En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Orientation > Formations

Fiche métier : Juriste d'entreprise

Juriste d'entreprise, un métier en vogue

Au tribunal de grande instance de Paris, les juristes du laboratoire Servier ne vont pas chômer pour défendre ses intérêts face à la centaine de plaintes déposées par des victimes du Mediator, médicament antidiabète du groupe pharmaceutique… Les risques encourus par les entreprises augmentent sous la pression d’une législation et d’une réglementation toujours plus complexes et d’un marché davantage compétitif.

Pour s’en prémunir, elles recrutent des juristes : selon une enquête publiée par l’Association française des juristes d’entreprise (AFJE) en 2009, 64% des sociétés en ont embauché au cours des deux dernières années. Une montée en compétence La France compte aujourd’hui près de 16 000 juristes d’entreprise. Ils exercent dans des grands groupes pour 78% d’entre eux mais aussi dans des structures moins importantes qui ne comptent parfois qu’un poste dédié à cette activité. Une fonction devenue stratégique : il y a quelques années, les juristes n’étaient sollicités qu’en fin de négociation, comme de simples « metteurs en forme » des contrats. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. « Ils sont associés dès les phases préparatoires à toutes les décisions, et sont donc en relation avec l’ensemble des métiers de l’entreprise », indique Anne- Laure Paulet , secrétaire générale de l’AFJE. Cette montée en compétences se paie : 50% des juristes gagnent plus de 55000 euros par an.

Un bon sens de la communication se révèle indispensable tout comme la capacité à travailler au sein d’équipes multiculturelles : en effet, dans les multinationales —dont l’effectif des services juridiques peut dépasser les 500 personnes—, toutes les nationalités sont représentées. Une expérience hors Hexagone constitue un atout incontestable sur le CV d’un débutant et la bonne maîtrise de l’anglais est devenue un prérequis.
Plusieurs diplômes préparent aux carrières juridiques en entreprise, en particulier le diplôme de juriste conseil d’entreprise (DJCE), dispensé par 11 universités, dont celles de Paris II Panthéon-Assas et de Cergy- Pontoise (Val-d’Oise). Une année à l’issue de laquelle les étudiants obtiennent un triple diplôme : le DJCE, un master 2 de juriste d’affaires et un certificat d’études spécialisées (CES) dans un domaine particulier du droit, comme la fiscalité, les contrats, le commerce international ou encore la propriété intellectuelle. Pas étonnant que la sélection à l’entrée soit de rigueur.
« Sur les 800 candidatures que nous recevons chaque année, nous en retenons 25 », explique Benoît le Bars, directeur du DJCE de Cergy- Pontoise. Particularité de cette université francilienne, elle ouvre à ses quatre meilleurs éléments la possibilité de passer une année, frais d’inscription payés, à la Vermont LawSchool, aux Etats- Unis, afin d’obtenir un LL.M (Legum Magister).

De son côté, l’université Paris II Panthéon-Assas a mis en place en 2008 un MBA droit des affaires et de management- gestion. Cette formation en alternance s’est rapidement imposée comme une filière d’excellence, comme le prouve l’imposante liste des entreprises partenaires dont Accor, BNP Paribas ou encore Danone.

« Il forme des juristes rompus au monde des affaires et des entreprises avec des compétences en gestion et en management, ce qui correspond aux attentes de beaucoup de recruteurs», assure Louis Vogel, président de Paris II Panthéon-Assas. Là encore, pas simple de décrocher une place : il n’y a qu’une trentaine d’élus pour plus de 500 dossiers de candidature !

Ces dernières années, les mastères spécialisés dans le domaine juridique ont fleuri dans les écoles de commerce et de management, notamment à HEC, l’ESSEC, l’ESCP Europe et à l’EMLyon (Rhône).Une preuve supplémentaire que le droit des affaires a le vent en poupe.

Témoignage de Vincent DUFIEF, 32 ans, juriste à la direction juridique du groupe Total, Paris La Défense (Hauts de Seine).

« Des activités plus variées que celles d’un avocat ».

En 2003, après deux ans passés au sein du cabinet d’un juge d’instruction, j’ai commencé comme avocat, d’abord dans un cabinet français puis dans un cabinet américain spécialisé en droit pénal des affaires », raconte Vincent Dufief, titulaire d’une maîtrise en droit des affaires obtenue à Paris II Assas, du certificat de sciences criminelles de l’université Panthéon-Assas et du certificat d’aptitude à la profession d’avocat (CAPA).

En 2009, il rejoint la direction grands contentieux du groupe Total. « Nous sommes chargés de gérer les litiges ayant un impact financier ou médiatique important, ainsi que ceux qui exposent le groupe, ses salariés et ses dirigeants à des poursuites pénales », précise-t-il. « Lemétier de juriste dans un grand groupe est très varié et ne se limite pas à la gestion du contentieux. Chaque jour, je suis confronté à des problématiques très diverses et donc en contact avec des professionnels de tous les horizons, des financiers, des ingénieurs ou encore des spécialistes de la sûreté.
Bien sûr, je suis les dossiers en cours, en lien avec nos avocats en France et à l’étranger, et je réalise de la veille sur l’actualité judiciaire et réglementaire », détaille encore ce jeune professionnel du droit.

« Mais, ajoute-t-il, je peux aussi être sollicité par la direction qui souhaite avoir des éclaircissements sur la législation d’un pays dans lequel nous intervenons. Il m’arrive également de travailler avec nos attachées de presse sur les aspects juridiques d’un événement médiatisé touchant le groupe. Aucun risque de tomber dans la routine ! C’est une fonction très concrète, en lien direct avec les activités de l’entreprise. » Vincent Dufief n’exclut pas, à terme, d’évoluer vers un autre métier du groupe comme ceux de la communication (sur les sujets judiciaires), des relations institutionnelles ou de la conformité
Article issu du Parisien supplément Economie du 24 janvier 2011

Métiers liés : Juriste, Avocat, Juriste immobilier, Juriste d'entreprise,


Réagir sur le Forum Orientation

LE PARISIEN
27.01.2011

Retour au dossier Formations
Formations : Fiche métier : Juriste d'entreprise
Imprimer

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

Formations : consultez aussi...

orientation
International. Découvrir et s'enrichir des cultures des autres continents

International. Découvrir et s'enrichir des cultures des autres continents

En échange universitaire, sur un campus à l’étranger ou en stage en entreprise, les possibilités d’acquérir une expérience multiculturelle sont variées.

Écoles. Les business schools misent sur l'alternance

Écoles. Les business schools misent sur l'alternance

La formule a trouvé sa place dans les écoles de commerce. Pour les étudiants, c’est avoir un pied dans l’entreprise et pouvoir mettre en application les apprentissages théoriques.

Pourquoi les plus prestigieuses business schools sont-elles américaines ?

Pourquoi les plus prestigieuses business schools sont-elles américaines ?

L'invité - Rick Levin : ancien président de l’Université Yale et directeur général de Coursera. Faut-il être riche pour entrer dans les meilleures business schools ?

APB - Une pétition contre le tirage au sort des étudiants

APB - Une pétition contre le tirage au sort des étudiants

Une circulaire parue discrètement fin avril, officialise la méthode de sélection par "tirage au sort" pour l'entrée à l'Université... beaucoup d'étudiants s'en insurgent et une pétition vient d'être lancé pour demander au nouveau gouvernement d'agir.

APB : Nos conseils pour ordonner vos voeux d'orientation

APB : Nos conseils pour ordonner vos voeux d'orientation

Vous avez jusqu'au 31 mai minuit pour modifier l’ordre de leurs vœux dans le logiciel d’orientation post-bac APB. Un moment stratégique pour les élèves. Les solutions pour s’en sortir.

Alternance. Une mauvaise image auprès des familles

Alternance. Une mauvaise image auprès des familles

François Hollande avait fixé l’objectif de 500 000 apprentis. Mais en 2016, seuls 405 000 élèves ont signé un contrat leur permettant de suivre une formation tout en travaillant dans leur domaine.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
CLCF - Conservatoire Libre du Cinéma Français
La longue histoire du CLCF depuis 1963 n’en fait pas une vieille dame indigne...
ITESCIA - L'école du i-Management
ITESCIA, l'école du i-management de la CCI Paris Ile-de-France, forme chaque...
Sup de Vente, l'école supérieure de vente de la CCI Paris Ile-de-France
Forte d’une expérience de plus de 25 ans, Sup de Vente est aujourd’hui...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

L'actu du site, bons plans, soirées, orientation... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.