En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Orientation > Formation > Alternance

Forgeron, fondeur : ces métiers de l’industrie ont de l’avenir

Ils ont une mauvaise image alors que les secteurs de la forge et la fonderie mènent directement vers la case CDI.

TRAVAILLER À L’USINE, ce n’est pas dans l’air du temps. Trop d’étiquettes collent à la peau de l’industrie : les semaines en 3/8, un métier dur et salissant, le bruit des machines jusqu’aux fermetures douloureuses d’entreprises. « Le Bassin creillois, notamment, est marqué à vif », explique la responsable des ressources humaines sur le site de l’équipementier automobile, Montupet, à Laigneville. L’usine, ça effraye les jeunes et leurs familles. » Et pourtant…

« Ici, ce sont les patrons qui se battent pour trouver de jeunes diplômés, pas l’inverse. »


Nicolas Nebout, enseignant en BTS forge

« Il y a des emplois très porteurs dans le secteur ! », martèle Françoise Lefebvre, proviseure du lycée Marie Curie à Nogent-sur-Oise. « Il faut casser les préjugés, insiste Nicolas Nebout, enseignant, au sein de l’établissement, en BTS Forge, une formation unique en Europe. « J’ai 19 étudiants et 30 entreprises qui cherchent à recruter. Ici, ce sont les patrons qui se battent pour trouver de jeunes diplômés, pas l’inverse. » Idem pour la fonderie.
« Il y a plus d’offres d’emplois que d’étudiants », enchérit le proviseur adjoint, Dominique Dieval. Le lycée nogentais fait, là encore, figure d’exception. « Nous avons l’un des plus grands ateliers de fonderie de France, et c’est le seul en Picardie. Régulièrement, nous recevons les ingénieurs et techniciens des méthodes Renault qui viennent s’initier à la conception et la réalisation de pièces de fonderie. »

Avant de s’implanter à Creil, le lycée Marie-Curie était basé à Gournay, en face de l’ex-usine automobile Chausson, avec vue sur l’imposant atelier de recuit continu d’Usinor (devenu ArcelorMittal), le mastodonte creillois de la sidérurgie. « Les diplômes de fonderie, forge et plus largement, les formations aux métiers de l’industrie, se sont développés pour répondre, à l’époque, aux besoins de ces entreprises », rappelle Françoise Lefebvre. « Le BTS Fonderie, par exemple, était une demande de Montupet il y a des dizaines d’années en arrière », explique la DRH du site oisien. Aujourd’hui, les temps ont changé, « mais ces métiers sont toujours demandés, affirme la proviseure. Simplement, être fondeur ou forgeron au XXI e siècle, cela n’a plus rien à avoir avec avant. Il faut être mobile, à la pointe de la technologie et plein de créativité. »

TEMOIN
« Ne pas s’arrêter aux préjugés »

Akram Iblajou, ex-étudiant en BTS Fonderie


Après un BTS Fonderie au lycée Marie-Curie de Nogent-sur-Oise, et une licence professionnelle à l'université d'Amiens (Somme), Akram Iblajou, a été recruté dans l’usine Montupet à Laigneville. Il dévoile son parcours et le regard qu’il porte sur son métier.

Comment avez-vous intégré l’usine Montupet ?
AKRAM IBLAJOU
J’ai postulé car j’avais effectué mon stage d’étude dans cette société. Et ils m’ont embauché. Il y a une convention de partenariat entre Montupet et le lycée Marie-Curie. Depuis, j’ai évolué dans l’entreprise. J’ai débuté comme conducteur de ligne dans les ateliers de production, avant de devenir technicien analyste. Dans l’industrie, il faut accepter de commencer par là. Impossible de devenir un bon technicien sans passer par les ateliers. Je pense que c’est l’une des réticences des jeunes diplômés.

Quelles sont les autres raisons de la désaffection des jeunes pour ce métier ?
Le travail en 3/8, par exemple. Une usine, c’est bruyant, salissant… Je participe régulièrement aux portes ouvertes du lycée Marie-Curie et une même question revient : est-ce que c’est dur ? Moi, je leur dis la vérité. Tout n’est pas tout rose, mais ce n’est pas Germinal, Et il y a de réelles opportunités de carrière.

Vous arrivez à convaincre certain d’entre eux ?
Pour ma part, c’est en entrant dans une usine la première fois, que j’ai eu envie de me lancer dans cette profession. Quand nous avons des stagiaires, même les plus jeunes en 3 e, j’essaye de leur transmettre la fibre. Surtout, j’explique que Montupet, par exemple, offre une multitude de métiers différents, intéressants, valorisants. Que c’est une entreprise prospère. Il ne faut pas s’arrêter aux préjugés.


Etudiants en alternance, ils gagnent déjà 120 % du smic
Nicolas Ponthier, Arthur Jullian ou Denis Cibiel partagent la même ambition : devenir forgeron.
« Quand on annonce la couleur, les gens pensent à Obélix avec son marteau… Ce n’est pas du tout ça ! », lancent-ils d’emblée dans leur salle de classe du lycée Marie-Curie.



Floriane Louison

Métiers liés : Conducteur de ligne de production,


Réagir sur le Forum Alternance

LE PARISIEN
16.05.2014

Retour au dossier Alternance
Alternance : Forgeron, fondeur : ces métiers de l’industrie ont de l’avenir
Imprimer

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

Alternance : consultez aussi...

orientation
Erasmus. Etudier en alternance à l'étranger... c'est possible !

Erasmus. Etudier en alternance à l'étranger... c'est possible !

Erasmus est encore trop réservé aux étudiants et pas assez aux apprentis. La ministre du Travail Muriel Pénicaud souhaite que davantage d’apprentis fassent des séjours à l'étranger.

Alternance : comment trouver un contrat pour la rentrée ?

Alternance : comment trouver un contrat pour la rentrée ?

Pour suivre une formation en alternance, il faut une école et une entreprise qui vous accueille en contrat d’apprentissage ou de professionnalisation. Sinon vous risquez de devoir abandonner votre projet.

Écoles. Les business schools misent sur l'alternance

Écoles. Les business schools misent sur l'alternance

La formule a trouvé sa place dans les écoles de commerce. Pour les étudiants, c’est avoir un pied dans l’entreprise et pouvoir mettre en application les apprentissages théoriques.

Alternance. Une mauvaise image auprès des familles

Alternance. Une mauvaise image auprès des familles

François Hollande avait fixé l’objectif de 500 000 apprentis. Mais en 2016, seuls 405 000 élèves ont signé un contrat leur permettant de suivre une formation tout en travaillant dans leur domaine.

Alternance. La recherche d'un contrat : ce n'est pas si simple

Alternance. La recherche d'un contrat : ce n'est pas si simple

Nous avons suivi hier Arnaud et Antoine, des jumeaux en recherche d’un contrat de professionnalisation, au forum de l'alternance.

Alternance. Témoignages d'apprentis : ils l'ont fait et ne regrettent rien

Alternance. Témoignages d'apprentis : ils l'ont fait et ne regrettent rien

Anthony, Yasmine et Emma ont fait le choix de l'alternance pour donner un sens à leur apprentissage théorique en gérant des projets concrets

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
ESRA - Ecole Supérieure de Réalisation Audiovisuelle
Le groupe ESRA est une école de cinéma (Paris, Rennes, Nice) proposant des...
CIFACOM - L'école du graphisme, du multimédia et de l'audiovisuel
Passionné par le graphisme, le multimédia ou l'audiovisuel ? Une de nos...
Ecole EGO
« La grande illusion du monde des affaires est de croire que l’on peut...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

L'actu du site, bons plans, soirées, orientation... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.