En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Jobs / Stages > Fonction publique : des formations pour accéder...

Jobs/Stages

Fonction publique : des formations pour accéder et évoluer dans les collectivités territoriales

Nombre de formations facilitent les passerelles entre privé et public, particulièrement à un niveau régional.

Contrairement à une idée reçue, les «collectivités territoriales » ne recrute pas que des fonctionnaires. Elle est même souvent obligée de regarder ailleurs pour trouver certaines compétences rares.

Elle reçoit entre 3 000 et 4 000 CV par an. Ce qui tombe plutôt bien, car Béatrice Blouin a régulièrement des postes à pourvoir. « Nous avons des besoins fréquents sur des types d’emplois très variés, explique la directrice des ressources humaines de la ville d’Angers (Maine-et-Loire). Cela va du jardinier ou de l’auxiliaire de puériculture à des profils de cadres sur des fonctions financières, en passant par des adjoints administratifs et des techniciens… »
En même temps, elle reconnaît aisément que certains profils sont plus faciles à trouver que d’autres. « Nous recrutons beaucoup de statutaires, c’est-à-dire des profils qui ont passé les concours, mais pas seulement. On peut aussi recourir à des recrutements directs. »

Des formations adaptées


« Les collectivités territoriales sont un monde que nous connaissons, sourit Eric Lepêcheur. Nous avons des collaborateurs qui travaillent dans les hôpitaux, dans les mairies, dans les lycée et dans les collèges… Mais nous avons encore énormément de postes à pourvoir. »

Président de Restau’Co, un réseau de restauration collective, il a récemment beaucoup milité pour la création d’un diplôme de cuisinier de collectivité. « On a besoin de 16 000 cuisiniers. Or le lycée hôtelier forme des candidats qui vont s’orienter vers la gastronomie et pas suffisamment vers la restauration collective. Il reste encore plein de débouchés intéressants méconnus ou pas suffisamment valorisés. »

Si le passage des concours n’est plus un préalable obligatoire, nombre de formations facilitent les passerelles entre privé et public. Et ce, quel que soit le profil du candidat. « À chaque fois que j’ai créé un cursus, j’ai eu plus de 500 candidats et cette demande ne fait que croître avec les années », témoigne Tony Lourenço, directeur du cabinet Territoires RH. Chasseur de têtes et formateur, il propose depuis 14 ans des cursus spécialisés en finances, achats publics ou encore en direction des services techniques. « Aujourd’hui, par exemple, on a de plus en plus besoin de cadres capables de raisonner en termes de performances publiques. Pour favoriser la mobilité privé-publique, j’ai développé des cursus qui forment à ces sujets et permettent d’acquérir une meilleure légitimité en entretien. »

236 métiers différents recensés dans la fonction publique territoriale...


A charge ensuite pour les recrutés de gérer leur carrière. « Je cite souvent le parcours d’un professeur de musique que j’avais embauché à mes côtés aux ressources humaines et qui est devenu depuis DRH dans plusieurs collectivités », commente Jean-François Lemmet, ancien directeur général adjoint au Conseil général des Hauts-de-Seine, aujourd’hui consultant en ressources humaines auprès de collectivités territoriales. « Un jeune qui débute aujourd’hui dans la fonction publique ou un moins jeune qui y évolue n’a pas forcément envie de passer toute sa vie dans le même poste. On trouve 236 métiers différents recensés dans la fonction publique territoriale, dont beaucoup accessibles par des formations et des passerelles internes. »

Pour Tony Lourenço, l’argument est porteur. « La possibilité d’avoir des fonctions et une carrière bien plus variées que dans le privé est motivante. A 25 ans vous pouvez être DRH d’une collectivité de 1 000 salariés et, deux ans plus tard DGA ou DGS de la même structure ou d’une autre à proximité immédiate de votre territoire… »

Collectivités territoriales : « Des postes qui gagnent à être connus »


Gabrielt DOUBLET, Premier vice-président d'Annemasse Agglo (Haute-Savoie)


Sur le papier, sa collectivité fait rêver. Sur une carte, surtout. « On est entre le lac et les montagnes », rappelle volontiers Gabriel Doublet. Maire de Saint-Cergues (Haute-Savoie), il est aussi premier vice-président d’Annemasse Agglo, un ensemble urbain de douze communes à la frontière suisse. « Les candidats viennent aussi, attirés par le cadre de vie. Et faute d’avoir une université à proprement parler sur le territoire, on a aussi beaucoup de jeunes qui partent faire leurs études ailleurs et qui, à un moment, veulent revenir. »

Mais malheureusement, le projet n’est pas toujours facile. Les offres d’emploi ne manquent pourtant pas. « Notre agglomération a la particularité d’être transfrontalière, à proximité immédiate de Genève dans une région très dynamique », poursuit Gabriel Doublet. Le secteur des transports, notamment, recrute des techniciens et des ingénieurs. « Nous travaillons sur de beaux projets. Nous venons de terminer un BHNS (bus à haut niveau de service), nous avons un tramway en projet et un RER transfrontalier en construction.» Malgré tout, la collectivité se heurte à certaines difficultés. «Le coût de la vie est très cher et nous avons des difficultés en termes de logements. Nous essayons depuis plusieurs années d’obtenir de meilleures indemnisations pour ces postes de dépense, comme ce qui existe à Paris ou sur la Côte d’Azur, mais pour l’instant en vain.»

Autre difficulté : la concurrence avec la Suisse. « La proximité de Genève est une vraie chance mais aussi une difficulté, car la Suisse aspire beaucoup de talents. Nous avons souvent du mal à recruter des techniciens en matière d’assainissement et dans le domaine informatique. Les profils de médecins et d’infirmiers sont aussi en tension.» Malgré tout, l’élu reste optimiste. «Beaucoup de candidats ne savent pas encore qu’ils peuvent postuler sans être fonctionnaires et nous avons beaucoup de postes et de projets qui gagnent à être connus. C’est un endroit où les choses bougent. Dans cette période un peu sinistre au niveau national et européen, il y a plein de choses passionnantes à faire...»


Dossier Réalisé Par Céline Chaudeau

Métiers liés : Docteur / Médecin généraliste, Cuisinier, Jardinier, Chef de projet informatique, Administrateur de la fonction publique,


Réagir sur le Forum Job étudiant / stage / emploi

Le Parisien
07.10.2015

Retour au dossier Stages/jobs
Stages/jobs : Fonction publique : des formations pour accéder et évoluer dans les collectivités territoriales
Imprimer

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

Stages/jobs : consultez aussi...

orientation
L'alternance : un booster pour l'emploi - Cahier spécial Le Parisien Etudiant

L'alternance : un booster pour l'emploi - Cahier spécial Le Parisien Etudiant

Très prisée des jeunes comme des entreprises, qui l’utilisent de plus en plus comme un outil de pré-recrutement, l’alternance est un effet de levier pour l’insertion professionnelle. Décryptage d’une formule aux nombreux atouts.

Jobs d'été : 4 offres complètement incroyables

Jobs d'été : 4 offres complètement incroyables

Les recrutements pour des jobs incroyables - mais vrais - se multiplient. Pas moins de quatre « meilleurs boulots » sont proposés en ce moment. Desjobs d'été vraiment cool.

Le Top 20 des employeurs qui font le plus rêver les étudiants français en 2017

Le Top 20 des employeurs qui font le plus rêver les étudiants français en 2017

Les étudiants français sont de lus en plus séduits par le "Made in France" et les petites structures qui prônent une forte culture entrepreneuriale.

Job d'été : profitez des forums emploi dans toute la France

Job d'été : profitez des forums emploi dans toute la France

Le CIDJ organise une journée spéciale dédiée au job d'été le 14 mars prochain. Envie de travailler chez Monoprix, Tie Rack ou dans un magasin Eric Bompard, entre autres ? Ou au moins de voir comment cela se passe ?

Un concours de start-up étudiantes dans... des oeufs !

Un concours de start-up étudiantes dans... des oeufs !

A Val-d'Isère, des entrepreneurs en herbe ont eu le temps d'une montée en télécabine pour convaincre un jury de la pertinence leur projet. Retour sur cette expérience insolite : certains ont même passé un entretien d'embauche sur des skis !

Premier emploi : plus des 2/3 des jeunes estiment que l'école prépare mal à l'insertion pro

Premier emploi : plus des 2/3 des jeunes estiment que l'école prépare mal à l'insertion pro

Selon une étude, les jeunes Français jugent l’accès à la vie professionnelle difficile et considèrent que l’école les prépare mal.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
Ecole EGO
« La grande illusion du monde des affaires est de croire que l’on peut...
ISIS - Institut Supérieur de l'Image et du Son
L’institut Supérieur de l’Image et du Son, implanté dans le quartier du...
ISCOM
Créé en 1986 à Paris, l’ISCOM, institut supérieur de communication et...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

L'actu du site, bons plans, soirées, orientation... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.