Orientationécoles

Ici, les étudiants apprennent à fabriquer les médicaments du futur

Les élèves du IMT, spécialisé dans les industries pharmaceutiques et cosmétiques, sont des précurseurs très recherchés

Ils concoctent les remèdes de demain. Les élèves de l’institut des métiers et des technologies (IMT), spécialisé dans les industries pharmaceutiques et cosmétiques, inauguré officiellement début février à Evry sur le site du Genopole — le plus grand site de France dédié aux biotechnologies — sont des précurseurs très recherchés. « Avec l’IMT, nous réunissons désormais sur un même site des médecins, des chercheurs, des entreprises et l’élément clé de tout cela, la formation », explique Pierre Tambourin, le directeur général du Genopole, partenaire de l’opération. Et ces compétences attirent de plus en plus l’attention de l’industrie pharmaceutique.

Car jusqu’à aujourd’hui, les géants du secteur restaient essentiellement tournés vers les médicaments élaborés grâce à la chimie de synthèse, comme le paracétamol. Mais ils peinent à innover en suivant ce mode de fabrication et se tournent vers les biomédicaments fabriqués, eux, à partir d’éléments vivants. Le premier d’entre eux à être mis sur le marché a été, par exemple, l’insuline, utilisée dans le traitement du diabète, en 1982. L’IMT, suivant cette tendance, a spécialisé son site d’Evry dans la bioproduction, permettant de fabriquer des substances qu’aucun chimiste n’est capable de reproduire.

« C’est un secteur en pleine évolution. Nous devons nous adapter en tant que formateurs », assure Patrick Hibon de Frohen, directeur général du groupe IMT, fondé en 1980 par le professeur Philippe Maupas, inventeur du vaccin contre l’hépatite B. Le site d’Evry reproduit en miniature une usine pharmaceutique. Les élèves, placés en conditions réelles de travail, apprennent à multiplier les cellules, les purifier pour récupérer le produit recherché, par exemple un anticorps, avant de les conditionner, sous la forme d’un gel, d’une solution injectable…

« Leur cursus achevé, nos élèves sont aptes à utiliser tout le matériel employé par l’industrie pharmaceutique », avance Yacine, l’un des quatre formateurs de l’IMT d’Evry. Et leur profil, allant du niveau bac à bac + 3, plaît énormément aux géants du secteur, qui envoient également leurs propres équipes pour se reconvertir à la bioproduction. Le taux d’embauche des anciens élèves des différents sites IMT de France frôle d’ailleurs les 100 %. « Cette formation est une nécessité pour la science mais aussi, avec un taux de chômage des jeunes allant jusqu’à 40 % dans nos quartiers, pour l’emploi », avance Francis Chouat, le maire d’Evry (PS).

TEMOIGNAGE

« Les entreprises sont demandeuses »
Gaëtan Costé, 22 ans, étudiant

Il ne met pas les mains dans le cambouis, ne porte pas de salopette bleue maculée de tâches noires. Equipé de charlotte et surchaussures, Gaëtan Costé, 22 ans, incarne une nouvelle génération de techniciens de maintenance. « Nous avons des conditions d’habillage très spécifiques », explique le jeune homme, élève depuis juillet à l’institut des métiers et des technologies d’Evry, inauguré officiellement hier, où les élèves apprennent à fabriquer les médicaments de demain, des remèdes mis au point en utilisant des organismes vivants. « Nos conditions de travail sont particulières. Par exemple, nous n’utilisons pas d’huile de synthèse mais de la graisse animale. Les répercussions sont moins graves en cas de fuite », raconte Gaétan.

Originaire de Rouen (Seine-Maritime), il a été orienté vers cette formation après un BTS électrotechnique. Il étudie à Evry en alternance avec son travail à l’usine d’Aspen, un géant de l’industrie pharmaceutique, située à deux pas de chez lui, à Notre-Dame-de-Bondeville. « J’adore mon métier, surtout les démarches pour résoudre des problèmes. Il n’y a quasiment jamais la même panne », confie Gaëtan, qui est aujourd’hui quasiment certain de trouver un emploi à la fin de sa formation d’un an. « Les entreprises du secteur sont demandeuses », assure-t-il.


Les clés


- 1 M€ d’équipements de pointe ont été mis à disposition de l’Institut des métiers et des technologies (IMT) d’Evry par leur partenaire Genopole.
- 750 m² de plateau technique reproduisent le fonctionnement d’une usine pharmaceutique.
- 100 élèves en formation ou en reconversion peuvent être accueillis chaque année à l’IMT d’Evry.
- 98 % des élèves passés par les centres de l’IMT décrochent un CDI au bout de six mois.


Julien Heyligen
Article du Parisien du 5 février 2015

Métiers liés : Pharmacien, Biostatisticien, Préparateur en pharmacie, Bio-informaticien, Chargé de pharmacovigilance, Ingénieur bio-médical, Ingénieur chimiste,

Retour au dossier écoles
écoles : Ici, les étudiants apprennent à fabriquer les médicaments du futur
Imprimer

écoles : consultez aussi...

Le « StreetPacking » des étudiants parisiens

Le « StreetPacking » des étudiants parisiens

Les étudiants de l’École Professionnelle Supérieure d’Arts Graphiques de la Ville de Paris (EPSAA) ont investi le Palais Brongniart à Paris, place de la Bourse pour délivrer un message universel à tous les Parisiens : « Vous m’aviez manqué ».

Admissions parallèles : préparer dès cet été la rentrée et les concours 2021

Admissions parallèles : préparer dès cet été la rentrée et les concours 2021

Après une année mouvementée, comment mettre à profit les vacances d’été pour optimiser votre préparation aux concours 2021 ?

Quelle économie, entreprises, métiers… demain ?

Quelle économie, entreprises, métiers… demain ?

Vidéos en partenariat avec l'école de management EBS PARIS. Les étudiants s’interrogent sur leur avenir, leur impact sur le monde de demain.

Coronavirus et grandes écoles. « Notre rôle est de former des diplômés capables de faire face aux crises »

Coronavirus et grandes écoles. « Notre rôle est de former des diplômés capables de faire face aux crises »

Comment va se dérouler la rentrée dans les grandes écoles ? Quelles seront les grandes transformations ? Comment les entreprises vont réagir ?

Stages et Coronavirus. Comment les écoles et étudiants s'adaptent

Stages et Coronavirus. Comment les écoles et étudiants s'adaptent

A cause de l’épidémie de Covid-19, beaucoup d’étudiants se sont trouvés confrontés à des annulations de stages, ou à l’impossibilité d’en trouver un, notamment pour cet été.

Quand les étudiants de l'Essec innovent chez Engie

Quand les étudiants de l'Essec innovent chez Engie

Les étudiants de l'Essec ont fait fort. En imaginant une méthode d’analyse des données internes, ils ont éclairé la DRH sur l’engagement des 170 000 salariés. Retour sur cette initiative assez unique avec Gerard Guinamand, Chief Data Officer d’Engie.

Ecoles à la Une

Audencia Business School
Audencia Business School : Innovative leaders for a responsible...
L'Ecole Multimedia
Les métiers du multimédia / digital sont au cœur des formations de L'École...
IN'TECH – Ecole supérieure d’ingénierie en informatique
Fondée en 2002, IN'TECH est une école supérieure d'Ingénierie en...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter

L'actu du Parisien Etudiant, examens, bons plans, soirées, orientation... *

Inscription réussie - Merci.


* En complétant votre adresse électronique, vous validez les Conditions Générales d’Utilisation et acceptez que Le Parisien, responsable de traitement, traite vos données pour vous permettre de recevoir les actualités Le Parisien Etudiant. Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de protection de vos données personnelles : Politique de confidentialité.