par le graphisme, le multimédia ou l'audiovisuel ? Une de nos...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

L'actu du site, bons plans, soirées, orientation... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.