En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Orientation > Pratique

Humanitaire ou Social : l'investissement étudiant par excellence

Se rendre utile ou s’impliquer dans une association : une valeur de plus en plus prisée des étudiants.

Activités sportives, organisation de soirées, junior entreprises… Dans l’enseignement supérieur, les étudiants ne manquent pas de choix lorsqu’ils souhaitent s’engager dans une association.

Ils sont aussi de plus en plus nombreux à participer à des activités à vocation humanitaire, caritative ou sociale. Les initiatives au bout du monde se multiplient. Rien ne sert cependant d’aller risquer sa vie, dans la zone subsahélienne (Algérie, Niger, Nigeria, Tchad, Mali) ou, actuellement, en Côte d’Ivoire. Il est tout à fait possible de s’investir près de chez soi. « Un moyen de garder les pieds sur terre »

« Je suis étudiante dans une université prestigieuse, et je ne voulais pas rester cantonnée à cet univers.»

« Je souhaitais profiter de mes études pour élargir mon spectre et être utile en agissant directement sur le terrain social », raconte Sandra Dayan. Elle est présidente de Fleur de bitume, une association caritative créée par des étudiants de Paris-Dauphine menant des actions en faveur des sansabri, ainsi que dans le domaine de l’alphabétisation et du soutien scolaire. Tous les dimanches soir, elle se rend avec d’autres «Dauphinois » à la rencontre des SDF de la gare de Lyon. « Nous leur apportons de la nourriture, des boissons chaudes, parfois aussi des médicaments ou des sacs de couchage, raconte-t-elle. Mais, le plus enrichissant, c’est de discuter avec les habitués, de découvrir leur parcours de vie, de comprendre ce qui les a conduits dans la rue. »

Manuelle Malot, directrice carrières et prospective à l’Edhec, encourage ce type de démarche : « Dans une école de commerce comme la nôtre, les étudiants viennent de milieux plutôt favorisés. S’investir dans l’humanitaire ou le caritatif, c’est un moyen de garder les pieds sur terre, et de garder à l’esprit que tout le monde n’a pas leur chance. »

Etudiant de première année à l’institut supérieur de mécanique de Paris (Supmeca), Arthur Monti a choisi, lui, de faire du soutien scolaire auprès de collégiens de familles défavorisées, au sein de l’association Zupdeco. « J’ai décidé de le faire après avoir rencontré, dans mon cours de judo, un lycéen qui avait bénéficié de cette initiative. Cet accompagnement lui a permis de remonter la pente, alors qu’il avait de mauvais résultats.Aujourd’hui, il compte entrer en classe prépa une fois qu’il aura passé le bac. » Une fois par semaine, il se rend au collège Joséphine-Baker, à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), pour aider une élève de 5e à faire ses devoirs.

« C’est plus compliqué que je ne l’imaginais, explique- t-il. Les premières séances, elle était très motivée. Maintenant, je dois faire des efforts d’imagination en matière de pédagogie pour rendre les séances attrayantes et faire en sorte qu’elle ne décroche pas. Ce qui m’oblige àme remettre en cause et à m’adapter à ses attentes. » Comme un avant-goût de la vie active… Dans certains établissements, de tels engagements sont reconnus, au titre des études, et donnent parfois droit à quelques crédits appelés ECTS. Même les recruteurs commencent à s’y intéresser.

« Leur regard a changé, constate Manuelle Malot. Désormais, ils évaluent les compétences qui ont pu être acquises, comme ils le font pour un stage. Organiser une collecte ou trouver des sponsors demande de l’organisation, un bon sens relationnel, des capacités de conviction. » Autrement dit, même lorsqu’il est mis au service d’une bonne cause, cet engagement fait émerger des compétences et du professionnalisme.

"Dans le cadre de mes études, j’ai passé une année à Shanghai." Homéric DE SARTHE, 22 ans, étudiant à l’Institut international de commerce et de développement (ICD), Paris Xe.

"J'ai monté une collecte alimentaire à Shangai" : Je n’avais pas envie de rentrer en France en m’étant contenté de faire le tour des bars et des curiosités touristiques de la ville, je voulais en profiter pour faire quelque chose d’utile », explique le jeune Homéric De Sarthe. D’où son idée de monter une collecte, sur le modèle de la Banque alimentaire : « Au départ, j’ai conçu le projet seul, puis j’ai sollicité tous mes contacts sur place, mes colocataires, d’autres étudiants et des membres du Rotaract, une association dont je fais partie. Au total, j’ai enrôlé une cinquantaine de volontaires. »
Tout au long du projet, il est accompagné par la responsable du développement durable de Carrefour en Chine.
« J’ai aussi obtenu le soutien de la China Charity Federation, une instance gouvernementale, dont l’accord est indispensable pour mener ce type d’opération. C’est elle qui m’a aidé à identifier les bénéficiaires de cette aide alimentaire, notamment des pensionnaires d’un hôpital pour personnes âgées sans famille », se souvient Homéric. Au total : quatre mois de travail pour que tout soit prêt pour le 30 janvier 2010, jour de la collecte. Il met en place une organisation très structurée : « J’ai constitué des équipes pour les trois grandes surfaces dans lesquelles elle devait se dérouler et organisé toute la logistique. Nous avons été dépassés par le succès ! J’avais prévu 100 kg de dons par magasin, nous en avons finalement reçu 2,5 tonnes ! »
Pour confirmer ce succès et pérenniser le projet, Homéric a ensuite formé trois personnes et identifié des améliorations pour les éditions suivantes. Son bilan personnel ? « J’ai appris à mieux gérer le stress, je me sens capable de concevoir un projet, de le planifier et de le vendre à des partenaires.Mais le plus important, c’est toutes les rencontres que j’ai pu faire. » Une expérience utile et inoubliable.


Article issu du Parisien Supplément ECO du 17 janvier 2011


Réagir sur le Forum Orientation

Le Parisien
02.02.2011

Retour au dossier Pratique
Pratique : Humanitaire ou Social : l'investissement étudiant par excellence : Imprimer
Derniers articles "Pratique"

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

Pratique : consultez aussi...

orientation
4l Trophy 2017 : arrivée à Marrakech, sur la place Bab el Jdid, l’ambiance est festive !

4l Trophy 2017 : arrivée à Marrakech, sur la place Bab el Jdid, l’ambiance est festive !

Vendredi 24 février : les 4L arrivent enfin à Marrakech ! Le finish ! Dernière ligne droite pour les participants ! Direction : Marrakech, ville d’arrivée du rallye !

4L Trophy 2017 : la première étape marathon, la dernière épreuve de compétition !

4L Trophy 2017 : la première étape marathon, la dernière épreuve de compétition !

Jeudi 23 février. Attendue, rêvée, redoutée… La mythique étape marathon, sa nuit en bivouac autonome, s’élance ce jeudi. Près de 230 km de spéciale attendent les participants. Magique !

4L Trophy 2017 : les voitures sont maintenant géolocalisables

4L Trophy 2017 : les voitures sont maintenant géolocalisables

Mercredi 22 février 2017 : les équipages inversent les parcours pour cette quatrième journée de compétition ! C’est déjà bientôt la fin du rallye, il faut profiter à tout prix !

4L Trophy 2017 : l'heure des « bacs à sable » a sonné !

4L Trophy 2017 : l'heure des « bacs à sable » a sonné !

Mardi 21 février : les Trophistes avaient bac aujourd’hui. Pas philo ni chimie… mais sable. Le road-book indiquait 104km au programme d’une étape intitulée Erg Chebbi, du nom des montagnes de sables qui bordent le bivouac.

4L Trophy 2017 : road-book et boussole, c’est parti pour la piste...

4L Trophy 2017 : road-book et boussole, c’est parti pour la piste...

Lundi 20 février : Cette fois, le road-book et la boussole, c’est pour de vrai. Et la piste aussi. des rencontres émouvantes et une cérémonie de remise des dons impressionnante pour cette première journée de compétition !

4L Trophy 2017 : bien arrivé au Maroc, bienvenue à Boulajoul !

4L Trophy 2017 : bien arrivé au Maroc, bienvenue à Boulajoul !

Samedi 18 et dimanche 19 février 2017 : fin de la liaison libre vers Algéciras et traversée du détroit de Gibraltar…direction Boulajoul !

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
EISTI - Ecole Internationale des Sciences du Traitement de l'Information
L’EISTI est une école d’Ingénieurs en Informatique et en Mathématiques...
Euridis Paris
Euridis Business School est la grande école de commerce spécialisée dans la...
CIFACOM - L'école du graphisme, du multimédia et de l'audiovisuel
Passionné par le graphisme, le multimédia ou l'audiovisuel ? Une de nos...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

Les soirées, bons plans, actu, orientation, ... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.