En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Orientation > Formation > étranger

L'apprentissage précoce des langues étrangères ne vaut pas l'immersion totale.

Une étude suisse du Centre scientifique de compétence sur le plurilinguisme s’est intéressée à l’importance de l'âge dans l'apprentissage des langues.

S'il est souvent argumenté que les jeunes enfants apprennent plus rapidement et facilement une langue étrangère, il semblerait que cette information soit à relativiser en milieu scolaire.

En effet, la récente étude suisse de l’Institut de plurilinguisme à Fribourg démontre que l’apprentissage précoce des langues à l’école et l’acquisition en milieu naturel sont trop souvent confondus. Des études neuro-biologiques ont étudié les effets du bilinguisme précoce, familial et biculturel mais rarement ceux de l’apprentissage d’une langue en milieu scolaire. Pourtant, les deux processus d’apprentissage sont très différents. L’apprentissage scolaire possède de nombreuses caractéristiques particulières telles que les temps d’exposition à la langue, souvent limités à quelques heures par semaine, ou le nombre restreint de locuteurs de référence...

Imitation Vs raison


L’étude suisse révèle que l’enseignement précoce à l’école n’est pas plus efficace qu’un apprentissage plus tardif. Dans les mêmes conditions d’enseignement, les élèves plus âgés apprennent même une seconde langue plus vite que les plus jeunes. En faisant appel à la raison, les plus âgés peuvent mieux comprendre la construction d’une langue et la mettre en pratique. Les plus jeunes ne pourront quant à eux, s’appuyer que sur l’imitation et seront dépendant du modèle de leur langue maternelle. Les élèves ayant commencé l’étude d’une langue plus jeunes n’atteignent pas un meilleur niveau de langue que les autres. Très vite, il n’est même plus possible de distinguer les élèves à l’enseignement précoce, de ceux à l’enseignement plus tardif dans les classes où ils sont mélangés.

Le développement de l’oreille, un facteur important


L’étude de l’Institut de plurilinguisme reconnait toutefois un avantage structurel à l’apprentissage d’une langue secondaire de manière précoce. Il s’agit de l’apprentissage phonétique. L’appareil auditif des jeunes enfants est réceptif à une plus grande variété de sons que celui des adultes. Il ne s’est pas encore resserré autour des sonorités de leur langue maternelle. L’enfant est capable de distinguer les plus petits sons, jusqu’à environ un an. Entre 4 et 8 ans, ses capacités d’imitations sont maximales. Voilà pourquoi les enfants vivants dans un milieu bilingue assimilent très rapidement les deux langues.

Il est cependant très difficile de séparer l’âge des autres facteurs importants dans cette étude. Si des effets négatifs sur la scolarité de l’enfant sont possibles, ils ne sont pas forcément liés qu’au seul facteur de précocité. Malgré l’importance de la question pour les politiques d’éducation, l’incidence de ces études est assez limitée. Il faudrait en effet pouvoir évaluer les différents facteurs sur la durée. Analyser ces enseignements jusqu’à la fin des études et même au delà permettrait peut-être de connaître l’impact de l’enseignement précoce sur les capacités linguistiques, mais aussi sur l’attrait de l’étudiant pour les autres langues.

L’immersion, la solution la plus efficace


Pour la plupart des personnes qui n’ont pas eu la chance de grandir dans un environnement bilingue, le séjour à l’étranger est aujourd’hui la solution la plus efficace pour apprendre une langue. Une récente étude américaine appuie encore cette idée en observant l’importance de l’environnement dans l’apprentissage d’une langue étrangère.

Selon des chercheurs de l’université de Colombia et de Singapour (http://www.pnas.org/content/110/28/11272.abstract), il serait plus difficile d’apprendre une langue lorsque l’on est entouré de visages ou d’images associés à son pays d’origine. Des étudiants chinois ont ainsi été testés sur leur pratique de l’anglais, en regardant des images de différents pays. Lorsque les images leur étaient familières, visages ou paysages asiatiques, les étudiants cherchaient leur vocabulaire. Leur anglais était moins fluide. Les images associées à la Chine poussaient ces étudiants à réfléchir inconsciemment en chinois. Selon cette étude, un changement de cadre faciliterait ainsi l’apprentissage d’une langue. Si vous souhaitez tirer vraiment profit d’un séjour à l’étranger, évitez au maximum de regarder des photos de chez vous ou la télévision française.

Adèle




Le Parisien Etudiant et son partenaire Voyage-Langue vous proposent une sélection des meilleurs séjours linguistiques à prix réduits : bénéficiez d'un code promo exclusif pour vos séjours.


Réagir sur le Forum Orientation

Adèle
03.11.2014

Retour au dossier étranger
étranger : L'apprentissage précoce des langues étrangères ne vaut pas l'immersion totale.
Imprimer

étranger : consultez aussi...

orientation
Dans quelle ville auriez-vous rêvé d'étudier ?

Dans quelle ville auriez-vous rêvé d'étudier ?

Paris, Londres, Bruxelles, Shanghai, Berlin... Des villes où beaucoup de monde souhaiterai étudier, mais surpassées par Montréal qui arrive en tête du palmarès mondial des villes étudiantes. Et vous dans quelle ville auriez-vous rêvé d'étudier ?

Ces jeunes qui veulent changer le monde

Ces jeunes qui veulent changer le monde

Ils ont entre 13 et 21 ans et marquent déjà leur époque. Dans son « Manifeste de la jeunesse », Johny Pitts, journaliste à la télévision anglaise, écrivain et photographe, fait le portrait de dix adolescents qui ont fait sensation ces derniers mois

Hult : un nouveau mode d’apprentissage basé sur la pratique

Hult : un nouveau mode d’apprentissage basé sur la pratique

L’école américaine, Hult International Business School, propose une méthodologie axée sur la pratique. Reportage dans son campus londonien "A new kind of business school"

Bachelor : l'ouverture internationale est l'un des atouts des programmes

Bachelor : l'ouverture internationale est l'un des atouts des programmes

Des cours dispensés en anglais ou bien l’immersion dans un pays l’étranger… l’ouverture internationale est l’un des atouts des programmes bachelor

Reportage à Montréal : meilleure ville universitaire au monde

Reportage à Montréal : meilleure ville universitaire au monde

La métropole québécoise arrive en tête d'un palmarès mondial des villes étudiantes. Des Français scolarisés sur place mettent en avant l'esprit d'ouverture des universités et leurs performances.

Étudier à l'étranger ça se prépare : conseils et témoignage

Étudier à l'étranger ça se prépare : conseils et témoignage

Anticipation. Devenir bilingue, apprendre autrement, découvrir une autre culture, valoriser son CV…Partir faire ses études au-delà des frontières présente de nombreux avantages, mais ne s’improvise pas.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
ITESCIA - L'école du i-Management
ITESCIA, l'école du i-management de la CCI Paris Ile-de-France, forme chaque...
EISTI - Ecole Internationale des Sciences du Traitement de l'Information
L’EISTI est une école d’Ingénieurs en Informatique et en Mathématiques...
ESMAE - Ecole des professionnels du recrutement et de l’intérim
Devenez acteurs des métiers du recrutement et de l’intérim. Les fonctions...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

L'actu du site, bons plans, soirées, orientation... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.