En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Orientation > Formations

Handicap : l'enseignement supérieur s'adapte

Depuis 6 ans, le nombre d'étudiants handicapés a augmenté d'un tiers. Ils ne sont plus cantonnés dans des établissements spécialisés.

Depuis 2005, le nombre d’étudiants handicapés a progressé d’un tiers. Jadis cantonnés dans des établissements spécialisés, ils sont aujourd’hui encouragés à côtoyer les étudiants « ordinaires ».

A l’université, dans les grandes écoles, dans les IUT, 11000 étudiants handicapés poursuivent des études supérieures en France. A Sciences-po, ils sont 68 cette année contre… 15, il y a quatre ans.
Ce qui a changé ? « Les moyens mis en œuvre et la mobilisation de toute l’école, affirme Claire Secondé, de la mission handicap de l’établissement. Quel que soit son handicap, un étudiant qui en a les capacités doit pouvoir intégrer Sciences-po et y poursuivre ses études, faire un séjour à l’étranger, comme n’importe quel étudiant. »

Cela commence dès l’inscription au concours. S’il coche la case « handicap » du formulaire, le candidat est contacté par l’école pour mettre en place les aménagements dont il pourra avoir besoin lors des examens : une durée de temps supplémentaire, ordinateur grand écran pour les malvoyants, sujets en braille, « secrétaire » pour les étudiants qui ne peuvent rédiger eux-mêmes… S’il est reçu, l’étudiant bénéficiera de la même assistance tout au long de ses études.

Copies en braille, enregistrements des cours...

Il ne s’agit pas d’une démarche isolée : depuis trois ans, toutes les universités et les grandes écoles se sont dotées d’une mission handicap chargée de faciliter l’admission et les études des élèves handicapés. Mais toutes n’ont pas les moyens de Sciences-po. Certains fournissent des documents pédagogiques (polycopiés agrandis, copies en braille, enregistrements des cours…), prêtent du matériel adapté (ordinateurs, logiciels de reconnaissance vocale…) ou proposent des aides « humaines » : assistants pour prendre des notes ou effectuer des recherches, interprètes en langue des signes, auxiliaires de soins… Une année peut être étalée sur deux ans ou plus, des dispenses de cours sont même possibles pour les étudiants ayant de grandes difficultés à se déplacer.

Malgré ces efforts, et même si leur nombre progresse, les étudiants handicapés sont encore peu nombreux : 0,5% des 2,3 millions d’étudiants que compte la France, alors qu’ils représentent près de 8% de la population active. « Lorsqu’ils obtiennent le bac, les jeunes handicapés hésitent à s’engager dans des études longues et difficiles, constate Nathalie Bertin-Boussu, référent handicap à Sup de co Amiens (Somme). Le parcours classe préparatoire plus concours des écoles de commerce peut leur sembler insurmontable. »

Pour contourner l’obstacle, 17 écoles regroupées sous la bannière Passerelle ESC, viennent de mettre au point un concours spécifique accessible dès le bac et permettant à terme d’intégrer une école de commerce pour obtenir une formation bac + 5 en évitant la case prépa.

S’il est important que les étudiants handicapés se fassent connaître le plus tôt possible à l’administration pour bénéficier des aménagements, la tâche n’est pas toujours facile. Quand leur handicap n’est pas visible, certains préfèrent le cacher. « Un étudiant en difficulté a longtemps hésité avant de nous apprendre qu’il souffrait d’une très forte dyslexie, raconte Nathalie Bertin-Boussu. Il reçoit désormais les cours à l’avance, ce qui lui permet de se concentrer sur l’écoute et pas sur la prise de notes en classe. Nous lui avons fourni un logiciel de reconnaissance vocale et il dispose d’un secrétaire pour l’aider à rédiger lors des examens. » Et tout se passe beaucoup mieux pour lui.

Consultez aussi : Handicap : des écoles et universités exemplaires

3 questions à...
Camille GALAP,
Président de l'université du Havre, représentant handicap de la Conférence des présidents d'université.


"Le handicap n'empêche plus de poursuivre des études"

Le nombre d’étudiants handicapés progresse-t-il ?
Il a doublé en dix ans. L’effet de la loi de 2005 sur l’égalité des chances est très visible : elle a incité les universités à s’adapter pour améliorer l’intégration des personnes présentant un handicap, aujourd’hui de plus en plus nombreuses à poursuivre des études. C’est un réel progrès même si c’est encore peu.

Comment se passe leur accueil ?
Toutes les universités disposent désormais d’une mission handicap. Il s’agit d’un « guichet unique » qui informe et assiste l’étudiant qui n’a plus à errer d’un service à l’autre. En liaison avec les services médicaux, la mission évalue ses besoins et lui propose les aides adaptées : documents en braille, assistants pour la prise de notes, interprètes en langue des signes, « aides de vie » pour les soins, les repas… Des dispenses de cours sont envisageables.

Que faudrait-il améliorer ?
Malgré les efforts pour installer des rampes et des ascenseurs, l’accessibilité est parfois un vrai problème, notamment sur les campus éclatés où les trajets d’un bâtiment à l’autre ne sont pas évidents. On manque parfois de moyens pour acquérir des équipements spécialisés. Mais l’enjeu dépasse le cadre universitaire : le logement, le transport, la vie culturelle et sportive, les loisirs sont concernés. Tous les acteurs doivent se concerter pour offrir aux personnes présentant un handicap une vie sociale comparable à celle de tous les étudiants.


Stéphane COURTOIS,
19 ans, étudiant en deuxième année à Sciences-po Paris


"Le droit d'avoir de l'ambition"

« Sciences-po, c’est très ambitieux pour tout le monde mais dans mon cas, ça le semblait encore plus. Des études scientifiques m’auraient plu, mais elles demandent une bonne capacité d’analyse visuelle et je suis malvoyant à 90%. J’ai donc contacté l’école dès le début de ma terminale S, à Lille. On m’a assuré que tous les aménagements dont j’avais besoin seraient prêts pour le concours, puis pour les études. Je me suis senti soutenu. Il a fallu énormément travailler : en plus de la terminale, je suivais une prépa en ligne et une autre prépa pendant les vacances scolaires. C’était dur. Pour les épreuves, j’ai bénéficié d’un tiers de temps supplémentaire et d’un ordinateur pour rédiger. Nous étions nombreux à jouir d’aménagements et à passer le concours dans une pièce à part. Et j’ai été reçu !

A Sciences-po, je me suis tout de suite senti pris en considération, moins noyé dans le système qu’au lycée. Les profs nous reçoivent pour tenter d’aplanir les difficultés, trois étudiants de 4e et 5e années m’assistent pour les recherches ou la prise de notes, on nous fournit du matériel adapté et même un ordinateur spécialisé. C’est un environnement très privilégié. Le premier semestre a pourtant été difficile, moins à cause de ma malvoyance que du rythme de travail exigé : pour marquer la rupture avec le lycée, les profs mettent la pression dès le départ et cela surprend tous les étudiants, avec ou sans handicap.

Plus tard, j’aimerais faire du droit international, et peut-être travailler pour le ministère des Affaires étrangères. Après avoir réussi ce concours, je me sens le droit d’avoir de l’ambition… »


EN SAVOIR PLUS
A consulter
- Le site Handi-u (ministère de l'Enseignement supérieur) propose une liste complète des établissements (universités, grandes écoles...) avec les contacts des missions handicaps, les services proposés...Indispensable.
www.handi-u.fr
- Le site de l'Onisep avec beaucoup de témoignages d'étudiants et de professionnels handicapés.
www.onisep.fr

Dossier réalisé par Renaud Lefebvre
Article paru dans Le Parisien Économie du lundi 14 novembre 2011


Réagir sur le Forum Orientation

LE PARISIEN
15.11.2011

Retour au dossier Formations
Formations : Handicap : l'enseignement supérieur s'adapte
Imprimer

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

Formations : consultez aussi...

orientation
APB 2017 : encore 17 000 candidats mécontents sans propositions

APB 2017 : encore 17 000 candidats mécontents sans propositions

Suite à la deuxième phase de réponses d'APB. De nombreux étudiants n’ont pas toujours trouvé de place dans différentes filières saturées.

APB : les 4 réponses possibles aux résultats d'admission

APB : les 4 réponses possibles aux résultats d'admission

26 juin 2017 : 2e phase d'admission. Les candidats inscrits sur APB peuvent obtenir la réponse à leurs voeux d'admission. Voici les conseils pour bien répondre à cette première phase de réponse. Comment y répondre et rester zen.

APB - La ministre Frédérique Vidal veut mettre fin au tirage au sort à la fac

APB - La ministre Frédérique Vidal veut mettre fin au tirage au sort à la fac

Frédérique Vidal, la ministre de l'Enseignement supérieur, a accordé sa première interview au Parisien. L’ancienne présidente de l’université de Nice compte mettre fin dès 2018 à la procédure très décriée de tirage au sort.

Facs saturées : «Il y avait des étudiants jusque sur l'estrade»

Facs saturées : «Il y avait des étudiants jusque sur l'estrade»

Les jeunes bacheliers qui arrivent à trouver une place à l'université sont confrontés aux aléas de la fac : amphithéâtres bondés, matériel vétuste, manque d'encadrement. Une expérience qui peut vite décourager.

Pourquoi les facs françaises sont saturées

Pourquoi les facs françaises sont saturées

C'est la hantise de ceux qui passent l'épreuve de philosophie du baccalauréat ce jeudi : tous n'auront pas de place dans la fac de leur choix.

Les meilleurs Masters en Finance selon le Financial Times : les écoles françaises au top !

Les meilleurs Masters en Finance selon le Financial Times : les écoles françaises au top !

Classement 2017 du Financial Times : love France. 10 écoles françaises se hissent dans le Top 50 du classement mondial des masters en finance réalisé par le Financial Times (Masters in Finance Pre-experience 2017).

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
Euridis Business School - Paris Lyon Toulouse
Euridis Business School est la grande école de commerce spécialisée dans la...
Atelier Prép'art
Le projet de Prép’Art est de délivrer un enseignement culturel et...
Sup de Vente, l'école supérieure de vente de la CCI Paris Ile-de-France
Forte d’une expérience de plus de 25 ans, Sup de Vente est aujourd’hui...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

L'actu du site, bons plans, soirées, orientation... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.