Accueil > Orientation > Métiers

"Il manque 10 000 ingénieurs par an !"

Interview Christian Lerminiaux, Président de la CDEFI (Conférence des directeurs d’écoles françaises d’ingénieurs)

A l'heure de la réindustrialisation de la France, les ingénieurs français sont mobilisés et très demandés... dans le monde entier ! Christian Lerminiaux nous dévoile sa vision des ingénieurs made in France, leur rôle à jouer dans la crise, et le rôle des écoles d'ingénieurs...

Les Ecoles d’ingénieurs françaises ont-elles des moyens suffisants pour être au niveau des meilleures universités mondiales ?


Avec les moyens dont nous disposons, nous avons démontré l’excellence des formations d’ingénieurs. On s’arrache nos diplômés, partout dans le monde. Un ingénieur français peut trouver un job n’importe où ! Comme il y a en plus une forte pénurie de talents, le marché est en extrême tension. Du coup, un ingénieur made in France qui voudrait aller aux Etats-Unis peut trouver sans problème un emploi ou être accueilli dans un laboratoire pour faire une thèse. Attention, je ne dis pas que nous sommes bons partout ! Nous sommes forts pour tout ce qui est conceptuel et recherche. Nous sommes moins réputés pour notre créativité.

Pour revenir à la question des moyens, il est sans doute nécessaire de se mettre au standard en matière de recherche de haut niveau en direction des entreprises. Ces dernières devront être mises à contribution, d’une manière ou d’une autre pour faire face aux investissements massifs en matière d’équipement et de R&D. C’est indispensable si nous souhaitons nous comparer au MIT ou à Standford.

Il est également nécessaire de maintenir l’effort budgétaire sur les écoles d’ingénieurs. Si nous voulons former les ingénieurs dont notre économie a besoin, nous devrons donc accroitre leurs ressources. Cela passe par une remise à plat du modèle économique. Mais la Nation doit également remplir son rôle en soutenant les établissements qui forment les actifs dont elle aura besoin demain.

La France produit 31 000 ingénieurs par an. Selon vous, ces futurs ingénieurs vont-ils nous aider à envisager la sortie de la crise et une véritable réindustrialisation de la France ?


Ces ingénieurs vont nous aider s’ils arrêtent de se focaliser sur les grands groupes. Il faudrait des PME plus fortes et des entreprises de plus de 500 salariés en plus grand nombre. Les ingénieurs ont la capacité de développer l’activité à condition qu’ils se dirigent vers ces PME, souvent innovantes, en province notamment. Quand on annonce des destructions d’emplois dans l’industrie, on ne supprime pas des postes d’ingénieurs. Au contraire ! Le entreprises recrutent nos ingénieurs pour innover et accroitre leur compétitivité. Il faut que les gens en prennent conscience !

Le monde des écoles d’ingénieurs connaît un vrai paradoxe : il y en a un très grand nombre pour finalement peu de candidats. Sont-elles véritablement sélectives ?


C’est vrai. Le nombre d’étudiants en classes prépas est inférieur au nombre de places dans les écoles d’ingénieurs. Notre concours est plutôt un système de classement mais pas d’élimination. Le nombre de candidats qui se dirige vers la formation d’ingénieurs est encore relativement faible car les études d’ingénieurs font encore peur parce qu’elles sont longues et difficiles. Je note tout de même que la situation s’inverse légèrement depuis trois ans. Le nombre de candidats aux écoles d’ingénieurs post-bac en 5 ans est en forte hausse : + 40%.

Les écoles d’ingénieurs vont faire entendre leur voix à la rentrée 2012 : quels sont les grands chantiers ?


Je reste persuadé qu’il faut 40 000 ingénieurs / an en France. Il en manque 10 000 ! Il faut donc mobiliser tout le corps social. On constate une certaine auto-censure dans les milieux défavorisés. Il semble clair que nous devrons ouvrir nos portes plus largement, avec une plus grande diversité et en augmentant bien entendu la proportion de filles. Nous devons passer de 25% à une totale équité : 50/50. D’autant que les études montrent que l’équilibre vie privée / vie professionnelle est bien meilleure chez les ingénieurs, si l’on compare aux cadres commerciaux.

Interview réalisé le 18 juillet 2012 par Gilbert Azoulay

Métiers liés : Ingénieur, Ingénieur R&D, Ingénieur pétrolier,


Réagir sur le Forum Métiers

Gilbert
07.09.2012

Retour au dossier Métiers
Métiers : "Il manque 10 000 ingénieurs par an !" : Imprimer
Derniers articles "Métiers"

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

Métiers : consultez aussi...

orientation
"Alliance for Youth" - Nestlé veut tordre le cou au chômage des jeunes

"Alliance for Youth" - Nestlé veut tordre le cou au chômage des jeunes

Les partenaires de Nestlé ont été invités à rejoindre l'Alliance for Youth, le second volet de la mobilisation en faveur de l’emploi des jeunes, lancé en duplex depuis la Suisse par le directeur général Europe de la mulitinationale.

Rémunération. Les diplômés mieux lotis dans le privé que dans le public

Rémunération. Les diplômés mieux lotis dans le privé que dans le public

Rémunérations. Une étude de l’Insee rappelle que si la fonction publique traite mieux les peu diplômés, le privé, lui, rétribue davantage les bac + 3 et plus.

Faire de sa passion du sport un métier

Faire de sa passion du sport un métier

Avec plus de 6 500 entreprises et quelque 50 000 salariés, le secteur commercial du sport est une filière à fort développement économique qui embauche... présentation par l'école CNPC : l'Ecole supérieure de commerce du sport

Iveco ouvre son école de vente poids lourds

Iveco ouvre son école de vente poids lourds

Iveco, en partenariat avec le GNFA, vous forme au métier de vendeur confirmé en véhicules industriels pour une expérience et un diplôme reconnus par la profession. Découvrez la nouvelle école de vente "poids lourds"...

« On peut très bien réussir dans sa vie sans être cadre ! »

« On peut très bien réussir dans sa vie sans être cadre ! »

A la tête de Randstad intérim depuis 2009, François Beharel, 43 ans, appelle à plus de souplesse sur le marché du travail.« Il faut aller plus vite, plus fort, plus loin », estime le président du numéro deux de l’intérim en France.

Emploi : La banque de détail veut rajeunir ses troupes

Emploi : La banque de détail veut rajeunir ses troupes

Parmi les 10 000 recrutements prévus cette année, 9 sur 10 concernent des profils avec moins de cinq ans d’expérience. Pour recruter, les banques de détail communiquent de plus en plus sur les réseaux sociaux.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
IFCV - Institut de Formation aux carrières de la Communication et de la Vente
L'IFCV est un...
92300 Levallois perret
Com'Art
COM'ART est une...
75001 Paris
CFA d'Alembert
Le CFA d'Alembert...
78280 GUYANCOURT

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

Les soirées, bons plans, actu, orientation, ... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.

Sites du Groupe Amaury

Paris Job France Football L'equipe ASO Velo magazine Journal du Golf