En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Orientation > Universités

Inscriptions dans le supérieur : les sans-fac attirés par le privé

Bondées, les universités peinent à absorber la totalité des bacheliers dans certaines filières. Une aubaine pour des structures payantes...

Un choc démographique que l'université n'arrive pas à absorber : il y a entre 30 000 et 50 000 étudiants supplémentaires par an. C’est l’équivalent en effectifs de deux universités moyennes, sans qu’il s’en crée aucune. Cette croissance entraîne des problèmes en termes de locaux, d’enseignants et de personnels...

Marie voudrait devenir avocate, depuis des années. Quand elle a décroché son bac ES en juin, mention bien, elle pensait sa voie toute tracée vers une première année de droit à la fac. Mais pour Marie, tout va de travers. Assas, Nanterre, la Sorbonne : aucune des universités d’Ile-de-France où elle a postulé ne l’a acceptée, faute de places.
La seule réponse favorable émane d’un institut privé, la Faculté libre de droit, qui facture 7 000 € l’année de cours. Sans trop savoir comment elle rassemblera l’argent, la jeune fille a dit oui. Elle est furieuse « que le système mette les bâtons dans les roues des rares étudiants qui savent exactement ce qu’ils veulent faire plus tard ».

Marie n’est pas la seule qui, devant les portes fermées de l’université publique, se résout à passer par la fenêtre du privé. Dans les filières Staps (sciences et techniques des activités physiques et sportives), en psychologie, en droit, la fac peine à absorber la demande.

Actuellement, 7 500 bacheliers sont sans affectation pour la rentrée.


Le ministère a promis une solution pour chacun de ces naufragés du système, dans leurs académies respectives, mais l’organisation étudiante Unef s’inquiète. « Il ne s’agit pas seulement d’assurer une place en fac à chacun : encore faut-il que la filière où se retrouvent les étudiants corresponde à ce qu’ils veulent faire », réclame William Martinet, le président de l’Unef.

Marie espère un miracle. D’autres s’inscrivent dans ces écoles post-bac ultra marketées, qui peuplent les salons de l’orientation et recrutent leurs étudiants jusque tard en septembre avec un succès croissant. Selon l’association étudiante Fage, « la part d’étudiants inscrits dans des formations privées a progressé de près de 4 points, passant de 14,6 % à 18 % ces dix dernières années ».

Au rayon psycho, la Sigmund Freud University (SFU) a ouvert à Paris il y a sept ans. « Nous avons beaucoup plus de demandes d’inscriptions cette année, et depuis trois ans nous accueillons de plus en plus de jeunes qui sortent du bac et plus seulement des gens en reconversion », constate sa directrice, Nicole Aknin. Même si les bachelors et les mastères de la SFU ne permettent pas d’accéder au titre officiel de psychologue, les étudiants de l’école valident des crédits ECTS, sorte de « monnaie européenne » de formation universitaire, qui autorise des équivalences et des passerelles vers d’autres établissements de l’enseignement supérieur.

Les réorientations non prioritaires


Marc, qui vient de postuler à la Sigmund Freud University et à deux autres écoles privées, espère rebondir de cette manière. Après une prépa et deux ans à l’école de commerce plutôt réputée de Grenoble (à 11 000 € l’année), ce jeune homme de 23 ans a tout plaqué pour le divan. C’est décidé, il sera psy. Mais malgré un dossier scolaire solide, aucune université parisienne ne l’a admis, car les jeunes qui se réorientent, comme lui, sont servis après les bacheliers de l’année, s’il reste de la place. Il n’en restait pas.

Quelle que soit l’école que Marc choisira, elle lui coûtera entre 5 000 et 10 000 € l’année. Ses parents ont accepté de lui accorder « un prêt à taux zéro », qu’il rembourse avec son petit boulot de vendeur en boulangerie. « J’espère rebifurquer en deuxième année à la fac l’année prochaine », confie-t-il. Il croise les doigts pour que son plan B fonctionne. C’est sa dernière cartouche.

Consultez aussi


=> 10 conseils pour vous aider à déterminer votre orientation
=> Inscription en septembre - il n'est pas trop tard - où s'inscrire à la rentrée ?

En master aussi…


Il n’y a pas qu’en première année que certains étudiants voient les portes de la fac se fermer sous leur nez. Dans certaines filières, comme en droit, le passage de master  1 à master 2 n’est pas automatique et fait même l’objet d’une sélection draconienne. « C’est comme si l’hôpital se mettait à choisir ses malades ! s’agace Alexandre Leroy, le président du syndicat étudiant Fage. Il y a une velléité d’une partie de la communauté universitaire de sélectionner ses étudiants, alors que le modèle français est celui du service public. Il devrait accueillir tout le monde. »
Plusieurs étudiants refusés à la porte du M2, le diplôme qui couronne cinq ans d’études universitaires et sert de sésame pour le marché du travail, ont déposé cet été des recours devant les tribunaux administratifs, à Paris, Nice ou Grenoble. Ils devraient être examinés dans les prochains jours.


Réagir sur le Forum Universités

LE PARISIEN
25.08.2015

Retour au dossier Universités
Universités : Inscriptions dans le supérieur : les sans-fac attirés par le privé
Imprimer

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

Universités : consultez aussi...

orientation
Sélection à l'université. Des prérequis qui fâchent...

Sélection à l'université. Des prérequis qui fâchent...

Pour mettre fin au tirage au sort à l'entrée de l’université... les prérequis sont ils la bonne solution ?

Débat. Faut-il instaurer une sélection à la fac ?

Débat. Faut-il instaurer une sélection à la fac ?

Voix Express du Parisien : à votre avis, faut-il instaurer une sélection à l'entrée à l'université ? 5 avis / témoignage... propos recueillis par Margaux Dussaud.

Examen du concours de médecine : incidents à répétition sur les sujets

Examen du concours de médecine : incidents à répétition sur les sujets

Les couacs à répétition ne concernent pas que le bac. Près de 9 000 étudiants en 6 e année de médecine ont été contraints de repasser, hier, deux épreuves d’internat initialement programmées lundi et mercredi.

APB - La ministre Frédérique Vidal veut mettre fin au tirage au sort à la fac

APB - La ministre Frédérique Vidal veut mettre fin au tirage au sort à la fac

Frédérique Vidal, la ministre de l'Enseignement supérieur, a accordé sa première interview au Parisien. L’ancienne présidente de l’université de Nice compte mettre fin dès 2018 à la procédure très décriée de tirage au sort.

Facs saturées : «Il y avait des étudiants jusque sur l'estrade»

Facs saturées : «Il y avait des étudiants jusque sur l'estrade»

Les jeunes bacheliers qui arrivent à trouver une place à l'université sont confrontés aux aléas de la fac : amphithéâtres bondés, matériel vétuste, manque d'encadrement. Une expérience qui peut vite décourager.

Pourquoi les facs françaises sont saturées

Pourquoi les facs françaises sont saturées

C'est la hantise de ceux qui passent l'épreuve de philosophie du baccalauréat ce jeudi : tous n'auront pas de place dans la fac de leur choix.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
Créapole
CREAPOLE est une école de Design et de Création avec : - Un campus au coeur...
CIFACOM - L'école du graphisme, du multimédia et de l'audiovisuel
Passionné par le graphisme, le multimédia ou l'audiovisuel ? Une de nos...
ISCOM
Créé en 1986 à Paris, l’ISCOM, institut supérieur de communication et...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

L'actu du site, bons plans, soirées, orientation... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.