OrientationMieux-travaillerArgent / Prêt

Financer ses études, mode d'emploi

Université ou école privée, logé(e) chez les parents ou en location, ressources familiales…

Le budget peut énormément varier, et de nombreux étudiants doivent compter sur des compléments financiers. Tour d’horizon des principaux coups de pouce.
« A la rentrée, je vais en classe prépa. Elle est gratuite, je n’ai rien à financer pour l’année prochaine. J’aurai peut-être à faire un prêt étudiant plus tard pour payer l’école de commerce. »


« Je vais continuer à faire des petits boulots, comme je fais en ce moment avec le baby-sitting, même si mes parents vont m’aider financièrement dans mes études. »
« La fac de droit, ce n’est vraiment pas cher. Ce sont mes parents qui vont financer pendant les trois premières années. Mais après j’aimerais me mettre en colocation, et pour le coup, je pense que je vais devoir travailler à ce moment-là. »
Ces quelques témoignages de lycéens de terminale illustrent la diversité des situations qui se présentent à eux une fois le bac obtenu. Comment financer ses études mais aussi son logement, les transports, les frais quotidiens et les sorties ? Un peu plus du tiers des deux millions d’étudiants étaient boursiers en 2014.
Autre possibilité : d’après l’enquête 2013 menée par l’Observatoire de la vie étudiante (OVE), 45 % des jeunes interrogés exercent une activité rémunérée – du job occasionnel à l’emploi à temps plein. Parmi eux, la moitié estime qu’elle leur est indispensable pour vivre. Le prêt bancaire est également une solution : garanti par l’État, sans conditions de ressources, il est proposé par plusieurs banques pour des montants ne dépassant pas les 15 000€. Soutien des parents, bourses, petits jobs, prêts étudiants… Les formules, diverses, peuvent se cumuler ou évoluer au fil des études.

Bourses : il y en a plus que vous ne pensez...


Les bourses sur critères sociaux dépendent de plusieurs paramètres – revenu des parents, nombre
d’enfants à charge, diplôme, etc. Elles sont cumulables avec un emploi salarié. En contrepartie, l’étudiant a un devoir d’assiduité aux cours et aux examens. Des compléments peuvent être accordés, notamment pour les frais de transport. Le montant annuel, qui dépend de l’échelon (de 0 à 7), peut aller jusqu’à 5 539€.
D’autres aides publiques existent, comme les bourses sur critères sociaux délivrées par les ministères de la culture et de la communication ou de l’agriculture (pour des étudiants inscrits dans des filières relevant de ces domaines), ou encore les aides régionales pour les formations sociales et paramédicales. « Sur les 30 000 jeunes qui suivent une formation dépendant du ministère de l’agriculture, la moitié sont boursiers, explique Guillaume Houzel, directeur du Cnous (Centre national des oeuvres universitaires et scolaires). Ces aides sectorielles sont donc bien identifiées aujourd’hui. En revanche, il existe des aides spécifiques dédiées aux non boursiers pour répondre à des situations particulières : absence de soutien financier des parents, reprise d’études, etc. » Les services sociaux des Crous sont à la disposition des jeunes concernés pour les informer.
Bon à savoir : il existe également de très nombreuses bourses privées, proposées par les fondations de grandes entreprises. De plus, certaines écoles de commerce proposent également des bourses qui peuvent diminuer la facture des frais de scolarité de plus de 2 000€ par an.

Alternance : de multiples bénéfices


Acquisition accélérée de compétences, insertion professionnelle facilitée... L’alternance (en contrat d’apprentissage ou de professionnalisation) est souvent parée de toutes les vertus ! La première est d’ordre financier : exonération des frais de scolarité et rémunération représentant 60 à 80 % du SMIC.
« L’alternance nous a permis d’ouvrir la formation d’ingénieur à des profils brillants qui n’avaient pas les moyens de financer leurs études », explique ainsi Frédéric Meunier, directeur de l’école d’ingénieurs EFREI. De nombreux BTS, DUT, mais aussi des formations en école de commerce ou d’ingénieurs sont accessibles par cette voie.

Emploi : un site internet pour vous aider à trouver


Parmi les étudiants qui occupent un job en parallèle de leurs études, environ un tiers sont à temps partiel ou occupent des petits boulots occasionnels. En moyenne, d’après l’OVE, la rémunération s’élève à un peu plus de 600€. Mais il n’est pas toujours facile de trouver un travail compatible avec les horaires d’études. Le Cnous a lancé en 2012 la plateforme Jobaviz (www.jobaviz.fr) pour rassembler le maximum d’offres possibles et faciliter les démarches des étudiants. Fin juin, près de 40 000 propositions étaient mises en ligne par plus de 25 000 employeurs.
« Les Crous proposent également des postes sur les campus, ce qui représente l’équivalent de 3 000 emplois à temps plein », ajoute Guillaume Houzel.

DES AIDES pour se loger moins cher

Loyer : les allocations de la CAF


Deux aides financières sont proposées aux étudiants par la Caisse d’allocations familiales : l’APL (Aide personnalisée au logement) et l’ALS (Allocation de logement sociale). Elles sont destinées à toute personne louant un logement sous convention avec l’État – ou résidant en foyer d’hébergement. Plusieurs critères entrent en compte, comme le nombre de personnes au foyer, les ressources ou la situation géographique. Les étudiants bénéficient généralement de l’ALS. Pour une simulation, rendez-vous sur l’espace Aides et services du site de la CAF (www.caf.fr). À noter : les deux aides au logement ne sont pas cumulables.

Caution : le dispositif Loca-Pass et la caution locative étudiante


Les étudiants boursiers ou/et salariés peuvent solliciter Loca-Pass, un dispositif public en deux volets : une avance financière et une garantie de paiement. Les bénéficiaires peuvent ainsi financer leur dépôt de garantie (à hauteur de 500€ maximum) et rembourser ce prêt à taux zéro par versements mensuels. Concernant la garantie, il s’agit d’une caution gratuite qui se substitue à l’étudiant incapable d’assumer, momentanément, le montant du loyer – celui-ci s’engage à rembourser les sommes avancées.

ZOOM
« Besoin d’un prêt étudiant ? L’exemple de la Caisse d’Épargne »



Il est loin le temps où les banques ne s’intéressaient qu’aux clients disposant d’une situation professionnelle établie. « La Caisse d’Épargne place au cœur de sa stratégie l’accompagnement des étudiants, confirme Gilles Desmont, directeur marketing de la Caisse d’Épargne Île-de-France. Pas d’offres discriminantes, une personnalisation de la relation bancaire et des produits adaptés à leur budget limité. » Forfait bancaire, prêt étudiant, assurances... les offres « jeunes » sont en promotion jusqu’à fin octobre : le Bouquet Liberté, qui comporte notamment une carte bancaire, l’assurance des moyens de paiement et un accès digitalisé au compte, est gratuit la première année ; et les souscripteurs d’assurances (logement et complémentaire santé) bénéficient des deux premiers mois de remise. Une autre promotion concerne cette fois les prêts étudiants, quelle que soit la filière suivie par l’étudiant, alternance comprise : un taux fixe exceptionnel de 0,9 %.
Pour les étudiants franciliens, des opérations spécifiques sont menées par la Caisse d’Épargne Île-de-France : la gratuité pendant quatre ans du Bouquet Liberté pour tous les bacheliers (qu’ils aient ou non obtenu leur bac), des partenariats avec la mutuelle étudiante SMEREP et la carte de transports en commun Imagine R débouchant sur des offres spéciales. « Chaque agence francilienne dispose désormais de conseillers “jeunes” que les étudiants peuvent venir rencontrer pour s’informer », complète Gilles Desmont.


Pour les non-boursiers, une alternative : la CLE (caution locative étudiante). Mise en place en 2013, elle est ouverte à l’ensemble des étudiants qui ne disposent pas de garant, en contrepartie d’une participation financière (1,5 % du loyer). Toutes les démarches sur le site Lokaviz (www.lokaviz.fr).


Retour au dossier Argent / Prêt
Argent / Prêt : Financer ses études, mode d'emploi
Imprimer

Commentaires / Réactions

Argent / Prêt : consultez aussi...

Rentrée 2020 : après 6 mois loin des amphis, Pierre a hâte de retrouver la vie étudiante

Rentrée 2020 : après 6 mois loin des amphis, Pierre a hâte de retrouver la vie étudiante

Pierre, 21 ans, entre en deuxième année de licence maths-informatique à l’université de Strasbourg. S’il est heureux de retourner à la fac, son budget serré ne lui permettra pas d’acheter des masques chirurgicaux.

Une rentrée étudiante plus chère de 76 euros et des jeunes plus pauvres, selon la Fage

Une rentrée étudiante plus chère de 76 euros et des jeunes plus pauvres, selon la Fage

Le 18e baromètre de la première fédération étudiante, que nous dévoilons, évalue le coût moyen de la rentrée 2020 à 2361 euros pour les jeunes inscrits dans l’enseignement supérieur.

Prêt étudiant : l'essentiel à savoir avant de souscrire

Prêt étudiant : l'essentiel à savoir avant de souscrire

Pour financer vos études, il est souvent nécessaire de souscrire un crédit étudiant. Mais attention ! Il s’agit d’un prêt bien particulier qui peut finir par coûter cher. Suivez le guide.

Lettre pour une demande de suspension de prélèvement automatique

Lettre pour une demande de suspension de prélèvement automatique

Vous souhaitez suspendre le prélèvement automatique d'un créancier ? Avisez votre banque en lui envoyant ce modèle de lettre adapté.

Resto U : des repas à un euro pour les étudiants boursiers

Resto U : des repas à un euro pour les étudiants boursiers

Castex annonce des repas à un euro, contre 3,30 euros actuellement, pour les étudiants boursiers dans les restaurants universitaires

Lettre pour une demande d'aide sociale

Lettre pour une demande d'aide sociale

Pour prétendre aux différentes prestations sociales, il faut remplir plusieurs conditions. Toute personne à faible ressource accède à l'aide sociale à partir de 60 ans. Pour en bénéficier, il faut adresser une demande à l'image du modèle suivant.

Ecoles à la Une

L'Ecole Multimedia
Les métiers du multimédia / digital sont au cœur des formations de L'École...
ITESCIA - L'école du i-Management
ITESCIA, école publique la CCI Paris Île-de-France, forme plus de 1400...
Edhec Business School
Cinq campus basés à Lille, Nice, Londres, Paris et Singapour - Rejoignez...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter

L'actu du Parisien Etudiant, examens, bons plans, soirées, orientation... *

Inscription réussie - Merci.


* En complétant votre adresse électronique, vous validez les Conditions Générales d’Utilisation et acceptez que Le Parisien, responsable de traitement, traite vos données pour vous permettre de recevoir les actualités Le Parisien Etudiant. Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de protection de vos données personnelles : Politique de confidentialité.